Manu Chao à la Fête de l’Huma

PRCF fêtes de l'Huma 2014 -

PRCF fête de l’Huma 2014

La fête de l’Huma, c’est un des grands moments politiques de la rentrée. Une vraie fête populaire, festive, militante et politique. Comme chaque année, le PRCF sera bien sûr présent sur la fête, occasion de rencontres, de débats, creuset des énergies pour avancer vers un monde meilleur. Soyons y nombreux !

En plein cœur de l’été, les militants du PRCF travaillent d’arrache-pied pour que le cru 2015 soit aussi bon que le cru 2014 sur le stand du PRCF.

Coté programmation musicale, le programme est plus qu’alléchant. Raison de plus pour monter à La Courneuve. Soviet Suprem, Shaka Ponk et en tête d’affiche .

En détail : Manu Chao, Texas, Shaka Ponk, Method Man and Redman, Youssoupha, Tiken Jah Fakoly and Friends ( de solidarité avec l’Afrique), La Famille Chedid, Juliette Gréco, Soviet Suprem, Triggerfinger, Les Innocents, Zoufris Maracas, Al Kamandjati avec l’Orchestre de Chambre de Paris, l’Orchestre National de France, Les Hurlements d’Léo, Divertimento, Sylvain Kassap, La Maison Tellier, Lénine Renaud, La Cafetera Roja, The Missive, Nach et Selim

Retrouvez le site internet de la Fête de l’Huma en cliquant ici

Fête de l’Humanité 2015 : Manu Chao en concert à la Fête de l’Huma

annonce fête de l'huma 2015Le « Clandestino » est un fidèle de la Fête, et ses concerts sont devenus une tradition. Le chanteur engagé et altermondialiste ne manquera pas de faire événement le 12 septembre 2015 sur la scène de la Courneuve.

Combatif et engagé, Manu Chao s’est toujours battu pour que la culture soit accessible au plus grand nombre. L’ancien chanteur de la Mano Negra, qui joue maintenant dans le collectif de Radio Bemba, s’est surtout démarqué à travers une carrière solo, cherchant sûrement à combler le vide qui s’était installé après la séparation du groupe, en 1994. Jusque-là, Manu Chao n’avait connu que l’esprit de « bande » et l’effervescence collective d’un groupe. Il a commencé à jouer en famille, avec son frère et son cousin, jusqu’à ce que le trio se rallie à Joint de culasse, un groupe de rock français. Pas du genre à prendre la grosse tête et à chercher les ovations du public, c’est un artiste d’une rare humilité. Un « citoyen du monde » comme il aime se définir. Grand amateur de voyages, il possède deux passeports, français et espagnol. Manu Chao est un nomade hyperactif doté d’une ouverture d’esprit et d’une curiosité qui ne se démentent pas au fil des années. S’il défend avec autant de ferveur ses idées altermondialistes, c’est qu’il a grandi avec une lourde antécédence. Son héritage familial sud-américain, « bien assumé », rend son père, Ramon Chao, fier de lui. Sa grand-mère paternelle s’est installée à Cuba pour fuir son mari alcoolique et violent, qui finira assassiné d’une balle dans la tête. Du côté maternel, son grand-père, communiste espagnol, a lui aussi mené une vie d’exil en fuyant sa terre natale. Franco l’avait condamné à mort pour avoir saboté des liaisons téléphoniques lors de la guerre civile espagnole. Ce troublant passé, le combat d’une vie, résonne encore dans les oreilles de Manu Chao. Son père, journaliste et écrivain, l’a élevé dans la Culture et lui a enseigné la musique. Le petit Manu s’est rapidement trouvé des affinités avec la guitare.

Ses textes témoignent de son engagement

Derrière la chaleur des mélodies de ses disques, les sons latinos et métissés, mêlés de rock et de reggae, Manu Chao se métamorphose sur scène en déployant une incroyable énergie. Quant à ses textes, ils témoignent de son engagement : Politik Kills, Luna y Sol, Clandestino… Il n’hésite pas à défendre les droits humains bafoués par les politiques internationales. Il a même été question de l’expulser du Mexique : les dirigeants du pays considéraient qu’il avait enfreint une loi interdisant aux étrangers de faire de la politique sur le territoire. « Je suis juste un artiste, un artisan de la musique », rappelle-t-il. Engagé – à gauche, forcément –, il « vote utile » : contre quelqu’un, jamais pour. Son arme reste sa musique. Figure majeure de la musique latine, l’auteur de Clandestino et de La Radiolina admire aussi bien Otis Redding, Chuck Berry et les Clash que Bob Marley. Dans ses disques, il mélange ses sonorités à des extraits de radio, des bruits de foule, des sirènes de flics et d’ambulance. Il arrive à créer une atmosphère chaleureuse, populaire et moderne. À l’image de la Fête de l’Humanité, où il a toujours été exceptionnel à chaque concert. En 2001, 60 000 personnes étaient massées devant la scène. Record à battre pour 2015.

source : http://www.humanite.fr/manu-chao-retrouve-son-public-de-la-fete-578270

“La résignation est un suicide permanent” Manu Chao interview à l’Humanité 2009

Dans la Radiolina, vous dites pourtant : «La résignation est un suicide permanent »…

Manu Chao. Ça, c’est dans Proxima estacion esperanza. C’est une des phrases importantes dans ma vie. Elle traînait sur Internet, mais pour moi, elle est à garder en tête toujours. Prochaine station l’espoir, quoi qu’il arrive. Se résigner, c’est mettre un pied dans la tombe. Le système est une grosse farce. On parle de démocratie, mais quelle démocratie ? C’est la dictature de l’argent. On en a ou pas. Il y a quelque chose qui n’est pas démocratique dans la répartition de l’argent. C’est le capitalisme qui commande, le cannibalisme du – pognon. C’est à celui qui va bouffer l’autre. Dans ses règles profondes, le capitalisme n’envisage même pas le commerce juste. C’est le profit uniquement. C’est une certaine dictature de ce point de vue.

Que faites-vous de l’espoir ?

Manu Chao. L’espoir, c’est déjà de ne pas se leurrer. C’est être conscient qu’il va falloir se serrer les coudes et attacher sa ceinture parce que ça va bouger. C’est se dire que les vingt prochaines années, ça ne va pas être du gâteau. Il faut être lucide. Il est clair que la société est en dégénérescence. Il va y avoir de la turbulence, donc il va falloir être vigilant. J’adore cette phrase de René Char, que j’avais mise dans mon disque : « La lucidité est la blessure la plus proche du soleil. » Être lucide, ce n’est pas forcément facile. Mais à partir de là, il faut s’organiser pour essayer de trouver des solutions.

Cette année encore vous pourrez retrouvez les militants franchement communistes du PRCF sur la fête de l’humanité. Le programme de débats et d’animation du stand est en cours de finalisation. Restez connectés sur www.initiative-communiste.fr