Livres : quelques nouveautés de la rentrée chez les éditions Delga

livreLa c’est aussi la des .

Avec toute une série de nouveautés aux éditions .

En particulier la parution de la biographie de Léon Landini – Le –  où Gilda Landini sa fille revient sur le parcours de son père résistant hier avec les FTP MOI et poursuivant la lutte en résistant aujourd’hui comme président du PRCF

A signaler également toujours aux éditions Delga d’un véritable éventement éditorial avec la publication de “Lumières Communes” cours de philosophie laique de Georges Gastaud. Un ouvrage à mettre dans toutes les mains et à faire commander par toutes les bibliothèques en ces temps troublés.


Chavez l'homme qui défia l'histoireChávez. L’homme qui défia l’histoire. Biographie de Modesto E. Guerrero

Cette biographie complète du commandant Hugo Chávez, écrite par un intellectuel vénézuélien reconnu, révèle les traits essentiels d’un personnage qui n’appartient pas seulement à la légende mais aussi à l’histoire de son temps.
Le lecteur est entraîné dans ce parcours exceptionnel, de la province de Barinas jusqu’aux plus hautes charges de la plus grande révolution d’après la guerre froide. Le portrait intime et politique rejoint ici l’épopée de la libération d’un peuple et de tout un continent.

Lire la suite


1914-1918 la grande guerre des classes1914-1918. La Grande Guerre des classes.

Deuxième édition mise à jour, augmentée d’un index 

de Jacques R. Pauwels

Dans l’Europe de 1914, le droit de vote universel n’existait pratiquement pas. Partout, la noblesse et les grands industriels se partageaient le pou- voir. Mais cette élite, restreinte, méprisait la démocratie et craignait les masses populaires et le spectre d’une révolution. L’Europe devait sortir « purifiée » de la guerre, et « grandie » par l’extension territoriale.

Et si la Première Guerre mondiale était avant tout la suite meurtrière de la lutte entre ceux d’en haut et ceux d’en bas initiée dès 1789 ?

Lire la suite

le fil rouge landiniLe Fil rouge

roman

de Gilda Landini-Guibert

Premier mai 1904, Aristide Landini, qui n’a pas encore quatorze ans, mani- feste contre le comte de Torniella en Toscane. Celui-ci veut accaparer les terres communales indispensables aux paysans. Arrêté, l’adolescent est enfermé dans la sinistre prison de Roccastrada. C’est ce refus de l’oppression qui fera à tout jamais de lui un révolutionnaire.

Lire la suite


La Poétique du bonheur 

couv-la-poétique-du-bonheurde Francis Combes

Le bonheur est à la mode. Il envahit les rayons des librairies, les rubriques des magazines. Outre les soins que lui apportent de nombreux auteurs qui ont toujours une recette miracle à vous vendre, il est aussi maintenant l’objet d’études statistiques qui se veulent scientifiques. Le fait n’est d’ailleurs pas à déplorer. Qu’on prenne la question du bonheur au sérieux est plutôt un signe encourageant d’évolution de notre civilisation.

Lire la suite

les amalgames de trotskyLes Amalgames de  

de Grover Furr

Bien que précédemment purgées d’éléments trop compromettants au moment de leur ouverture aux chercheurs en 1980, les Archives Trotsky de Harvard ont depuis laissé filtrer certains documents sans équivoque, comme des accusés de réception de lettres à des inculpés des pro- cès de Moscou, ou encore une lettre de Léon Sedov à son père, Trotsky, évoquant la création d’un bloc conspirationniste unissant leurs partisans aux zinoviévistes. Des soviétologues éminents comme John Archibald Getty ou encore l’historien trotskyste de renommée mondiale Pierre Broué ont ainsi apporté les preuves tangibles et irréfutables de l’existence d’un complot trotskyste en URSS dans les années trente, fait que Trotsky avait toujours nié.

Lire la suite

couv-je-sens-que-ça-vient-600x887Je sens que ça vient

de Comité translucide

« La révolution n’est pas un dîner de gala », énonçait le président Mao. Peut-être pas, mais à lire ce qu’Eric Hazan et ses pareils écrivent sur celle à venir, on a l’impression qu’elle aurait presque l’air d’une partie de plaisir. Les ouvrages qu’ils rédigent à son sujet pourraient être, à cet égard, rangés dans une bibliothèque rose d’un nouveau type, et plus du tout rouge et noire comme jadis.

Blocage de tous les flux, paralysie générale du système, le pouvoir « s’évapore » : telle est la dernière mouture stratégique en date coproduite par les forçats du concept à La Fabrique pour en finir avec le capital et l’Etat. C’est la révolution sans pleurs ni grincements de dents.

En savoir plus