interview radio georges gastaudLe 14 juillet dernier, Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF répondait aux questions des journalistes de Sputnik radio au sujet des accords de Bruxelles établissant un troisième memorandum d’austérité sous la férule de l’Union Européenne pour la Grèce.

Sputnik : Un accord est enfin trouvé sur la Grèce, pensez vous que c’est une victoire ou un compromis

Georges Gastaud : je pense que c’est une terrible défaite pour le peuple grec. C’est une mise en tutelle de la Grèce. On appelle pas cela un accord ou alors les accords de Munich étaient un accord. Je pense qu’en réalité l’Union Européenne veut humilier le peuple grec et ne lui faire aucune concession sérieuse.

Je pense que le problème de tous ces pays de l’europe exceptée l’Allemagne c’est qu’ils ont perdu leur indépendance, et que François Hollande fait beaucoup de cinéma pour faire croire qu’il est d’accord avec un traitement plus doux pour le peuple grec, mais que pour finir, l’expérience montre qu’il cède toujours à Angela Merkel au dernier moment. Donc je ne compte pas sur François Hollande, je compte sur les peuples qui doivent comprendre que l’on ne peut pas traiter avec l’Union Européenne malheureusement. j’aimerai que cela soit le cas, mais ce n’est pas le cas. On voit bien que Tsipras a fait énormément de concessions, sur des points majeurs de son programme et que pour autant cela ne suffira jamais, il faut toujours aller plus loin. Il n’y a pas d’issue dans le cadre de cette Union Européenne.

Pensez vous que tous les parlements européens vont voter pour l’adoption de cet accord ?

Je crois qu’il n’y a peu de suspense, malheureusement. Sauf s’il y a des manifestations un petit peu partout, mais nous sommes quand même au milieu du mois de juillet et bien entendu tout est fait pour que cet accord puisse être adopté dans le dos des peuples. Sans que ceux-ci n’aient véritablement à se prononcer. Alors il y aura bien entendu des discussions des criailleries, des disputes de dernières minutes et ainsi de suite mais finalement les banquiers ont parlé et l’Allemagne a parlé, c’est elle désormais qui mène la danse en europe, et il y aura sans doute ce que l’on appelle un « accord ». Effectivement. Mais cela ne veut pas dire que les peuples sont d’accords. C’est tous le contraire

Est ce que vous avez entendu que la Russie est prête à aider la Grèce ?

Oui je crois que de toute façon la Grèce n’a que deux solutions:

– soit elle continue dans le cadre de l’Union Européenne a aller d’humiliation en humiliation

– soit elle comprend que la solution est à l’extérieur et elle comprend que si la Russie ou d’autres pays que l’on appelle les BRICS peuvent lui tendre la main ce pourrait être un bien pour elle. Il faut que la Grèce se souvienne qu’il n’y a pas que l’Occident, il y a aussi l’Orient. Et que c’est un peuple qui a aussi ses traditions, c’est un peuple de tradition orthodoxe. Elle peut avoir d’autre secours que des pays qui la presse éternellement comme un citron. Donc si la Russie lui tend une main désintéressée, pourquoi pas.