L’OBScur – où quand l’anticommunisme sert à la réhabilitation de Hitler.

Le 18 août, s’inscrivant dans la lignée des journaux de la anticommuniste de la classe capitaliste faisant le choix du fascisme et de la collaboration – tel Je suis partout ou Paris Soir – l’ titrait en une, Mao le plus grand criminel de l’histoire. Rappelons que le même magasine a consacré un numéro précédent à Hitler et les Allemands…  S’interrogeant sur la raison de la séduction des allemands par Hitler. Indiquant clairement les préférences de l’hedo.

L’Obscur.

obs anticommunisme maoRassurez-vous l’Obs est un journal de gauche.

Si vous le lisez, c’est que vous êtes de gauche.
Nonobstant le fait que depuis qu’il existe, l’Observateur, le Nouvel Observateur et enfin l’Obs.  n’a fait que ramer pour la gauche rocardienne, la deuxième gauche, la gauche américaine bref la gauche de droite.
C’est-à-dire la gauche servile avec le capital et impitoyable avec le travail.
Alors faut-il être surpris que, battant des records de crapulerie, l’Obs ose faire sa “une” en proclamant que Mao -Tsé-Toung est “le plus grand criminel de l’histoire”.

D’autant plus piquant que le même journal, par anticommunisme et antisoviétisme, a fait preuve de jugements plus nuancés sur Mao comme l’édito de Jean Daniel écrit à la mort de Mao en 1976 l’illustre *.

Un échantillon de l’article pour juger du niveau :

question de l’Obs:

“On a l’impression accablante que Mao n’avait pas grand-chose à envier à Staline, ni même peut-être à Hitler…”

réponse de l’historien de service, prix Samuel Johnson, prix doté par une source anonyme (étonnant non ?) du nom d’un homme de lettres anglais du dix-huitième siècle, anglican pieux et fervent conservateur (étonnant non ?),dénommé Dikötter, une espèce de Stéphane Courtois néerlandais :

“Il est certain que ces trois-là figurent au palmarès des plus grands criminels de l’histoire, bien qu’il ne soit pas simple de les départager. Qui est le plus inhumain ? Qui est le plus meurtrier ?

Si l’on prend le critère du nombre total de morts, Hitler et Mao sont les champions. Hitler a provoqué la mort d’environ 55 millions de personnes. Ce chiffre comprend les victimes des exterminations et celles de la guerre en Europe. Mao a causé un nombre équivalent de morts, plus de 50 millions, voire bien plus.”

Tout est dit. Le reste est de la même eau. En somme de quoi faire frétiller de plaisir dans leurs tombes Hitler,Tchang Kaï-chek et autres assassins au service de l’impérialisme et du capitalisme.
Car que disaient ces tueurs au service des immensément riches sinon qu’ils luttaient contre le désigné par eux comme l’ennemi numéro un ? En mettant comme le fait l’Obs dans le même sac Mao vainqueur de l’impérialisme japonais allié d’Hitler, et Hitler lui-même, l’Obs ne fait que réhabiliter Hitler par la bande.

soviétique libération camp de concentrationIl est vrai que nous étions habitués à la chose avec Staline: le vainqueur de Stalingrad et du est continuellement assimilé à Hitler ! Bourreaux assimilés aux victimes, SS d’Auschwitz amalgamés aux libérateurs soviétiques du camp. Il fallait oser….

Voilà qu’aujourd’hui Mao, qui fit passer son pays d’un affreux moyen-âge fait de famines endémiques, de guerres féodales, de massacres et d’exploitation des paysans et ouvriers chinois (l’Obs pourrait lire La condition humaine de Malraux) à une situation qui a permis à la d’être une des grandes puissances du monde, est assimilé à son tour à Hitler.

Passons sur les chiffres. Hitler dans Mein Kampf en 1926 compte déjà 30 millions de morts dus au bolchevisme…..Le livre noir de Courtois compte 20 millions de morts dus à Staline….Conquest lui en compte 12 millions. Mais ne nous plaignons pas  Margolin est cité dans l’Express : Mao aurait 72 millions de morts à son actif…..

Bref du grand n’importe quoi. Les chiffres n’ont aucune base archivistique ni scientifique. C’est seulement du bourrage de crâne visant à criminaliser le communisme. Répondre par les millions de morts du capitalisme et le manque de sérieux des chiffrages ne suffit certes pas**.

Mais ce qui est le plus intéressant dans cette démarche de l’Obs c’est la décontextualisation, l’absence de l’histoire, des faits. Il s’agit d’une démarche à la fois cyniquement politicarde pour criminaliser la seule alternative qui puisse faire trembler le capitalisme à savoir le socialisme et la perspective communiste, mais aussi une démarche dogmatique , a-historique qui fait du communisme non une phénomène historique mais un phénomène en soi dont l’essence est criminelle.

Reste une page d’ignominie de l’Obs qui se met au niveau de Minute et pire encore.

Reste que réhabiliter le fascisme en l’amalgamant au communisme est criminel. Et conforte tous les ennemis de la liberté, de l’égalité et de la fraternité.

Reste que réduire le communisme ou l’oeuvre de Mao et du PC Chinois à un massacre de masse est une malhonnêteté, une escroquerie historique et intellectuelle absolue. Une forfaiture intellectuelle.

L’Obs vient de rejoindre l’Okrana et ses Protocoles des sages de Sion.

L’anti-communisme rejoignant une fois de plus l’anti-sémitisme. Le Pen qui faisait une minute de silence à la télévision “en hommage aux victimes du communisme” est rejoint par l’Obs : bel itinéraire…..il est vrai que l’anti-communisme a des raisons que la raison ignore. Les lecteurs de ce journal devraient y réfléchir.

  • Antoine Manessis (militant du PRCF)
  • Pierre Alain Millet (militant du RFV-PCF)
  • Gilbert Rémond (militant du RFV-PCF)
  • Jean Jullien (militant des Éditions Prolétariennes)

*Jean Daniel Édito du septembre 1976.

“Nous pouvons en tous cas exalter la part considérable en vérité stupéfiante prise par un seul homme dans la renaissance d’un état. L’itinéraire fascinant qui va de la Longue Marche de quelques centaine de partisans à l’édification d’une superpuissance constitue une épopée digne des grands conquérants et des grands fondateurs d’ordres…/…cet itinéraire est en effet passé par le regroupement des nationalités, la disparition de la famine et des épidémies, le succès total contre l’analphabétisme, l’accession à l’industrialisation puis à la puissance nucléaire, l’entrée par la grande porte aux Nations Unies et la création enfin d’un rapport des forces qui a contraint les Américains à toutes les concessions alors qu’ils proféraient la veille toutes les menaces. Grâce au maoïsme une révolution originale se cherche. Grâce à Mao un état s’est retrouvé”. Jean Daniel Edito du Nouvel Observateur 13 septembre 1976, p. 20-21

** Selon Moshe Lewin , durant la période 1921-1953, il y a eu un total de 4,06 millions de condamnés en URSS, dont un peu moins de 0,80 millions de condamnés à mort. Ces chiffres incluent les détenus politiques ainsi que les détenus de droit commun. Parmi le total des condamnés, on compte 0,96 millions de condamnés décédés durant la période où ils purgeaient leur peine durant la période 1934-1947, mais même les historiens bourgeois les plus consciencieux ‘oublient’ que les années 1941-1945 durant lesquels les nazis ont imposé à toute la population soviétique des conditions terribles ont provoqué un surplus de 0,58 millions de morts (N. Werth, comme tous les autres, les met sur le compte des ‘crimes du stalinisme’). En fait, moins de 0,4 millions de détenus sont morts en détention dans les camps soviétiques durant les années de développement pacifique de la période 1934-1947 ! La population des camps est passée de 1,20 millions de détenus en janvier 1937 à 1,88 millions de détenus en janvier 1938, retombant à 1,67 millions de détenus au 1er janvier 1939. Si le nombre de condamnés a certes augmenté en 1937-1938 parallèlement à un aiguisement de la lutte de classe (comme d’ailleurs dans les années de la collectivisation) — qu’elle se place sur le plan national ou international —, c’est donc dans des proportions infiniment inférieures à celles avancées pendant des décennies par les falsificateurs comme l’Obs.