+8.4% de PIB, route de la soie : les réussites de la Chine populaire déchainent la campagne d’intox ?

par Michel Aymerich –

Alors que la République populaire de Chine (RPC) engrange les succès dans de nombreux domaines (fin de l’extrême pauvreté, sortie spectaculaire de la pandémie de Covid-19, croissance économique relancée vers le haut (le Fonds monétaire international (FMI) prévoit une hausse de 8,4 % du PIB de la Chine !), etc.), la campagne multiforme d’intox anti-Chine se déchaîne. Comme par hasard. Et comme par hasard, c’est la province du Xinjiang, grande productrice de coton, par laquelle passe la Nouvelle route de la soie qui est dans le collimateur…

C’est aussi que le citoyen français lambda ne doit surtout pas comprendre que le paradigme d’ensemble a changé et que dorénavant il lui faudra toujours plus compter avec une évidence. La Chine sous sa forme heureuse de RPC dirigée depuis 1949 par le Parti communiste chinois fait bien – très bien même – incomparablement mieux, par exemple, que les États-désunis d’Amérique, et ce dans toujours plus de domaines. effet, inexorablement le jour arrive où la Chine deviendra la première économie mondiale et ce pour le mieux être de la majorité des citoyens du monde !

Il vaut mieux naître en Chine qu’en Inde, où le taux de mortalité infantile est quatre fois plus élevé.
 » Il vaut mieux naître Chine qu’en Inde, où le taux de mortalité infantile est quatre fois plus élevé. L’espérance de vie des Indiens (67 ans) est nettement inférieure à celle des Chinois (76 ans). Un tiers des Indiens n’ont ni électricité ni installations sanitaires, et la malnutrition touche 30% de la population.  » République de l’Inde et République populaire de Chine. La comparaison taboue ! https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2019/01/republique-de-l-inde-et-republique-populaire-de-chine.la-comparaison-taboue.html

Alors pour retarder autant que faire se peut l’inéluctable tant redouté par la CIA et la réaction coalisée (gôche du capitalisme-impérialiste comprise [1]), la désinformation se fait massive. Il est par exemple question du travail forcé de l’une des ethnies peuplant la province du Xinjiang que sont les Ouïgours ! Qui donc a été informé par les médias qui ont pignon sur rue de ce qui suit ? Pas vous ? Alors lisez et partagez !

NOTE

[1] «Ouïghours» aujourd’hui, « Tibet » hier : CIA, NED, médias organiques de droite et de « gauche », tartufes, affabulateurs, etc., nous font courir… https://a-contre-air-du-temps.over-blog.com/2021/01/ouighours-aujourd-hui-tibet-hier-cia-ned-medias-organiques-de-droite-et-de-gauche-tartufes-affabulateurs-etc.nous-font-courir.html

le tribunal accepte la plainte d’une entreprise du Xinjiang qui poursuit Adrian Zenz pour une rumeur de « travail forcé ».

10 avril 2021

Par Global Times

Un tribunal local de Kashi, dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, a accepté la plainte d’une entreprise textile locale du Xinjiang qui poursuit l’universitaire allemand anti-chinois Adrian Zenz pour avoir fabriqué des rumeurs de «travail forcé» contre l’entreprise, a rapporté vendredi un site d’information local.

La Xinjiang Shache Xiongying Textile Company, l’une des nombreuses entreprises et personnes du Xinjiang qui avaient désigné des avocats pour poursuivre l’universitaire allemand Adrian Zenz (qui se fait appeler Zheng Guoen chinois) en mars, a confirmé au média local ts.cn que le tribunal populaire intermédiaire de Kashi avait accepté l’affaire le 2 avril.

Zenz a écrit des articles qui fabriquent et déforment des faits, calomniant l’entreprise affirmant qu’elle est impliquée dans le «travail forcé», ce qui a gravement endommagé la réputation de l’entreprise et causé de graves pertes économiques, a déclaré l’entreprise. Elle demande à Zenz de mettre fin à l’infraction, de cesser de répandre des rumeurs, de présenter des excuses et de dédommager l’entreprise pour les pertes subies.

Les entreprises locales ont intenté une action civile mars, exigeant que Zenz présente des excuses, rétablisse leur réputation et les dédommage pour leurs pertes.

Adrian Zenz, né en 1974, est un pseudo-érudit anti-Chine tristement célèbre. C’est un chrétien fondamentaliste allemand d’extrême-droite qui se croit «dirigé par Dieu» dans le cadre d’une «mission» contre la Chine, membre de la Victims of Communism Memorial Foundation, une organisation d’extrême-droite créée par le gouvernement américain en 1993, et membre principal d’un groupe de recherche mis en place par la communauté du renseignement américain contre les centres d’enseignement et de formation professionnels du Xinjiang.

En 2018, alors qu’il était encore membre de la faculté de l’École européenne de culture et de théologie de l’Université internationale Columbia, à Korntal, il est passé presque du jour au lendemain du statut de chercheur inconnu à celui de spécialiste incontournable du Xinjiang, alors que les États-Unis intensifient leur campagne de désinformation contre la Chine.

Ces dernières années, Zenz a produit de multiples « rapports » sensationnels sur le Xinjiang sur des plateformes de médias sociaux comme Twitter, et a fabriqué de fausses recherches universitaires sur le Xinjiang, dans lesquelles il a répandu des rumeurs telles que la surveillance à grande échelle des minorités ethniques locales et le travail forcé des Ouïgours.

Ces fausses affirmations ont été relayées par les médias occidentaux. Induits en erreur par de telles rumeurs sur le Xinjiang, certains pays et entreprises ont réduit, voire interrompu, les importations de coton en provenance du Xinjiang, ce qui a entraîné de lourdes pertes économiques pour certains producteurs de coton et entreprises de transformation du coton au Xinjiang.

SOURCE: https://www.globaltimes.cn/page/202103/1217788.shtml