Avec le PRCF, les Gilets jaunes à l’honneur à Copenhague pour la célébration de la victoire contre le nazisme avec le DKP !

Le 4 mai, notre camarade Damien, militant des JRCF et gilet jaune était invité par les camarades du DKP à Copenhague pour participer aux actions de célébration de la victoire sur les nazis.

Le meeting du 4 mai a mobilisé plus de 700 participants, devant lesquels Damien a pu prononcer un discours.

Damien a fait dont de son gilet jaune qui sera exposé au musée du travail de Copenhague. Il a accordé un entretien au quotidien Arbejderen et a pu s’entrenir avec N Kofod le secrétaire de la commission internationale du D KP.

la mobilisation des gilets jaunes expliquée, la fascisation du régime Macron UE MEDEF dénoncée

La situation au Danemark

Le 17 juin ce sera jour d’élection du parlement, avec la victoire probable des néo libéraux (sociaux démocrates). A noter que l’extrême droite (Parti Populaire) est en perte de vitesse, mais qu’elle est en partie remplacé par des partis ouvertement fascistes (Stram Kurs par exemple).

Au coeur des questions de la campagne électorale, celle de l’age de départ à la retraite qui est actuellement fixé à 67 ans minimum mais le nombre d’année de cotisation oblige un jeune qui commencerait à travailler à 20 ans à travailler jusqu’à l’age de 74 ans ! Les questions de lutte contre le changement climatique mobilise également beaucoup. Autre grande question celle de la lutte contre le cadre financier ordonné par l’UE dans la gestion des finances des municipalité.

Le DKP profite de la campagne pour mener des action pour la sortie de l’UE (le DANXIT !) et mène des actions de solidarité contre le coup d’état au Venezuela et a organisé une manifestation pour la sortie de l’OTAN.

Le PRCF et notre camarade gilet jaune Damien à l’honneur de Arbedjeren, le journal des communistes danois

le discours prononcé par Damien au nom du PRCF

Chers amis, chers camarades danois,

En tant que petit fils de résistant c’est un honneur pour moi d’intervenir ici, à votre invitation pour la célébration du 4 mai, en tant que “gilet jaune”, pour vous informer de l’évolution du mouvement social qui agite mon pays. Je tiens également à préciser que je suis membre d’une organisation marxiste-léniniste, le Pôle de Renaissance Communiste en France, qui apporte son salut fraternel à tous les camarades du Danemark, aux travailleuses et travailleurs, militantes et militantes communistes, mais aussi aux progressistes et patriotes engagés dans la lutte antifasciste pour faire triompher la paix et la justice.

Cela fait désormais presque six mois que le mouvement des Gilets Jaunes a débuté en France, et depuis il n’a cessé de bousculer, souvent de manière “désordonnée”, le programme de destruction méthodique de notre pays et de notre république, commandité par l’UE des monopoles capitalistes et appliqué désormais de manière violente et offensive par Macron et le gouvernement Philippe.

Ce mouvement, qui a débuté sur la simple revendication de la baisse du prix des carburants, a très vite développé des thématiques politiques et sociales bien plus larges telles que la hausse des retraites et des salaires, l’application d’une véritable démocratie ou encore la juste participation des plus riches à l’effort national. En somme, ce mouvement, composé de travailleurs des couches populaires voire de classes moyennes, s’est mis à combattre avec détermination les politiques gouvernementales qui favorisent les plus fortunés, les possédants et les exploiteurs, et qui à l’inverse traînent notre peuple et les travailleurs dans toujours plus de misère.

Faisant face à une répression policière inouïe, qui éborgne à coup de “flashball” de nombreux citoyens manifestant pacifiquement, le mouvement a progressivement pris des airs de révolte populaire. Néanmoins, il nous faut souligner ici que les affrontements avec les forces de l’ordre sont souvent menés, non sans la volonté et la satisfaction du pouvoir, par des “blacks-blocs” sans réelle stratégie politique, qui gèlent notre lutte dans des affrontements perpétuels entre une « avant-garde » d’excités et les forces de l’ordre, alors que nous avons besoin au contraire d’un large rassemblement de centaines de milliers, voire de millions, de citoyens, de travailleurs, de chômeurs, de retraités et d’étudiants, comme a pu dernièrement le faire le peuple algérien.

Malgré cela, la fronde populaire est toujours soutenue par une majorité de Français, grâce notamment aux mobilisations en campagne et dans les petites villes, aux initiatives prises pour réclamer toujours plus de démocratie et aux revendications sociales de plus en plus structurées.
Le mouvement lui même se structure petit à petit, multipliant les assemblées générales, voire les assemblées nationales rassemblant des délégués “gilets jaunes” de toute la France, proposant des appels et des listes de revendications communes, jusqu’à débattre sur la position à tenir face à l’UE.

Toutes ces actions, si elles aboutissent et remplacent les actions violentes, ne mèneront qu’à une confrontation idéologique de plus en plus poussée et évidente entre un large rassemblement populaire et l’UE capitaliste et atlantiste.

Depuis des dizaines d’années, par le biais du patronat français et des gouvernements à leurs services, l’UE et sa logique économique, bien antérieure à elle, n’ont cessé de détruire méticuleusement nos services publics performants, notre enseignement, notre santé, nos lois sur le travail et tout ce qui assurait aux citoyens une qualité de vie décente – si ce n’est plus –, autant de conquêtes qui furent arrachées aux capitalistes au prix de nombreuses luttes et du sang versé par de nombreux camarades, notamment en 1944 au moment de la Libération et grâce à l’action des ministres communistes – Maurice Thorez, Ambroise Croizat et Marcel Paul entre autres – participant au premier gouvernement post-Libération en 1945.
Et c’est bien cette qualité de vie perdue, cette pauvreté et cette misère qui s’installent de plus en plus, cette démocratie presque inexistante et ce mépris de classe qui sont à l’origine de la colère populaire qui a gagné les Français.

En ce sens il est évident que les revendications des gilets jaunes appelant à reconstruire la France, la République et la démocratie, sont en contradiction totale avec les intérêts capitalistes du patronat, de notre gouvernement et de l’UE des monopoles capitalistes.
Cette UE constitue également un grand danger pour la paix entre les peuples. Arrimée à l’OTAN, la remilitarisation du continent européen face à la prétendue “menace russe”, et notamment le projet d’armée européenne porté haut et fort par Emmanuel Macron est en passe de devenir réalité. De plus, l’UE accélère la fascisation croissante en Europe, ne réagissant nullement face au développement des forces ouvertement nostalgiques du IIIe Reich et du fascisme en Ukraine, dans les pays baltes, en Suède, en Espagne ou en Allemagne, et ceci au moment où l’extrême droite exerce désormais le pouvoir en Pologne, en Hongrie, en Autriche et en Italie.

Aussi, la rupture entre les peuples, les travailleurs et l’UE capitaliste est de plus en plus visible car seule cette rupture, par la gauche, que nous nommons sans détour en France “Sortie de l’UE, de l’euro et de l’OTAN pour sortir du capitalisme” ou encore “Frexit progressiste”, associant le drapeau rouge et le drapeau tricolore, la Marseillaise et l’Internationale, permettra au peuple d’appliquer et de satisfaire ses propres revendications.

Chers camarades, alors que nous célébrons aujourd’hui la libération de votre pays de l’occupation étrangère fasciste, n’oublions jamais les mots de Berthold Brecht “Le ventre est encore fécond d’où a surgit la bête immonde”. Car ce ventre encore fécond n’est rien d’autre que le capitalisme-impérialisme, porté au sein de nos pays respectifs par l’Union Européenne, cette prison des peuples, par l’euro, cette austérité perpétuelle devenu monnaie et par l’OTAN, cette machine à mondialiser les guerres états-uniennes, triade infernale pour nos peuples et les travailleurs contre laquelle ils se dressent désormais de plus en plus.

Hier comme aujoud’hui, refusons et combattons le capitalisme, l’impérialisme et le fascisme !
Ne faisons qu’un avec nos peuples pour les mener vers des jours heureux ! Merci camarades.