En Espagne, le délit de blasphème frappe encore !

Guillermo « Willy » Toledo est un célèbre acteur espagnol, célèbre aussi pour son engagement politique à gauche, notamment en faveur de la révolution cubaine et des mouvements progressistes latino-américains. En 2018, il fait l’objet d’une dénonciation par l’Association Espagnole des Avocats Chrétiens pour un délit présumé « d’offense aux sentiments religieux ». Refusant de comparaître devant le tribunal à deux reprises, au nom de la liberté d’expression, ce dernier a ordonné son arrestation. Il est en liberté conditionnelle depuis le 13 septembre 2019, après une journée de détention

Communiqué du

S’opposant à la détention du camarade et ami Willy Toledo, le Secrétariat politique du PCPE exige sa liberté immédiate sans inculpation et se montre totalement solidaire avec l’acte de dignité qui s’exprime par son refus de comparaître volontairement pour témoigner dans l’affaire que la justice bourgeoise espagnole, à la demande de l’ultraréactionnaire Association Espagnole des Avocats Chrétiens (Asociación Española de Abogados Cristianos, ndlr.), a lancé contre lui.

Par son acte de rébellion, Willy Toledo atteint un niveau dignité dont on ne s’approche que par la résistance à l’injustice et l’exploitation. C’est ainsi que l’histoire de l’humanité a été écrite et le geste de notre camarade est un pas sur la voie de notre libération définitive en tant que classe et en tant que peuple.

L’ reste un terrain fertile pour la promotion et la prolifération des idées sectaires prônées par l’Église Catholique. Le national-catholicisme franquiste, maintenu par la Constitution de 78, revalidé par le Concordat avec le Vatican et interprété dans la collusion permanente entre État et Église, a pour effet que, contre tout empire de la raison, la coexistence entre les égaux et l’intelligence demeure dans le code pénal un délit de blasphème. La Monarchie, l’Église et les chefs de tous poils, avec leurs cilices et leurs actions de l’Ibex 35 (équivalent espagnol du CAC 40, ndlr.), sont l’expression vivante la plus évidente et la plus rance de cette Espagne d’exploiteurs à reliquaires que nous devons détruire pour devenir un peuple cultivé et libre.

Que la lutte du camarade Toledo serve à mettre fin à la répression systématique exercée contre ceux qui luttent et défendent leurs droits; organisons le combat pour la libération de tous les prisonniers politiques. La pensée n’est pas un crime et la liberté d’expression est un droit humain fondamental et inaliénable.

CONTRE LA RÉPRESSION, PAS UN PAS EN ARRIÈRE. NO PASARÁN

Le Secrétariat Politique du PCPE

traduction JRCF – http://jrcf.over-blog.org/2020/02/communique-du-comite-central-du-pcpe-le-seul-blaspheme-est-l-existence-du-capitalisme-de-la-religion-catholique-et-de-l-etat-monarch