Souvenons-nous des brigades internationales, leçon de mobilisation antifasciste pour notre liberté.

Je suis entrain de lire un livre sur les .

Et je me pose la question: comment se fait- il qu’on n’en parle jamais ou si peu? Un travail d’histoire et de mémoire est fait en particulier dans notre département au sujet de la Retirade ; des expos, un film vient de sortir sur les camps de notre département, un musée magnifique a ouvert ses portes depuis quelques années à Rivesaltes, il en existe un aussi à La Jonquere, et rien, motus sur ces hommes étrangers qui se sont engagés auprès du peuple espagnol pour faire barrage au fascisme.       

Quelle est cette omerta? Pourquoi cette amnésie? Cela dérangerait- il trop nos consciences pour qu’on n’en parle pas? Qu’est ce qui se passe dans notre inconscient collectif, pour enfouir cet épisode de l’histoire au fond du trou de l’oubli?         

Pourtant, dans cette période trouble que nous vivons, faire un rappel historique pour dire que des hommes, et femmes mais peu nombreuses, de toutes nationalités se sont battus pour défendre la LIBERTÉ, et au nom d’une idée ont donné leur vie pour que vivent dignement d’autres hommes, serait, me semble-t-il la moindre  des choses, serait faire un devoir de mémoire, serait rendre hommage à cet esprit d’abnégation qui les a poussés à s’engager dans une lutte qui en apparence n’était pas la leur, mais qui malheureusement a concerné la planète. Ils savaient que l’ tombant sous le joug du fascisme était la porte ouverte à la 2 ème guerre mondiale.         

Alors on écrit, on montre des photos, on parle de la Retirade, fruit des conséquences de la guerre d’Espagne, mais on ne peut regarder en amont, comme si on culpabilisait de ce qui est arrivé.         

Le livre raconte jour  après jour les combats qui se sont déroulés sur les différents fronts de la guerre. Ce livre est un petit livre édité par «  L’ Amicale des Anciens Volontaires Français en Espagne Républicaine ». Il s’intitule : Épopée d’Espagne. Brigades Internationales. 1936- 1939. En plus du texte, il y a des photos et des cartes des différents fronts de la bataille.          Parler de ce livre, actuellement est non seulement un devoir de mémoire, mais aussi un cri d’espoir pour montrer aux jeunes, dans le tumulte d’aujourd’hui , que l’on peut dépasser les clivages, les croyances, les soi-disant communautés, pour aboutir TOUS ENSEMBLE, unis, vers une seule communauté, la Communauté Humaine.         

Parmi ces hommes, deux célèbres, deux écrivains, Hémingway et Malraux, mais combien d’anonymes de toutes nationalités ont formé ces brigades : le général Kléber ( Stern, un Autrichien) , le lieutenant-colonel Dumont ( Français) Douglas ( Jacob Vladimir Schmutchkievitch, Soviétique) la Compagnie Juive : Naftali Botvine, le docteur Pierre Rouquès ( Français) , Gallo ( Luigi Longo, Italien) Frantz Dalhem ( Allemand) ….. la liste est longue, et je ne peux faire l’impasse  de deux personnes qui me sont proches, mon beau-père André Tourné, et mon oncle paternel, tombé sur le front de l’Èbre, Philippe Marsal, que je n’ai pas connu.           

Si je réfléchis, c’est peut être aussi pour ça que je me sens redevable, envers eux, mes proches, de faire ce retour sur le passé. Et puis, aussi, faire balance sur l’actualité, puisqu’on nous parle actuellement de De Gaulle partout et en particulier sur les chaînes télévisées. Mais il n’y a pas eu que de Gaulle.

 L’Histoire ce sont les Hommes qui la font. Tous ensemble.

S. Tourné

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.