C’est par la culture que l’on peut approcher le courant marxiste-léniniste au Pakistan, représenté par le parti Mazdoor Kissan, et plus particulièrement par la musique. Un poème chanté par le groupe musical Laal nous ouvre une fenêtre sur le progressisme pakistanais. La chanson « Aaj Bazaar Main Pa Bajolan Chalo » est un poème écrit par Faiz Ahmed Faiz, l’une des plus grandes figures culturelles contemporaine du Pakistan.  Cette chanson est devenue l’hymne des forces progressives de ce pays.

Faiz Ahmed Faiz              

 
Ce grand poète « est né le 13 février 1911 à Sialkot, en Inde, qui fait maintenant partie du Pakistan. Il a eu une enfance privilégiée en tant que fils de riches propriétaires terriens […] décédés en 1913, peu après sa naissance. Son père était un avocat éminent et membre d’un cercle littéraire d’élite qui comprenait Allama Iqbal, le grand poète national du Pakistan. […] Les premiers poèmes de Faiz avaient été des traités conventionnels et légers sur l’amour et la beauté, mais pendant son séjour à Lahore, il a commencé à s’étendre à la politique, à la communauté et à l’interconnexion thématique qu’il estimait fondamentale dans la vie et la poésie. […] Le 9 mars 1951, Faiz a été arrêté avec un groupe d’officiers de l’armée en vertu de la loi sur la sécurité, et accusé de l’échec de la tentative de coup d’État qui est devenue connue sous le nom de l’affaire du Cas du Complot Rawalpindi. Il a été condamné à mort et a passé quatre ans en prison avant d’être libéré. Deux de ses recueils de poésie, Dast-e Saba et Zindan Namah, se concentrent sur la vie en prison, qu’il considérait comme une occasion de voir le monde d’une nouvelle manière. […] Tout au long de sa vie tumultueuse, Faiz a continuellement écrit et publié, devenant le poète ourdou moderne le plus vendu en Inde et au Pakistan » (Académie des Poètes Américains).  Il décéda en 1984 à Lahore.

 

L’histoire raconte qu’a une époque où le parti communiste était illégal, un officier interrogea le poète en lui demandant s’il était membre du parti communiste ; question à laquelle celui-ci répondit, non sans ironie, « comment puis-je être membre d’un parti qui n’existe pas » ?  

Toute sa vie, Faiz Ahmed Faiz demeura un fervent marxiste. Il reçut le Prix Lénine de la Paix en 1962 et fut mis en nomination pour le Prix Nobel de littérature quatre fois.

Voici une traduction française du poème « Aaj Bazaar Main Pa Bajolan Chalo » à partir de deux traductions anglaises du texte ourdou. Faiz Ahmed Faiz écrivit ce qu’il avait ressenti durant son transfert vers la prison suite à son arrestation lors du cas du complot Pindi en 1951.

 

Aaj Bazaar Main Pa Bajolan Chalo

Marchons dans le bazar les pieds enchaînés

 

Les yeux larmoyants, l’âme en détresse ne suffisent pas

L’accusation d’amour caché ne suffit pas

Aujourd’hui, marchons dans le bazar les pieds enchaînés

Les mains écartées, marche de ravissement et d’éblouissement

La tête couverte de poussière, la chemise tachée de sang

Tourbillon, dans les affres frénétiques de l’extase !

Marchons, la ville bien-aimée aspire.

Passez devant le souverain de la ville, devant tous les spectateurs 
Passé les flèches d’’accusation, les pierres de l’abus
Après le matin de douleur, le jour de l’échec

Qui d’autre à côté de nous est intime avec eux
Qui maintenant dans la ville de notre bien-aimée est encore entaché

Qui est maintenant digne de la main du bourreau ?

Prenons le fardeau de cœur, allons-y, les cœurs brisés
Proposons-nous, une fois de plus, pour l’exécution.

 

Laal ou La Musique en Lutte

 

Ce poème est interprété par le groupe musical « Laal » ou « Rouge » en Ourdou. Comme l’explique le site d’information du groupe, « Laal n’est pas seulement un groupe de musique. C’est un mouvement visant à inculquer et à tonifier des idées et des pensées progressistes dans la société. Poursuivant la voix du Mouvement des écrivains progressistes du Sous-continent, Laal cherche à populariser l’œuvre de Faiz Ahmed Faiz et de Habib Jalib entre autres, en mettant leur poésie révolutionnaire en musique.

[Le mouvement] réveille ceux qui se souviennent de ces grands poètes et écrivains dès leur jeunesse, et les présente à la jeunesse d’aujourd’hui, représentant une nouvelle continuité pour une jeune génération de penseurs, d’activistes et d’artistes qui souhaitent lutter pour la justice sociale.

Après avoir fait de nombreuses tournées à travers le Pakistan, Laal s’est également produit auprès d’un large public à l’échelle internationale, dans plusieurs villes de l’Inde, à Londres, à Dubaï, à Delft (Pays-Bas) et à Francfort.  Le grand honneur de Laal a cependant été leur performance à Kaboul, en Afghanistan. Témoigner de ces hommes et de ces femmes dansants et chantants ensemble sur la musique de Laal sous un ciel afghan, fut une nuit inoubliable.

Laal apporte également des idées progressistes aux masses à travers son aile de théâtre de rue. Mise en scène de pièces qui se concentrent sur les problèmes de gens ordinaires, elles sont offertes à tous ceux qui s’arrêtent et écoutent.

À partir du « mouvement des avocats », Laal a été formé en réponse à la lutte pour l’État de droit au Pakistan. Le groupe prêta sa voix lors de manifestations, il chanta dans la « longue marche » et célébra le rétablissement du pouvoir judiciaire. Et Laal continuera de défendre la cause de la démocratie, à lutter pour les droits des opprimés et à chanter pour ceux qui sont divisés.

Lorsque les inondations ont ravagé un cinquième du Pakistan durant l’été 2010, Laal a largement contribué aux efforts de secours aux victimes. Notre chanson « Sab doob Gaya Hai », écrite du point de vue d’une victime des inondations, a également été utilisée par plusieurs organisations à travers le monde comme thème de collecte de fonds.

Laal s’est prononcé avec véhémence contre la menace des violences sectaires qui cherche autant à diviser une multitude de gens par leurs différences qu’à en unir d’autres en prêchant la haine. Notre segment vidéo « Fareeda » était dédié à la diversité de l’islam et a été tourné au sanctuaire du célèbre poète soufi Baba Farid. Laal a participé à plusieurs initiatives transfrontalières pour construire la paix en Asie du Sud. »

Taimur Rahman, porte-parole de Laal, premier guitariste du groupe ainsi que vocaliste, est le secrétaire général du parti communiste Mazdoor Kissan qui persévère aujourd’hui dans la lutte contre l’exploitation capitaliste et le fondamentalisme religieux sévissant dans son pays.

Dr. Rahman, de par sa profession, est professeur à l’université de Lahore, dans le département des sciences de gestion. Il est l’auteur du livre « Structure de classes au Pakistan » (Presse Universitaire d’Oxford) qui remporta le prix commémoratif Akhtar Hameed Khan du meilleur livre en sciences sociale du Pakistan en 2012. Ses présentations en ligne sur le Marxisme-Léninisme, en ourdou et anglais, continuent d’éduquer les nouvelles générations à la cause du socialisme.

 

Prolétaires et peuples opprimés de tous les pays, plus que jamais, unissons-nous en cette nouvelle année de 2022 !