C’est si on y reste qu’on « y restera » !

A nouveau les Bourses dévissent et le krach général menace. Dans le cadre de la crise générale du système capitaliste mondial, l’euro est le maillon faible de la « construction européenne » et celle-ci est le maillon faible de la domination impérialiste mondiale.

Il est donc mensonger, comme le prétendent MM. Wurtz et Laurent, ces petits commissionnaires de la social-démocratie arc-boutée dans la défense de l’euro, d’affirmer qu’il faut sauver l’euro et réorienter démocratiquement sa gestion : comme si on pouvait « démocratiser » cette arme de destruction massive des acquis sociaux et des services publics qu’est la monnaie unique européenne !

La réalité c’est que de toutes manières, la monnaie unique telle que nous la connaissons va éclater. La seule question est de savoir quand et sur qui va retomber le tsunami monétaire qui s’en suivra. Et il est facile de répondre : sur les peuples. Car déjà le plan « euro plus » concocté par Bruxelles avec l’appui de la social-démocratie européenne alliée à la droite, signifie la mort et le déclassement massif d’économies entières, Grèce en tête. Ce n’est pas si nous sortons de l’euro que nous y resterons, c’est si nous y restons que nous en crèverons !

En sortir, et par la gauche, c’est possible et positif: c’est ce que démontre le livre de Jacques Nikonoff qui présentera ses vues au stand du PRCF sur la fête de l’Huma le vendredi septembre à 17 h.

Bien entendu sortir de l’euro ne sera pas suffisant : il faut aussi changer de cap sur tous les autres domaines de la vie socio-économique, produire en France, reconstituer un large secteur public industriel et de service, démocratiser et planifier la gestion des grandes entreprises à renationaliser, remettre l’homme, les salaires, le pouvoir d’achat au centre de la vie sociale.

En un mot, engager la rupture totale avec l’Union européenne du capital et avec le système capitaliste.

C’est dans cet esprit que le secrétariat national du PRCF appelle les militants et les organisations départementales et locales du PRCF à se saisir du tract commun de l’Arc républicain de progrès « appel du 29 mai 2011 » à l’occasion du 14 juillet.

Ne laissons pas aux mains de Sarkozy, qui détruit la France, la République, les acquis sociaux, la Fonction publique, l’Education nationale, et jusqu’à la langue française sacrifiée au tout-anglais de la maternelle à l’université, la célébration de la prise de la Bastille qui est aussi la fête de la nation républicaine.

Comme nous l’ont appris Maurice Thorez et Jacques Duclos
à l’époque du Front populaire, réapproprions-nous l’alliance victorieuse du drapeau tricolore et du drapeau rouge frappé des « outils » pour remettre la classe travailleuse à l’offensive face à l’énorme crise du capitalisme, de l’UE et de l’euro qui ne cesse de s’aggraver.

Vive la République sociale, souveraine et fraternelle qui permettra à notre peuple d’en finir avec le capitalisme destructeur pour marcher au socialisme dans les conditions de notre époque !