Wikipedia n’est pas une encyclopédie libre : un site verrouillé par une toute petite communauté. #wikipedia

wikipedia-initiative-communisteDans le courant du mois de décembre, suite à une procédure expéditive, l’article consacré à Initiative Communiste par l’encyclopédie Wikipédia a été censuré. Cela à l’issue d’un pseudo vote décidant de l’absence de notoriété de l’un des 30 premiers site politique en France, déclenché par un auteur prolixe d’articles sur la même “” consacrés à des champions allemands de seconde zone de combiné nordique… Le viol des règles revendiquées par permettant de vérifier l’acceptabilité d’un article par souligne ici le but de la manœuvre : censurer un média parce que communiste. Dans la foulée aussi, à la découpe des ciseaux des censeurs également les articles consacrés à Etincelles la revue théorique du PRCF, au militant de la paix Jean-Pierre Hemmen. Et proposé à la suppression durant les fêtes de Noel l’article consacré au philosophe Georges Gastaud, secrétaire national du PRCF… une tellement énorme qu’elle ne passera pas ce coup ci. Derrière ces suppressions ou tentative de suppressions, à chaque fois, 5 comptes utilisateurs seulement…

Face à la protestation argumentée et publique d’Initiative Communiste, un salarié de la Fondation Wikimedia, par ailleurs administrateur de Wikipedia est alors venu faire la leçon au PRCF via Twitter : wikipedia serait selon lui une encyclopédie ouverte et libre, accessible à tous et donc neutre. Sauf que des beaux principes affichés à la réalité, le décalage est manifeste. A l’image des mesures de rétorsions prises immédiatement contre l’un des membres de cette communauté qui avait eu le front d’argumenter pour la conservation de la page consacrée à notre journal dont le compte a été interdit de pouvoir éditer l’encyclopédie “libre”. Faut il préciser que cette suspension expéditive a été décidée par un administrateur connu sous le pseudonime d’Hégésipe Cormier, militant d’extrême droite (notoirement connu comme tel auparavant sous le pseudo de Jerottito, comme en témoigne les premiers refus de sa candidature à un poste d’administrateur)  ?

Libre et neutre wikipedia ? il est permis d’en douter.

Alors bien sûr d’aucuns diront qu’il ne faut pas tirer d’un ensemble d’exemples une généralité. Il est vrai que dans les faits la censure regrettable d’Initiative Communiste n’est le fait que de quelques utilisateurs de wikipedia.fr. Et les thuriféraires de Wikipedia de se réfugier derrière une communauté très large.

C’est pourquoi à www.initiative-communiste.fr on a décidé de s’intéresser de plus prêt au fonctionnement réel de wikipedia.fr . Et d’en révéler les travers sans pour autant mettre en cause les dizaines de contributeurs passionnés et passionnants qui participent à ce projet sans n’avoir rien à voir, eux, avec les ciseaux d’Anasthasie et la censure politique qui frappe à l’évidence sur ce site.

Wikipedia.fr combien de rédacteurs actifs ?

Wikipedia.fr a pour habitude de présenter le site internet wikipedia.fr comme une encyclopédie qui serait le résultat de la contribution de milliers et de milliers de contributeurs différents. C’est là une première supercherie. Car en réalité derrière les autoproclamations, la “communauté” des rédacteurs actifs de wikipédia tient plus lieux du petit club que du rassemblement massif. Ce qui explique que toutes les manipulations idéologiques y soit donc en réalité possibles, loin de la “neutralité” soit disant garantie. Et donc que quatre ou cinq utilisateurs (dont rien ne permet d’ailleurs de vérifier qu’il ne s’agit pas de la même personne …) puissent décider de faire disparaitre tel média (comme Initiative Communiste), tel parti politique (comme l’UPR ou l’URCF) ou de citer comme source “de confiance” le général Massu a propos de la guerre d’Algérie dans la notice biographique consacrée à Henri Alleg !

La fondation wikimedia publie les statistiques de l’activité éditoriale de wikipedia.fr . Des chiffres instructifs pour qui veut quantifier la taille de la “communauté” wikipedia. Et son évolution. Ainsi que celle de l’encyclopédie

Wikipedia.fr une communauté minuscule

  • En octobre 2016, wikipedia.fr comptait 28 000 articles réels selon la fondation wikimedia.org. Un chiffre sans réelles évolutions depuis …. octobre 2005, et qui est bien loin des plus de 1,5 millions d’articles revendiqués par wikipedia.fr. Dans le même temps, la version anglaise de l’encyclopédie est passé de 747 000 articles à plus de 5,3 millions. Sa version italienne de 24 000 à 1,3 millions. Étrange.
  • En octobre 2016, wikipedia.fr comptait 775 comptes produisant plus de 5 éditions par mois. Il faut ici préciser que corriger une faute d’orthographe ou un caractère manquant est comptabilisé comme une édition. Mais les comptes réellement actifs (plus de 100 éditions par mois) ne sont que 46 ! En revanche la “communauté” wikipedia compte 161 administrateurs. Par comparaison, la communauté wikipedia en Allemagne compte elle 5463 comptes actifs (+ de 5 éditions par mois) alors que les allemands n’ont que 203 administrateurs. De fait, en France, le nombre de comptes actifs rapportés au nombres de locuteurs est parmi les plus bas du monde ( 4 / 1 millions contre 20 pour la version anglophone, 30 pour la version germanophone, 8 pour la version hispanophone ou 33 pour la version italophone).
  • Loin de s’étendre la “communauté” est en constante diminution, et ce alors que le trafic sur les pages wikipedia lui ne cesse de croitre, ce qui n’est pas sans poser question pour un projet censé être participatif. En mai 2007, Wikipedia.fr comptait ainsi deux fois plus de contributeurs, avec 1348 comptes produisant plus de 5 éditions par mois et 873 comptes réellement actifs qu’en octobre 2017. Des chiffres à mettre en relation avec la politique de blocage et de verrouillage tout azimut pratiquée par wikipedia.fr ? Par exemple rien qu’entre le 18 novembre 2016 et le 26 décembre 2016, c’est plus de 500 comptes qui ont été bloqués définitivement ! Coté anglophone, une étude de l’université du Minnesota constatait en 2013 que wikipedia avait perdu 37,5% de ses  contributeurs entre 2007 et 2012. Et cela en raison de “règles trop contraignantes”…

Du coté de la fondation Wikimedia – qui officiellement n’a pas de rôle éditorial sur l’encyclopédie puisqu’elle n’est censée que pourvoir aux moyens (notamment financiers) du projet wikipedia et à sa promotion – mais dont les membres sont pour la plupart des administrateurs wikipedia, le bilan n’est guère plus brillant. Si on en croit le procès verbal de la dernière assemblée générale de l’association en 2016, qu’a pu se procurer Initiative Communiste, la fondation ne rassemble tout au plus qu’une centaine de membres… et encore, leur assemblée générale n’a mobilisé qu’une bonne dizaine de présents physiques.

Wikipedia : un fonctionnement sectaire et verrouillé ?

On ne compte plus les blogs et sites internet de contributeurs de wikipedia dégoutés de leurs expériences sur wikipedia.fr. (lire par exemple les témoignages de wikibuster).  Au delà des témoignages, il est plus symptomatique de décrire le fonctionnement grégaire ultra hiérarchisé pour ne pas dire sectaire observés sur wikipedia.fr

En apparence, wikipedia, ce sont des pages ouvertes en édition à tous le monde. Rien de plus simple pour créer une page, pour en modifier le contenu. En pratique, mieux vaut être enregistré sous un compte (qui permet de se cacher derrière un pseudo) si on ne veut pas voir son IP dévoilée à tout le monde. Et les “modérateurs” veillent. Des robots scannent en permanence l’encyclopédie pour tracer les modifications.  Et chaque compte peut également suivre un article pour être informé des modifications. Rien de plus normal pour se prémunir des vandales qui – sont ils réellement si nombreux ? – pour se payer une bonne tranche de rigolade effacent des articles à la pelle ou y écrivent des énormités. Et des modérateurs – dit patrouilleurs – sont censées veiller au grain. Et pour les modifications légitimes et sérieuses, le projet dispose de page de discussion permettant d’échanger informations, sources, argumentation pour obtenir une rédaction neutre et faisant consensus. Tout va ici pour le mieux dans le meilleur des mondes.

En pratique, pour le wikipedien néophyte souhaitant apporter ses connaissances, son énergie et son temps au projet, il apparait assez vite que le fonctionnement est plus complexe, et éloigné de ce bel affichage de principe. Et très bien rodé. Loin de toute neutralité. Car seul les naïfs pensent que les discussions et le “consensus” de neutralité si cher à Wikipedia se font en page de discussion, via des échanges courtois et public. Cet espace ne sert en fait bien souvent qu’à “exécuter” les importuns. En réalité, les utilisateurs “expérimentés” faisant parti des quelques dizaines de contributeurs actifs “permanents” discutent via des forums privés (les fameux IRC). Si la modification faites déplait un utilisateur “expérimenté” – par exemple l’auteur principal de l’article- aura tôt fait par ce moyen de rameuter deux ou trois de ses amis (ou pourquoi pas utiliser ses comptes en doublon dit faux nez) pour établir que la modification faites n’est pas “consensuelle”. Si celles-ci à le malheur d’être correctement sourcée et argumentée, les sources seront alors proclamées arbitrairement comme n’étant pas de qualité, si de toutes évidence elle le sont, elles ne seront alors “pas neutres” car ne reflétant pas le “consensus” sur le sujet. Fermez le banc, la sentence arbitraire et totalitaire est tombé. Là si le wikipedien isolé entend faire entendre sa bonne foi il sera dénoncé comme “POV PUSHER”. C’est à dire défendant un point de vue. Voila le processus permettant facilement à quelques utilisateurs bien organisés de prendre le contrôle de certaines parties de wikipedia.fr par exemple pour y exercer une sérieuse censure politique.

En clair, un réseau de quelques utilisateurs expérimentés et bien au fait des outils de wikipedia peut très facilement “verrouiller” la rédaction d’un article. On peut ici citer l’exemple de l’article consacré à l’historienne Annie Lacroix -Riz, une véritable charge confinant par endroit à la diffamation traitant l’historienne de complotiste et ne laissant place qu’à ses contradicteurs (le non historien Reichstadt, le beau fils de Louis Renault ou l’inénarrable anticommuniste professionnel Courtois tant décrié par ses pairs par exemple) tout en censurant l’ensemble des historiens partageant ses thèses. La page de discussion et l’historique de l’article portent traces des dizaines d’interventions d’internautes marquant leur désapprobation du contenu de la page… sans aucun effet, 3 ou 4  compte d’utilisateur verrouillant la page.

Wikipedia un site ultra rentable

Wikipedia c’est surtout une affaire ultra rentable. En 2016 les fonds propres de la fondation Wikimedia dépassaient ainsi les 92 millions d’euros. Et parmi les sources de financement, notamment les subventions massives provenant des multinationales du net, notamment Google et Microsoft, tandis que les dons de particuliers ne représentent que moins de la moitié des ressources du site internet.  Le bénéfice net en 2016 de Wikipedia serait de 16 millions d’euros ! Dans ces conditions, la question de l’indépendance financière de Wikipedia ne peut pas ne pas être posée. Or chacun sait que qui paye les musiciens choisit la musique.

JBC pour www.initiative-communiste.fr