le Parti communiste doit mettre toute son énergie dans la campagne pour un #Brexit du peuple : appel du 55è congrès du Parti Communiste de Grande-Bretagne

Réunis pour leur 55e congrès, les communistes de Grande-Bretagne lance un appel clair net et précis pour un du Peuple, dénonçant l’accord de bidon piétinant le vote populaire du référendum de 2016.

Voici l’appel pour un Brexit du peuple lancé par les communistes du Parti Communiste de Grande-Bretagne et publié par leur célèbre journal, le Morning Star et traduit par les bons soins de la commission internationale du PRCF



Discours du Parti communiste de Grande-Bretagne au 55e Congrès, 17 novembre 2018, prononcé par Robert Griffiths, secrétaire général.Camarades, ce 55e Congrès du Parti communiste se réunit à un moment critique pour la classe ouvrière et les peuples de Grande-Bretagne et pour les exploités et opprimés du monde capitaliste.Il y a cent soixante-dix ans, Marx et Engels affirmaient dans le Manifeste du Parti communiste que la classe ouvrière de chaque nation doit d’abord régler les choses avec sa propre bourgeoisie, gagner la bataille de la démocratie, remplacer la classe capitaliste comme classe dirigeante dans la société.

Les événements de ces derniers jours soulignent pourquoi il est urgent de le faire dans nos trois pays.

Selon toutes les analyses et définitions, la majorité des électeurs de la classe ouvrière en Grande-Bretagne ont voté en juin 2016 pour quitter l’Union européenne.

La plus grande raison de le faire était le désir populaire de rétablir l’autonomie gouvernementale souveraine ici, dans la pratique.

Les gens voulaient que nos parlements et gouvernements démocratiquement élus en Grande-Bretagne soient libres de décider des politiques qui ont un impact si profond sur la vie de la plupart des gens.

Oui, de nombreux électeurs souhaitaient également que la souveraineté limite l’immigration en provenance d’Europe de l’Est, croyant à tort qu’il s’agit du principal facteur qui mine les conditions d’emploi, exerce une pression débilitante sur les services publics ou pousse la facture sociale britannique au-delà des limites de la capacité financière.

Mais la réponse appropriée à ces préoccupations n’est pas de qualifier 17,4 millions de personnes de bigots et de racistes ignorants et sous-éduqués, qui peuvent être menés par le bout du nez par Nigel Farage et Boris Johnson.

La réponse appropriée et progressive consiste à expliquer comment les problèmes sociaux et économiques profonds et de longue date de la Grande-Bretagne – pauvreté, inégalités flagrantes, insécurité chronique, services publics sous-financés, sous-investissement dans l’industrie productive et la technologie moderne – découlent du système de classe capitaliste lui-même.

Comme nous, communistes, nous le comprenons bien, le capitalisme est basé sur l’exploitation par quelques-uns de la force de travail du plus grand nombre. En tant que système, il engendre le sexisme, le racisme, les crises, le militarisme et la guerre. Quand c’était nécessaire et possible, il s’est tourné vers le fascisme pour se protéger contre la révolution.

Depuis le Manifeste communiste, le suffrage universel et d’autres droits démocratiques ont été acquis en Grande-Bretagne par les chartistes, par les suffragettes et les suffragettes, par les syndicalistes, les libéraux, les sociaux-démocrates, les socialistes et les communistes.

La classe capitaliste au pouvoir a longtemps dû faire face au défi – et au pouvoir potentiel – de la démocratie ouvrière.

Elle l’a fait surtout au niveau national, là où se trouve le pouvoir de l’État, toujours avec succès, jusqu’à présent, mais souvent au prix de compromis et de concessions.

Ce que les grandes classes capitalistes d’Europe occidentale ont développé aujourd’hui, cependant, c’est un modèle qui met des domaines vitaux de la prise de décision hors de portée des parlements et des gouvernements démocratiquement élus.

L’autorité a été transférée à un appareil international d’institutions non élues et non responsables, conçu pour protéger les intérêts capitalistes contre toute menace démocratique à leur encontre.

Oui, la classe ouvrière et le peuple peuvent élire leurs conseils locaux, nationaux et centraux, leurs parlements et leurs gouvernements. Ils peuvent même élire un faux Parlement européen.

Mais tous les organes élus doivent agir dans le cadre des règles, directives et traités toujours plus stricts de l’Union européenne, contrôlés par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et la Cour de justice européenne.

En outre, les traités fondamentaux de l’UE sont irréformables, à moins que les gouvernements progressistes et de gauche ne puissent gagner des mandats dans tous les États membres les plus puissants à peu près en même temps et survivre à l’énorme pression que les grandes entreprises pourraient leur faire subir.

En Grande-Bretagne, la réalité immédiate est qu’un gouvernement conservateur largement pro-UE a négocié un Brexit bidon avec la bureaucratie anti-socialiste pro-marché et dure de l’Union européenne. Elle a répondu aux souhaits des cercles les plus puissants du capital monopolistique en Grande-Bretagne – les banques, les grandes entreprises, la CBI, l’Institut des directeurs – représentés au sein du conseil consultatif des entreprises mis en place par le Premier ministre Theresa May et le chancelier Phillip Hammond.

Les grandes entreprises veulent que la Grande-Bretagne reste aussi proche que possible du marché unique et de l’union douanière de l’UE et de leurs “libertés” commerciales – la liberté d’exporter des capitaux, de s’établir partout, de commercer avec un minimum de réglementation et de surexploiter les travailleurs migrants.

Pour la classe capitaliste, un Brexit bidon est meilleur qu’un vrai Brexit, bien que le premier choix ne soit pas un Brexit. C’est pourquoi, si le faux Brexit de May et Michel Barnier était défait à la Chambre des communes, les grandes entreprises appuieraient pleinement la campagne en faveur d’un second référendum.
Le Morning Star a déjà montré comment ce que l’on appelle la cabale du vote populaire est dirigée par les mêmes timides politiques et les mêmes sacs d’argent qui ont dirigé et financé la campagne ” Rester dans l’UE ” lors du référendum.

Leur but, depuis lors, a toujours été de dénigrer, bloquer et renverser le Vote du Peuple que la classe dirigeante n’aimait pas en juin 2016.

Ils pensent, à l’instar de l’Union européenne, que les citoyens doivent voter, voter et voter encore, jusqu’à ce qu’ils trouvent la seule réponse acceptable. Le peuple doit apprendre à aimer “Big Brother”.

Ce qui est tragique, c’est que, depuis plus de deux ans, le parti travailliste n’a absolument pas défendu la démocratie et la souveraineté populaire, malgré l’appel de Jeremy Corbyn, le matin du résultat du référendum, pour que le vote du peuple soit appliqué sans délai.

Sa position de principe ce jour-là a poussé l’importante cohorte de députés travaillistes favorables à l’UE, à l’OTAN, aux armes nucléaires et à l’austérité à déclencher une deuxième course à la direction syndicale.

Et depuis, ces mêmes éléments mènent une guerre de bas niveau au sein du Parti travailliste parlementaire pour défendre les intérêts de la classe dirigeante dans sa lutte contre Corbyn, John McDonnell, la démocratie, la souveraineté populaire et la majorité ouvrière.

Ces députés travaillistes antidémocratiques, anti-classe ouvrière et antisocialistes ne comprennent que trop bien que les règles du marché unique et de l’union douanière de l’UE constituent un obstacle majeur à bon nombre des politiques progressistes et de gauche d’un gouvernement travailliste de gauche.

Comme le parti communiste l’a souligné en détail, les plans de renationalisation du parti travailliste, les fonds d’investissement soutenus par l’État, la direction de l’investissement en capital, la politique de développement régional, la réglementation du commerce, la fin des appels d’offres concurrentiels obligatoires, la restructuration de la TVA et l’égalité législative des travailleurs migrants vont à l’encontre des lois européennes existantes.

Le conseil consultatif des entreprises du gouvernement conservateur, le CBI et la Ville le savent et la Commission européenne le leur a rappelé. C’est pourquoi ils craignent un Brexit réel – un Brexit du peuple – et veulent un Brexit bidon ou mieux encore pas de Brexit à la place.

Telles sont les politiques de classe de la question de l’Union européenne. L’UE représente les intérêts communs, l'” internationalisme ” réactionnaire – voire l’impérialisme – des classes capitalistes d’Europe occidentale.

Les intérêts communs – l’internationalisme prolétarien – des travailleurs et de leurs familles partout dans le monde, de leurs syndicats et de leurs partis communistes et ouvriers s’y opposent.

C’est pourquoi le Parti communiste doit mettre toute son énergie dans la campagne pour un Brexit du peuple, qui sera lancé lors d’un grand rassemblement à Londres jeudi prochain.

Oui, nous voulons que les relations économiques avec l’UE se poursuivent, avec si possible un commerce sans droits de douane ou à bas prix. Oui, nous voulons que la liberté de voyager à travers l’Europe continue, avec tous les droits de résidence et de citoyenneté pour tous ceux qui vivent ici.

Oui, nous voulons que la coopération sociale, éducative, scientifique, environnementale et culturelle non seulement se poursuive, mais qu’elle s’épanouisse.
Mais pas au prix de la liberté des citoyens d’élire un gouvernement de gauche avec des politiques de gauche ; pas dans le cadre d’une “Europe forteresse” qui discrimine l’immigration noire non européenne ; pas en tant que signataires d’une politique étrangère et de défense commune qui nous enferme dans de nouvelles structures militaires européennes, dans une politique de l’OTAN et un réarmement grâce aux protocoles d’un traité irrévocable.

Nous voulons un Brexit véritablement populaire qui permettrait à la Grande-Bretagne de renforcer ses liens économiques, sociaux et culturels directement avec d’autres pays du monde entier – non pas dans le cadre d’un bloc européen en pleine expansion, ni comme caniche de la politique étrangère et militaire américaine.

Nous voulons un véritable Brexit populaire qui rapatrie les pouvoirs de Bruxelles dans un grand nombre de domaines politiques et les délègue au Parlement écossais, à l’Assemblée nationale galloise et aux assemblées régionales en Angleterre. Cela fait partie du “fédéralisme progressiste” défendu par le Parti communiste pour maintenir l’unité de la classe ouvrière, redistribuer la richesse à travers la Grande-Bretagne, donner à nos nations et régions les moyens de défier les forces du marché capitalistes dans leur lutte pour un développement équilibré et durable.

Mais nous savons aussi que la condition préalable à tout cela est la chute du gouvernement conservateur britannique. Oublions la loi sur le “Parlement à durée déterminée”.

Les campagnes de masse contre l’austérité, le crédit universel, la privatisation, les fractures, un Brexit bidon, l’UE, les armes nucléaires et la guerre impérialiste peuvent créer les conditions dans lesquelles les conservateurs n’ont d’autre choix que de concéder une élection générale précoce.

Ensuite, nous devons aller jusqu’au bout de l’élection de ce que les défaitistes, les pessimistes et les experts nous disaient il y a encore 16 mois qu’il était impossible – un gouvernement travailliste dirigé par la gauche, socialiste et anti-impérialiste, s’était engagé à mettre en œuvre un programme de gauche.

D’ailleurs, beaucoup de ces mêmes personnes nous ont également dit qu’un vote pour quitter l’UE balayerait les travaillistes dans une vague de réaction, tout comme ils nous disent maintenant que Brexit balayera tous nos droits sociaux, syndicaux et du travail – comme si l’Union européenne nous avait jamais défendus contre les 12 ou 13 lois antisyndicales depuis 1979 ! Comme si le mouvement syndical était totalement incapable de défendre aucun des droits qu’il a – que nous avons – gagnés par nos propres luttes !

Quelle honte que le TUC vende ces absurdités hystériques et défaitistes au nom de l’Union européenne et de ses institutions anti-ouvrières, telles que la Cour de justice de l’UE.

Si nous pouvons gagner l’élection d’un gouvernement de gauche, la lutte politique de classe en Grande-Bretagne entrera dans une nouvelle étape. Toute la force, l’unité et la clarté d’un mouvement de masse militant, dirigé par la classe ouvrière organisée, seront alors nécessaires pour vaincre la résistance de la classe dirigeante de toutes sortes, pour gagner la bataille de la démocratie et du pouvoir étatique.

À chaque étape du cheminement de la Grande-Bretagne vers le socialisme, le rôle du Parti communiste sera crucial. Sans un parti marxiste organisé sur tous les fronts de bataille, capable d’unifier les campagnes et les mouvements, d’offrir analyse et direction, il ne peut y avoir de percée vers la révolution, le pouvoir étatique et le socialisme.

Le rapport de travail du comité exécutif sortant montre combien même un petit nombre de communistes peuvent faire sur tant de fronts.

Il indique également tout ce qu’il reste encore à faire et je le propose officiellement pour votre approbation.

Ce congrès réaffirmera notre engagement à lutter, à suivre la stratégie définie dans notre programme Road to Socialism (le chemin vers le socialisme) de la Grande-Bretagne, à lutter contre l’impérialisme et à prendre notre place dans le mouvement communiste international.

Nous sommes fiers de notre héritage communiste. Nous défendons les acquis historiques des travailleurs et des peuples de l’Union soviétique et des autres pays socialistes. Nous tenons haut le drapeau rouge du socialisme et du communisme.

At a crucial time for the British working class, we must throw our energies into a People’s Brexit

Communist Party of Britain address to the 55th Congress, November 17 2018, delivered by ROBERT GRIFFITHS, general secretary

COMRADES, this 55th Congress of the Communist Party is meeting at a critical time for the working class and peoples of Britain and for the exploited and oppressed across the capitalist world.

One hundred and seventy years ago, Marx and Engels argued in the Manifesto of the Communist Party that the working class in every nation must first of all settle matters with its own bourgeoisie, must win the battle of democracy, must replace the capitalist class as the ruling class in society.

The events of recent days underline why that urgently needs to be done in our three countries.

By every analysis and definition, the majority of working-class voters in Britain voted in June 2016 to leave the European Union.

The biggest single reason for doing so was a popular desire to re-establish sovereign self-government here, in practice.

People wanted our democratically elected parliaments and governments in Britain to be free to decide the policies that have such a profound impact on most people’s lives.

Yes, many voters also wanted to see that sovereignty used to limit immigration from eastern Europe, wrongly believing that this is the biggest single factor undermining terms and conditions of employment, putting debilitating pressure on public services or pushing Britain’s welfare bill beyond the bounds of affordability.

But the proper response to these concerns is not to brand 17.4 million people as undereducated, ignorant bigots and racists who can be led by the nose by Nigel Farage and Boris Johnson.

The proper, progressive response is to explain how Britain’s deep and long-running social and economic problems — poverty, gross inequality, chronic insecurity, underfunded public services, underinvestment in productive industry and modern technology — arise from the capitalist class system itself.

As we communists well understand, capitalism is based on the exploitation by a few of the labour power of the many. As a system it breeds sexism, racism, crisis, militarism and war. When necessary and possible, it has turned to fascism to protect itself against revolution.

Since the Communist Manifesto, universal suffrage and other democratic rights have been won in Britain by the Chartists, by the suffragists and suffragettes, by trade unionists, liberals, social democrats, socialists and communists.

The ruling capitalist class has long had to confront the challenge — and the potential power — of working-class democracy.

It has done this mostly at national level, where state power lies, always successfully, so far, but often at the cost of compromise and concessions.

What the major capitalist classes of western Europe have now developed, however, is a model which puts vital areas of decision-making beyond the reach of democratically elected parliaments and governments.

Authority has been transferred to an international apparatus of unelected and unaccountable institutions designed to protect capitalist interests against any democratic threat to them.

Yes, the working class and the people can elect their local, national and central councils, parliaments and governments. They can even elect a sham European Parliament.

But all elected bodies must act within the ever-tightening rules, directives and treaties of the European Union, policed by the European Commission, the European Central Bank and the European Court of Justice.

Furthermore, the basic treaties of the EU are irreformable, unless left and progressive governments can win office in all the most powerful member states at around the same time and can survive the enormous pressure that big business would bring down upon them.

In Britain, the immediate reality is that a largely pro-EU Tory government has negotiated a bogus Brexit with the European Union’s hard-line pro-market, anti-socialist bureaucracy. It has carried out the wishes of the most powerful circles of monopoly capital in Britain — the banks, the giant corporations, the CBI, the Institute of Directors — represented in the business advisory council set up by Prime Minister Theresa May and Chancellor Phillip Hammond.

Big business wants to keep Britain as closely aligned as possible with the EU single market and customs union and their big business “freedoms” — the freedom to export capital, to establish in business anywhere, to trade with minimal regulation and to super-exploit migrant labour.

For the capitalist class, a bogus Brexit is better than a real Brexit, although the first choice would be no Brexit of any kind. That’s why, should May and Michel Barnier’s bogus Brexit be defeated in the House of Commons, big business will throw its weight fully behind the campaign for a second referendum.

The Morning Star has already exposed how the so-called People’s Vote cabal is run by the same political shysters and moneybags who directed and bankrolled the Remain campaign in the EU referendum.

Their aim, ever since, has been to denigrate, block and overthrow the People’s Vote that the ruling class didn’t like in June 2016.

They believe, in true European Union fashion, that the people must vote, vote and vote again, until they come up with the only acceptable answer. The people must learn to love “Big Brother.”

The tragedy is that, for more than two years, the Labour Party has utterly failed to defend democracy and popular sovereignty, despite Jeremy Corbyn’s call on the morning of the referendum result for the people’s vote to be implemented without delay.

His principled stance on that day caused the large cohort of pro-EU, pro-Nato, pro-nuclear weapons, pro-austerity Labour MPs to trigger a second Labour leadership contest.

And ever since, those same elements have been waging a low-level war inside the Parliamentary Labour Party to defend the interests of the ruling class in its struggle against Corbyn, John McDonnell, democracy, popular sovereignty and the working class majority.

These anti-democratic, anti-working class, anti-socialist Labour MPs understand only too well that the rules of the EU single market and customs union present a major barrier to many of the left and progressive policies of a left-led Labour government.

As the Communist Party has pointed out in detail, Labour’s plans for renationalisation, state-backed investment funds, direction of capital investment, regional development policy, regulation of trade, an end to compulsory competitive tendering, the restructuring of VAT and legislative equality for migrant workers all run counter to existing EU statutes.

The Tory government’s business advisory council, the CBI and the City know this and they have been reminded of it by the European Commission. That is why they fear a real Brexit — a People’s Brexit — and want a bogus Brexit or better still no Brexit instead.

These are the class politics of the European Union question. The EU represents the common interests, the reactionary “internationalism” — indeed the imperialism — of the capitalist classes of western Europe.

Against it stand the common interests — the proletarian internationalism — of workers and their families everywhere, of their trade unions and their Communist and workers’ parties.

This is why the Communist Party must throw its energies into the campaign for a People’s Brexit, to be launched at a major rally in London next Thursday.

Yes, we want economic relations with the EU to continue, with no-tariff or low-tariff trade if possible. Yes, we want freedom of travel across Europe to continue, with full residency and citizenship rights for all who live here.

Yes, we want social, educational, scientific, environmental and cultural co-operation not only to continue — but to flourish.
But not at the price of people’s freedom to elect a left-wing government with left-wing policies; not as part of a “Fortress Europe” that discriminates against non-European, black immigration; not as signatories to a common foreign and defence policy that locks us into new EU military structures, into Nato policy and rearmament through the protocols of an irreformable treaty.

We want a genuinely People’s Brexit which would enable Britain to strengthen its economic, social and cultural links directly with other countries around the world — not as part of an ever-expanding European power bloc, nor as a poodle of US foreign and military policy.

We want a genuinely People’s Brexit that will repatriate powers from Brussels in scores of policy areas and devolve them to the Scottish Parliament, the Welsh National Assembly and to regional assemblies in England. This is part of the “progressive federalism” championed by the Communist Party to maintain working-class unity, to redistribute wealth across Britain, to empower our nations and regions to challenge capitalist market forces in their drive for balanced and sustainable development.

But we also know that the precondition for any of this happening is the downfall of Britain’s Tory government. Never mind the cosmetic “Fixed-Term Parliament Act.”

Mass campaigning against austerity, universal credit, privatisation, fracking, a bogus Brexit, the EU, nuclear weapons and imperialist war can create the conditions in which the Tories have no option but to concede an early general election.

And then we must go flat out for the election of what the defeatists, pessimists and pundits were telling us until 16 months ago was impossible — a Labour government led from the left, by socialists and anti-imperialists, pledged to implement a left-wing programme.

Incidentally, many of these same people also told us that a vote to leave the EU would sweep Labour away in a tide of reaction, just as they tell us now that Brexit will sweep away all our social, employment and trade union rights — as though the European Union has ever defended us against any of the 12 or 13 anti-worker, anti-union laws since 1979! As though the labour movement is utterly incapable of defending any of the rights that it — that we — have won through our own struggles!

How shameful that the TUC peddles this hysterical, defeatist nonsense on behalf of the European Union and its anti-working class institutions such as the EU Court of Justice.

If we can win the election of a left-led government, the political class struggle in Britain will enter a new stage. All the strength, unity and clarity of a militant mass movement, led by the organised working class, will then be needed to overcome ruling-class resistance of every kind, to win the battle of democracy and state power.

At every stage in Britain’s road to socialism, the role of the Communist Party will be crucial. Without a Marxist party organised on every front of battle, capable of unifying campaigns and movements, offering analysis and direction, there can be no breakthrough to revolution, state power and socialism.

The report of work of the outgoing executive committee demonstrates how much even a small number of Communists can do on so many fronts.

It also indicates how much more still needs to be done and I formally move it for your endorsement.

This congress will reaffirm our commitment to struggle, to the strategy outlined in our programme Britain’s Road to Socialism, to anti-imperialism and to our place in the international communist movement.

We are proud of our communist heritage. We defend the historic gains made by the workers and peoples of the Soviet Union and the other socialist countries. We hold high the red banner of socialism and communism.

Commentaire de lecteur “le Parti communiste doit mettre toute son énergie dans la campagne pour un #Brexit du peuple : appel du 55è congrès du Parti Communiste de Grande-Bretagne

  1. SNOWDEN
    21 novembre 2018 at 07:32

    Je n’ai aucune confiance dans le futur secrétaire national du PCF, héritier de Demessine et Bocquet et qui ont laissé faire avec Hue et Buffet toutes les privatisations de services publics par le PS avec le sieur Gayssot (France Telecom, EDF-GDF, Air France, La Poste, SNCF, etc…) parce qu’il fallait rester au gouvernement, au PGE, et dans la bouse mafieuse UE/OTAN/EURO.
    La direction actuelle avec ses successeurs entourés de liquidateurs droitiers devra être jugée à l’aune du résultat de Brossat&Co aux Européennes.