Bordeaux : Le gouvernement réprime violemment ses militants PS #loitravail #vidéo

hollande gattaz medef psCe n’est pas seulement les syndicalistes et les manifestants qui doivent faire face à la violente répression mise en oeuvre par le gouvernement Valls MEDEF pour promulguer en force la . Une loi détruisant le Code du Travail, une loi écrite par le grand patronat et ordonnée par la Commission Européenne dont le président est venue dicter à Paris qu’il s’agit “du minimum qui puisse être fait”.

mais ce sont également certains militants du Parti Socialiste qui doivent faire face à la de l’exécutif. Un exécutif qui n’a pas hésité d’ailleurs à prendre en otage ses parlementaires pour interdire tout dépôt de motion de censure, usant des plus basses menaces à l’égard de certains députés.

49.3 contre les militants

Lors d’une réunion du PS à Bordeaux en présence du ministre et porte parole du gouvernement S Le Foll, plusieurs militants du PS ont été violentés. Alors que plusieurs militants PS souhaitaient faire part de leur opposition à la loi travail, ainsi qu’aux mesures antidémocratiques prises par M Valls, ils ont été réduits au silence. D’abord par une suppression du débat prévu à l’issu du discours d’un ministre refusant toute contradiction. Ensuite par la violence : les militants PS refusant cette mascarade ont été expulsés violemment de la salle. L’un d’entre eux,dénonçant l’atteinte aux libertés par Manuel Valls, réduit pour s’exprimer faute de débat à porter paisiblement une affichette où il avait écrit “Valls démission” a été très violemment plaqué au sol par le service de sécurité du ministre. La matraque c’est le seul mode d’expression du gouvernement et des dirigeants du PS. Un PS qui pour obéir avec zèle aux ordre de l’UE et complaire au MEDEF cherche désormais à terroriser tous ceux qui refusent de laisser casser le code du travail et avec lui les droits démocratiques. Y compris des adhérents du PS.


Un militant PS plaqué au sol devant Stéphane Le… par tuxboard

 

Compte rendu des violences à Bordeaux par Rue89

A Bordeaux, Stéphane Le Foll affole les déçus du PS