Espagne : Exproprier la banque, les entreprises stratégiques et, bien évidemment, la santé privatisée y compris les entreprises pharmaceutiques !

Por Ángeles Maestro, RED ROJA

L’actuelle crise sanitaire et sociale prend des proportions gigantesques qui sont encore à déterminer, sans mesure commune depuis des décennies. La santé publique est débordée tandis que les hôpitaux à gestion privée avec financement public détournent le regard, maintiennent une bonne partie de leurs installations fermées et poursuivent leurs activités habituelles. Les assurances privées, au milieu de la tragédie, multiplient la publicité en prétendant faire leurs profits avec l’angoisse des gens tout en profitant des mesures du gouvernement pour réduire les effectifs.

En même temps, surgit une véritable hécatombe sociale.

Le confinement décrété pour tenter de minimiser les contagions a révélé l’ampleur du criminel désordre capitaliste. La police, la garde civile et l’armée ont pris les rues pour éviter que les gens sortent de chez eux sans motif valable tandis qu’on laisse au bon vouloir du grand capital de maintenir ou non la production. L’incongruité produit des situations aberrantes comme des travailleurs et des travailleuses allant travailler dans des secteurs non indispensables, entassés dans le métro, pendant que l’armée mitraillette en main ou la police, les empêche de faire un tour dans leur quartier en fin de semaine. En même temps, les réseaux sociaux reflètent un nombre croissant d’abus, d’arbitraire et de brutalité policière en application, précisément de la Loi Mordaza (Loi Bâillon).

Le syndicat CGT AIRBUS, après avoir vérifié que dans l’entreprise et les industries auxiliaires il y avait des centaines de travailleurs, des travailleurs présentant des symptômes – positifs ou mis en quarantaine – et que la société refusait d’arrêter la production, a appelé une grève illimitée de la 30 mars. L’objectif est de couvrir toutes les personnes qui décident de ne pas aller travailler. En fait, les entreprises qui ont fermé l’ont fait , dans la plupart des cas, en raison du personnel et des exigences du personnel. Des milliers d’entreprises maintiennent leur production de biens et services non essentiels; et ils le font en exposant leur personnel – même avec des cas et des symptômes positifs et avec la menace de licenciement – à un risque de contagion et à devenir de nouvelles sources d’infection. Un des nombreux cas signalés a été celui de la multinationale danoise VESTAS qui fabrique des éoliennes et qui oblige les 1 300 personnes de son personnel à travailler à son siège à Saragosse malgré plusieurs cas confirmés de coronavirus. Les syndicats ont dénoncé le fait que cette entreprise stocke et cache des milliers de masques faciaux, des gants en nitrile, des lunettes et des combinaisons de sécurité, etc. 1 .

Où est l’argent?

On pourrait penser que cette pénurie désespérée de moyens de santé publique et la misère dans des millions de foyers sont la conséquence de l’absence générale de ressources. Loin de là. Je me souviens de certaines données relatives aux fonds qui proviennent des budgets généraux de l’État, qui vont à des secteurs de priorité discutable, et qui n’ont pas du tout modifié l’état d’alarme:

  • Le seul versement d’intérêts sur la Dette 2, qui a triplé après avoir transféré des dizaines de milliards d’euros de deniers publics à la banque et qui n’a pas été restitué – sans compter les échéances du capital – représente 31.400 millions par an, 86 millions d’euros / jour 3 .
  • Dépenses militaires, 31,4 milliards d’euros par an, 87 millions d’euros / jour 4
  • Subventions à l’Église catholique, plus 11 000 millions d’euros / an, 30 millions d’euros / jour 5
  • Paiement à la maison royale, huit millions d’euros / an, 22 000 euros / jour 6

À tout cela, nous avons ajouté les données sur l’évasion fiscale des grandes banques et entreprises qui, si dans des conditions normales provoquent l’indignation, sont aujourd’hui absolument scandaleuses.

Les sociétés Ibex 35 maintiennent 805 filiales dans des paradis fiscaux, 80% dans l’UE elle-même, vers lesquelles elles détournent les bénéfices des entreprises, entraînant des pertes de plusieurs millions de dollars dans les revenus de l’État en raison de l’impôt sur les sociétés déjà considérablement réduit. De cette façon, malgré l’augmentation spectaculaire des avantages déclarés ces dernières années, les recettes de l’État provenant de cette taxe ont été réduites de moitié, tandis que les recettes des impôts indirects tels que la TVA ont augmenté de 14%. Les bénéfices de ces sociétés au cours des années 2018 et 2019, selon la CNMV, s’élèvent à 77 677 millions d’euros.

Les sociétés Ibex qui ont plus de filiales dans les paradis fiscaux sont Banco de Santander avec 207, suivies par ACS avec 102, Repsol avec 70, Ferrovial avec 65 et Arcelor Mital avec 55 7 .

Et un respirateur, matériel pour lequel existent des allégations de santé publique, coûte 4 000 euros

Le grand capital augmente

Et face à cette situation, qui a déjà commencé avant le coronavirus, de pauvreté dramatique pour 12 millions de personnes, et de difficultés pour plus de la moitié de la population, le gouvernement, dans sa déclaration d’un état d’alarme, s’est contenté de mettre des correctifs ridicules contre l’effondrement social et économique en cours.

Il a mis en place des mécanismes stricts de contrôle social de la population, dont certains d’une justification plus que douteuse, tandis que le capital continue d’agir selon ses avantages et contre la santé de la population, à commencer pour ses propres travailleurs.

Les mesures économiques annoncées par le gouvernement du PSOE-PODEMOS le 17 mars dernier, comme il y a dix ans, ont donné aux banques et aux grandes entreprises la possibilité de décider des fonds publics qui, sans aucun doute, ont été utilisés pour les sauver. L’oligarchie économique et financière, dont les entreprises et les banques sont de mèche, bénéficiera non seulement de cette gigantesque urgence sanitaire et sociale, mais en plus ce sont les banques qui décideront à quelles entreprises elles accorderont des prêts avec la garantie de l’État et auxquelles elles ne le feront pas.

Alors que les canons de la lutte des classes le réclament, le grand capital, avec le gouvernement «progressiste» à son service, maintient le sceptre du pouvoir, encore plus grand, pour bénéficier du désastre pour la grande majorité.

Voyons le mécanisme.

  • Sur les 200 000 millions annoncés, 100 000 sont des garanties de l’État que le gouvernement met entre les mains des banques pour qu’elles les administrent. En d’autres termes, ce sont les banques qui évalueront la solvabilité des entreprises qui en feront la demande et qui décideront lesquelles seront accordées et lesquelles ne le seront pas, en fonction de leur capacité à assurer le retour du crédit accordé. Et sans aucun risque, car si en tout état de cause la décision avait été erronée et qu’un manquement s’était produit, l’État ferait office de garantie.

Y a-t-il des doutes quant aux entreprises qui seront considérées comme solvables, étant donné que les capitalistes eux-mêmes possèdent des banques et de grandes multinationales? Est-il possible pour plus de 150.000 petites entreprises ou plus de trois millions indépendants ? 0 Évidemment non.

C’est donc les banques qui se sont vu offrir l’énorme possibilité de pouvoir vendre leurs matières premières, de l’argent, des crédits d’une valeur de 100 000 millions d’euros. Et elles vendront leurs prêts au taux d’intérêt «de marché» lorsque la Banque centrale européenne le leur accordera, et elles se prêteront mutuellement, à un taux d’intérêt nul, voire négatif 10 .

À cela s’ajoutent les 750 000 millions de la Banque centrale européenne (BCE) servant à acheter des «actifs publics et privés», c’est-à-dire à insuffler cette énorme quantité de deniers publics en achetant des obligations de grandes entreprises, tandis que le risque est assumé par la BCE . C’est-à-dire que la partie de ces 750 000 millions qui correspond à l’Espagne ira aux mêmes grandes banques et aux mêmes multinationales.

Quant aux mesures visant les besoins les plus urgents de la classe ouvrière: logement, électricité, gaz, eau, etc., ce ne sont que des reports de versements hypothécaires et de factures, qui s’accumuleront pour plus tard. Et au cas où nous l’oublierions, les créanciers sont les mêmes grandes banques et les grandes multinationales.

Le reste des mesures gouvernementales qui impliquent des dépenses augmenteront la dette publique, celle que nous payons tous, sans imposer d’impôts sur les gros capitaux. Bien au contraire, comme nous l’avons vu. Et encore plus que cela puisque, «pour sortir de la crise», ils exigent des encore des réductions de l’impôt sur les sociétés et autres impôts directs.

Dans sa négligence criminelle, payées en vies humaines, l’exécutif n’a pas pris de mesures palliatives que d’autres gouvernements européens ont prises, du moins pendant l’état d’alarme, telles que:

o Interdiction absolue des licenciements pendant cette période, comme en Italie et en Grèce, déclarant tout licenciement éventuel.

o En Italie, chaque pigiste recevra une prime de 600 euros en mars et avril

o En Grèce, l’État paiera 800 euros en avril à ceux qui ont perdu leur emploi.

o Au Danemark, l’État paiera 75% des salaires des entreprises menacées de crise en échange d’aucune mise à pied

o En France , un moratoire sur le paiement des loyers aux PME qui ne paieront pas non plus l’eau, l’électricité ou le gaz.

o En Allemagne, jusqu’à récemment le gendarme de l’austérité dans l’UE, la banque publique KfW sera utilisée pour proposer 550 000 millions d’euros de prêts aux entreprises pendant la crise et l’aide publique sera utilisée pour éviter les licenciements.

Ce tableau résume les mesures prises par certains pays. Comme on peut le voir, l’Espagne est dans la file d’attente pour l’aide si l’on tient compte de celles approuvées jusqu’au 22 mars:

Source: compilation des annonces du gouvernement (22 mars) Carlos Sanchez Mato 11

Comme on peut le voir, même en Italie, avec un gouvernement de droite, les mesures de choc social dépassent de loin celles approuvées par le gouvernement.

Conclusion urgente: mettre au poste de commandement le salut du peuple.

Autant ils veulent le cacher sous le sinistre manteau du Coronavirus, autant il est évident que la pandémie n’a été que le déclencheur d’une nouvelle crise, d’une ampleur beaucoup plus grande et d’une marge de manœuvre moindre que celle d’il y a dix ans, et qui était déjà à un stade avancé de gestation.

Cette conclusion n’intéresse pas seulement les économistes. Il est essentiel que nous sachions que lorsque l’urgence sanitaire s’apaisera, nous serons au milieu de la crise sociale et économique la plus gigantesque dont nous nous souvenons.

Les données sont déjà choquantes: 50 000 licenciements quotidiens, 760 000 personnes ont rejoint une grève temporaire. La semaine dernière, plus d’emplois ont été perdus que durant toute l’année 2009 et le visage de la faim apparaît avec une intensité progressive dans les quartiers populaires.

Le gouvernement, comme on l’a vu, n’a pas assumé les responsabilités essentielles qui lui correspondent dans une situation d’urgence grave telle que la situation actuelle. Même lorsque les craquements de l’effondrement sont déjà fait entendre, des miettes telles que le moratoire ou l’aide au paiement des loyers ou la protection sociale élargie ont été incluses dans les décisions du Conseil des ministres du 24 mars (70% de l’assiette est évoquée), réglementation pour les travailleurs domestiques lorsqu’il y a des millions de femmes, chefs de famille, dans l’économie clandestine et qui se retrouvent sans rien après avoir perdu leur emploi à cause du coronavirus.

Le gouvernement de coalition montre de plus en plus clairement qui reçoit les ordres et Podemos continue d’ajouter des batailles perdues qui montrent qu’il ne sert qu’à donner une image “progressiste” dans l’histoire, pas dans les faits. Pendant ce temps, de plus en plus de secteurs de la classe ouvrière découvrent dans leur chair que cela ne peut pas continuer.

L’histoire selon laquelle il n’y a rien d’autre à faire que sauver les banquiers et les grands capitalistes n’est plus crue par personne, surtout après avoir vérifié comment le roi émérite est probablement le plus grand voleur du royaume, et que la concurrence est rude.

Les dimensions de la catastrophe ne peuvent être affrontées qu’avec des mesures qui s’attaquent aux causes, et pas seulement aux symptômes, et qui doivent constituer le programme de base d’un Front pour sauver les populations:

  1. Nationalisation de toutes les ressources de santé et planification de leur fonctionnement au service des besoins de santé de la population et protection efficace de ceux qui sont au premier plan: les travailleurs de l’ensemble du système de santé.
  2. Arrêt de l’activité dans tous les secteurs qui ne sont pas essentiels à la survie et à l’intervention des entreprises productrices de ressources de santé, y compris les entreprises pharmaceutiques.
  3. Intervention de toutes les grandes entreprises de production et de distribution pour éviter la fuite massive de capitaux déjà en cours et déclarer la fonction sociale des entreprises stratégiques.
  4. Expropriation de banques qui parasitent le reste de la société. Refus de payer la dette, créée en grande partie par le transfert de deniers publics aux banques, et ne pas accepter les limites de dépenses publiques imposées par l’UE.

Ce n’est qu’avec ces instruments que l’objectif essentiel peut être atteint:

  1. Planification rationnelle de l’économie en fonction des besoins sociaux.

Bref, ce qui est inévitable, c’est de sortir de la barbarie d’une opération sociale dirigée d’une main de fer pour assurer l’augmentation permanente des profits des grands capitalistes, au prix de la misère, de la santé, de la répression et de la vie de ceux qui justement créent la richesse.

Parallèlement à l’inéluctabilité de ces mesures, dont la péremptorité s’accroîtra de jour en jour, il est nécessaire de construire un pouvoir capable de montrer la voie d’une mobilisation populaire qui se fera sans aucun doute après cette phase d’enfermement et de catatonie, et, finalement, de les réaliser. Sur ces approches programmatiques, énoncées d’une manière ou d’une autre, il est nécessaire de construire un Front visant au salut du peuple, à partir de l’accord politique des organisations et de la construction du pouvoir populaire à partir de la base.

L’histoire nous enseigne que c’est en période de crise grave que les choses sont vues plus clairement et que le moment est venu de se mettre au travail.

2 On se souviendra que la dette publique a triplé en sept ans. Il est passé de 37% du PIB en 2007 à 100% en 2014. La principale cause de cette augmentation spectaculaire a été le transfert aux grandes banques de dizaines de milliards de deniers publics qui, comme on le sait, compte tenu de la passivité absolue du gouvernement, ne sera pas remboursé.

C’est précisément en cette période de crise sociale la plus aiguë, en 2011, que le PSOE et le PP ont réformé l’article 135 de la Constitution, qui leur permet, conjointement avec le traité de stabilité de l’UE, de considèrer leur paiement comme une priorité absolue, contre tout autre besoin. À ce jour, cette considération reste la même.

traduit depuis l’espagnol par MF pour www.initiative-communiste.fr