2017 – 100ème anniversaire de la Révolution d’Octobre 1917 : face au capitalisme destructeur, la voie ouverte par Octobre 1917 reste celle de l’avenir !

Appel à souscription du PRCF pour célébrer le centenaire de la Révolution d’Octobre !

Drapeau rouge

Le 7 novembre 1917, à l’appel du Parti bolchevik, à l’initiative de centaines de milliers de prolétaires et avec l’appui majoritaire des Soviets ouvriers, se déclenchait la Révolution prolétarienne qui allait bouleverser l’histoire.

Presque sans effusion de sang, les centres du pouvoir à Petrograd passaient l’un après l’autre aux mains du Comité militaire révolutionnaire qui, très vite, transférait tout le pouvoir aux Soviets des ouvriers, des soldats et des paysans, ces organes de la démocratie directe des travailleurs nés de la Révolution antimonarchique de février. Démocratiquement, Lénine devenait le président du conseil des Commissaires du peuple. Aussitôt, un immense débat parcourait la Russie en révolution. Comme l’a rapporté le journaliste américain John Reed, les Dix jours qui ébranlèrent le monde ne furent pas principalement des journées d’affrontements militaires, même si la question du rapport des forces armées entre classes sociales n’est jamais étrangère à une révolution : dans chaque usine, dans les tranchées, dans chaque village, ces dix jours décisifs donnèrent lieu à un intense débat démocratique à l’issue duquel le gouvernement bourgeois provisoire, les forces sauvages de la réaction et les « socialistes » qui appuyaient Kerenski furent massivement rejetés pendant que les masses ouvrières et paysannes de la Russie et des autres nationalités de l’Empire russe ralliaient le gouvernement soviétique qui édictait coup sur coup les Décrets sur la paix, sur la terre aux paysans et sur le contrôle ouvrier des usines. Durement ébranlées, les forces impérialistes qui avaient suscité la boucherie de la Première Guerre mondiale tanguaient sur leurs bases et les mutineries de soldats rouges gagnaient tous les fronts pendant que le Drapeau rouge flottait sur la flotte allemande de la Baltique.

Plus grand évènement progressiste de l’histoire humaine depuis la Révolution française et la Commune de Paris, la Révolution d’Octobre permit la création de l’Union soviétique et de l’Internationale communiste ; en France, préparée par les mutineries de la Mer noire impulsées par Jeanne Labourbe et par les grèves de masse des cheminots, on assistait à l’émergence du Parti communiste français par l’adhésion majoritaire du Parti socialiste au Komintern.

Le rapport des forces mondial entre le Capital et le Travail, entre l’impérialisme et les peuples opprimés en fut bouleversé malgré la résistance sanglante des forces réactionnaires, à l’avantage du prolétariat de tous les pays, des femmes et des nations colonisées.

Aujourd’hui, suite à la victoire provisoire de la contre-révolution sur le camp socialiste et à la dégénérescence de multiples partis décommunisés, dont le PCF-PGE, qui a rallié l’idéologie réformiste et qui accepte la funeste « construction » européenne, tout est fait pour criminaliser Octobre rouge, diaboliser le pays de Stalingrad et dénigrer dans la foulée la Révolution jacobine, la Commune, l’action du PCF, et pour « ringardiser » le CNR et les acquis démocratiques dus aux ministres communistes de 1945-47. Le but de ceux qui salissent le communisme historique n’est nullement d’améliorer le socialisme futur, il est d’obturer l’avenir socialiste-communiste de l’humanité, de sanctifier l’UE et l’OTAN, de présenter le capitalisme et ses variantes social-libérales comme l’unique perspective historique ; le but des Stéphane Courtois et Cie, qui nient les sacrifices des FTP et des FTP-MOI et qui placent odieusement sur le même plan les libérateurs soviétiques et les exterminateurs nazis, est de réprimer les militants ouvriers de classe (Air-France, Goodyear, etc.), d’activer la chasse aux sorcières en Europe, de banaliser le fascisme (Cf l’Ukraine où le PC est interdit pendant que l’UE/OTAN soutient un gouvernement pronazi), d’intimider les patriotes antifascistes et les internationalistes qui s’opposent aux guerres impérialistes, aux régressions sociales, à la fascisation de la vie politique, à la destruction des nations d’Europe par l’UE dominée par l’impérialisme allemand.

C’est pourquoi le PRCF relève le gant. Non seulement le 7 novembre 2017 nous célèbrerons Octobre rouge en nous tournant vers l’avenir, mais nous mettrons en accusation le capitalisme, l’impérialisme, le fascisme et leurs instruments, le MEDEF, l’OTAN, l’UE, les politiques néolibérales de Sarkozy et de Hollande, le Front national, sans oublier les réactionnaires de tous poils qui combattent le progrès humain, les Lumières et la classe ouvrière sous le masque de la religion, de l’« ethnie », de la « mondialisation » capitaliste, etc.

Et nous dirons aussi d’une seule voix que nous avons besoin pour notre pays d’une franche rupture avec toutes les institutions capitalistes, euro, UE, OTAN, que sous l’égide de la classe laborieuse et d’une analyse marxiste-léniniste de la société actuelle, nous voulons défendre la paix mondiale, le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes souverainement, l’emploi industriel et agricole, les acquis sociaux, dans la perspective d’une révolution socialiste pour notre pays et que pour atteindre tous ces buts, nous avons besoin d’un vrai parti communiste en France, d’un syndicalisme de classe et de masse indépendant digne de la CGT de Frachon.

C’est pourquoi nous appelons à souscrire à l’appel que lance aujourd’hui le PRCF pour faire en sorte que les moyens politiques et financiers soient donnés par notre peuple à ceux qui voudront, non dans les mots, mais dans les actes, rester fidèles à l’avenir en commémorant dans la lutte la Révolution d’Octobre et son grand appel toujours si actuel :

« Prolétaires de tous les pays, peuples opprimés du monde entier, unissez-vous ! »

Appel adopté à l’unanimité par le CC du 13 mars 2016.

Comité d’appel  :  le Comité de Parrainage du PRCF  –  le Secrétariat National    –   le C.C.

  • Versement à la souscription du Secrétariat Politique :
    • Vincent Flament        100 €
    • Benoît Foucambert   160 €
    • Georges Gastaud      100 €
    • J-Pierre Hemmen        50 €
    • Jo Hernandez              50 €
    • Léon Landini              500 €
    • Antoine Manessis        50 €
    • A. Mateu Casado       100 €
    • Bernard Parquet         300 €
    • Pierre Pranchère        150 €
    • Jany Sanfelieu           100 €

Les dons pour cette souscription sont à adresser au PRCF (chèque l’ordre du PRCF (centenaire Octobre 17) à faire parvenir au trésorier adjoint du PRCF – n’hésitez pas à nous contacter)