Stop aux appels à la haine de Zemmour et Cie : une pétition pour que la Justice agisse lancée #antiracisme

racismeChoqué par la campagne communautariste, d’appel à la contre une partie de la Nation lancée par les de l’oligarchie capitaliste s’appuyant sur le publiciste Eric Zemour – pourtant déjà condamné pour ses appels à la haine raciale, Olivier Berruyer et le site internet Les Crises ont réalisé un montage vidéo édifiant : mettant en évidence le basculement fascisant qui frappe notre pays.

Un basculement fascisant qui n’est pas sans rappeler de précédentes périodes funestes de notre histoire, dans un même contexte de crise systémique du Capitalisme. Notre camarade Annie Lacroix-Riz -professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université Paris VII Diderot et spécialiste des années 1930 – observe ainsi à propos de cette campagne de presse :

‘”Oui, cette prose hystérique n’a rien à envier à Darquier de Pellepoix, Gringoire, Je suis partout, etc., contre lesquels L’Humanité menait résolument le combat.

La complaisance, synonyme de complicité, des grands médias relève du scandale autant que dans les années 1930. On s’étonne que le gouvernement, qui répète que « le et l’antisémitisme » doivent être combattus sans répit ‑ et antisémitisme qui relèvent de l’application des lois et, en l’occurrence, de l’initiative du Parquet –, n’ait rien à dire sur ces appels aux meurtres multipliés sur toutes les ondes au nom d’une « liberté d’expression » à géométrie variable.”

En 1934, sous l’action du Parti Communiste, c’est le front populaire, antifasciste qui avait réussi à stopper le fascisme en France. En unissant drapeau rouge et drapeau tricolore, pour défendre la patrie du danger nationaliste et fasciste.

Pour faire respecter la Loi, une pétition adressée au ministre de la Justice

Une pétition a été déposée en ligne pour appeler à ce que conformément à la loi les appels à la haine et au racisme soit poursuivi par le ministère public, comme la loi lui en fait obligation :

racisme-justice

article 24 alinéas 6 et 8 de la loi du 29 juillet 1881 punissant L’incitation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciste

Ceux qui, par l’un des moyens énoncés à l’article 23, auront provoqué à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, seront punis d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende ou de l’une de ces deux peines seulement.

Seront punis des peines prévues à l’alinéa précédent ceux qui, par ces mêmes moyens, auront provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation ou identité sexuelle ou de leur handicap ou auront provoqué, à l’égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du code pénal.

En cas de condamnation pour l’un des faits prévus par les deux alinéas précédents, le tribunal pourra en outre ordonner :

1° Sauf lorsque la responsabilité de l’auteur de l’infraction est retenue sur le fondement de l’article 42 et du premier alinéa de l’article 43 de la présente loi ou des trois premiers alinéas de l’article 93-3 de la loi n° 82-652 du 29 juillet 1982 sur la communication audiovisuelle, la privation des droits énumérés aux 2° et 3° de l’article 131-26 du code pénal pour une durée de cinq ans au plus ;

2° L’affichage ou la diffusion de la décision prononcée dans les conditions prévues par l’article 131-35 du code pénal.


Que le gouvernement lance des poursuites contre Éric Zemmour pour ses appels à la haine

Éric , multi-récidiviste de la condamnation pour incitation à la haine, s’est de nouveau répandu dans les médias tout le mois de septembre 2016 avec des propos stigmatisant désormais tous nos concitoyens musulmans, mais aussi tous ceux ayant un prénom étranger !

S’il n’est pas acceptable de faire preuve de la moindre complaisance envers l’islamisme radical et ses dérives dans un certains nombres de quartiers (pas plus qu’il ne faudrait en avoir envers ses puissants parrains au Moyen-Orient…), il ne l’est pas plus de faire un amalgame scandaleux entre les extrémistes et la masse de nos compatriotes qui les condamnent et qui aspirent simplement à vivre en paix et à s’intégrer.

Il n’est donc pas possible de rester sans réaction face à un Zemmour déclarant par exemple que :

  • « L’islam et l’islamisme c’est exactement la même chose »
  • « Qu’il y n’y a pas de musulmans en France qui vivent dans la paix ni qui soient totalement intégrés »
  • « Qu’il n’y a pas de musulman modéré, ça n’existe pas »
  • « Un prénom français, c’est un prénom chrétien »
  • « Ces gens-là ne devraient pas s’appeler Mohamed, leurs parents auraient dû leur donner des prénoms Français »
  • « Rachida Dati, Zinedine Zidane, Jamel Debbouze et Omary Sy […] sont moins français que moi »
  • « Que pour sauver la France, il faut désigner l’ennemi : l’Islam ! »
  • « Il faut donner [aux musulmans] le choix entre l’islam et la France. »
  • « Les Droits de l’Homme sont devenus l’arme atomique de destruction des peuples européens »

On écoutera tout ceci ici : www.les-crises.fr/le-scandale-zemmour/

Le plus insupportable face à ce déferlement de haine a été l’absence sidérante de réactions tant des journalistes sur les plateaux, que des diffuseurs puis des politiques.

Une telle injustice ne peut que donner le sentiment qu’il existe désormais dans notre pays un insupportable « 2 poids 2 mesures » face aux appels à la haine, au détriment des attaques arabophobes – puisque c’est bien de ceci qu’il s’agit.

Alimentant les haines, cette affaire ne peut donc que contribuer à TOUS nous mettre encore plus en danger. 

Nous demandons donc que le Ministre de la Justice :

  1. entame des poursuites contre Éric Zemmour afin que la Justice puisse se prononcer sur la qualification à apporter à de tels propos, et qu’elle le fasse vite – elle a montré il y a peu qu’elle pouvait être très réactive dans ce genre d’appels à la haine…
  2. entame également des poursuites contre les diffuseurs, qui se sont montrés clairement complices d’Éric Zemmour en le laissant proférer longuement ses discours haineux – on pense en particulier à RTL.
  3. saisisse le CSA afin qu’il sanctionne durement les diffuseurs – et pas par une simple remontrance…
  4. étudie enfin un assouplissement de la loi sur la presse, afin que des associations contre le racisme puissent se constituer suite à de tels propos dans le but de porter plainte. Aujourd’hui, ne peuvent le faire que des associations de plus de 5 ans d’ancienneté, qui ont montré ici leur léthargie.

Le Président Hollande ayant déclaré la Lutte contre le racisme Grande Cause Nationale 2015-2017, nous lui demandons de bien vouloir faire en sorte que le Gouvernement mette ses actes en cohérence avec ses propres déclarations.

Cette pétition sera remise à:

  • Ministre de la Justice