À propos de la déclaration du PCF Paris XV sur la candidature Roussel.

La section du PCF de Paris XVème a le courage de désavouer publiquement la campagne de moins en moins communiste et de plus en plus dérivante de Fabien Roussel. Cependant, la seule perspective ici offerte aux sections encore communistes du PCF est d’écrire à la direction du PCF, c’est-à-dire à Roussel pour lui demander le retrait de la candidature Roussel… 

Ne vaudrait il pas mieux, camarades parisiens, engager enfin des discussions avec les communistes du PRCF qui, partant du principe de réalité, considèrent que les véritables Communistes doivent poser ensemble et au plus vite, les bases de la reconstruction communiste ?

La fascisation galope en France, et s’ils ne s’unissent pas pour reconstruire à temps le parti de combat des travailleurs, les communistes français porteront une lourde responsabilité devant l’histoire.


« Communistes, refusons d’être associés aux dérives de Fabien Roussel !« 

Motion des communistes du PCF Paris 15e – Publié le 16/06/2021 à 06:38

motion adoptée par les communistes du 15e arrondissement de Paris réunis en Assemblée Générale de section le mardi 15 juin 2021.

Les communistes du 15e arrondissement de Paris, réunis ce mardi 15 juin 2021 en assemblée de section, expriment leur total désaccord avec les dernières prises de position de Fabien Roussel. Depuis un mois maintenant, le secrétaire national du parti enchaîne les interviews. A chaque prise de parole un profond sentiment de colère nous traverse tant ses propos sont opposés à notre conception du PCF et à son histoire.

Fidèles à notre conception marxiste et léniniste de la lutte et du parti, nous souhaitons d’abord rappeler que les élections dans une démocratie bourgeoise doivent être pensées comme une tribune dans laquelle nous, communistes, pouvons nous exprimer pour faire avancer des positions de rupture avec le capitalisme. Historiquement, le PCF a toujours condamné l’élection présidentielle comme un scrutin destiné à désigner un monarque républicain (situation encore renforcée avec le quinquennat).

Face à cela, le rôle du PCF n’est pas de diffuser des illusions sur les élections, et encore moins sur les élections présidentielles. A chaque prise de parole c’est pourtant précisément ce que fait Fabien Roussel ! Quand il répète à longueur d’interviews « Si je suis élu, je prendrai telle ou telle mesure » il ne fait rien d’autre que conditionner toute avancée sociale à une potentielle et impossible victoire électorale. En plus d’être en rupture totale avec notre conception de la politique, c’est une prise de position extrêmement dangereuse car elle revient à désarmer les travailleurs en les éloignant de la lutte et de la nécessité de s’organiser politiquement et syndicalement. En cela Fabien, Roussel poursuit la logique électoraliste des Pierre Laurent, Marie-George Buffet et Robert Hue, tout en ayant une ambition tribunitienne à la Mélenchon.

Il est désormais très clair que Macron mise sa réélection sur un face-à-face avec Le Pen. Depuis plusieurs mois, aidé par ses nombreux relais médiatiques et économiques, il a décidé de focaliser le débat sur les questions de sécurité, qui fera inévitablement monter l’extrême-droite et assurera Macron d’un second tour confortable. Un candidat communiste devrait dénoncer cette grossière manœuvre et refuser d’entrer dans ce schéma. Fabien Roussel a fait le choix inverse : celui d’intégrer le PCF dans le jeu de rôle du duo Macron-Le Pen. Nous condamnons ce choix et affirmons que notre parti n’a pas à entrer dans ces stratégies politiciennes.

Un candidat communiste peut évidemment évoquer des questions liées à la sécurité mais cela ne doit pas devenir l’alpha et l’oméga d’une campagne, d’autant plus quand ce sujet est dicté par le pouvoir politique au service du capital. L’expression communiste doit au contraire être centrée sur les axes de rupture avec le capitalisme pour contribuer à l’élévation du niveau des luttes : monopoles publics, sécurité sociale, emploi, industrie, rupture avec l’UE du capital, combat contre l’impérialisme…

La décision de Fabien Roussel de participer à une manifestation organisée par des syndicats de policiers, avec le syndicat Alliance à la baguette, fut une grave erreur politique. Nous n’acceptons pas d’être associés à cet évènement en sachant les revendications portées par ces organisations : renforcement des peines de prison, création de délits spécifiques en cas de violence contre les forces de l’ordre, peines planchers, peines incompressibles… Va-t-on bientôt aller jusqu’à soutenir le secrétaire du PS lorsqu’il déclare que les policiers devraient avoir un droit de regard sur les décisions de justice ?

Depuis plusieurs années, les libertés les plus élémentaires sont bafouées : la répression des manifestations sous Valls, l’état d’urgence terroriste, la répression des mouvements sociaux sous Macron, l’état d’urgence sanitaire… Au lieu d’hurler avec les loups pour demander toujours plus de moyens pour les forces répressives, une candidature communiste devrait dénoncer tout cela en bloc et porter comme revendication le respect des libertés populaires.

Et que dire des dernières déclarations de Fabien Roussel sur l’immigration ? Il emboite le pas à Macron et Le Pen en se déclarant favorable aux expulsions des sans-papiers : « s’ils sont déboutés du droit d’asile, ils doivent rentrer chez eux ». Un dirigeant du PCF n’a-t-il rien à dire sur l’impérialisme français ? L’impérialisme français tient sous sa domination des pays entiers, les derniers coups d’Etat au Tchad et au Mali sont la dernière illustration de sa nocivité. Il maintient l’Afrique de l’Ouest dans un état de sous-développement, les trusts français pillent les ressources naturelles. L’impérialisme français a un rôle majeur dans la déstabilisation de l’Afrique et du Moyen-Orient depuis 2011. C’est la France qui a mené la coalition impérialiste en Libye en 2011, c’est la France qui a soutenu les islamo-fascistes en Syrie.

L’immigration est utilisée au profit du capital pour mettre les travailleurs en concurrence entre eux. La main d’œuvre immigrée est la plus exploitée dans les métiers les plus ingrats et les plus mal payés. Un communiste doit dénoncer l’impérialisme, le racisme, pas réclamer des expulsions et alimenter la xénophobie !

Communistes du 15e arrondissement de Paris, nous avions le mois dernier refusé de soutenir la candidature de Fabien Roussel et avions appelé à voter pour une candidature communiste sur un réel programme communiste. Le choix de mettre en avant une personnalité plutôt qu’un programme politique, qui aurait préalablement fait l’objet d’une discussion politique collective, ne pouvait malheureusement aboutir qu’à la situation actuelle. Autrement dit, les dérives actuelles de Roussel ne sont que la conséquence des efforts acharnés de la direction nationale pour transformer le PCF en un parti authentiquement social-démocrate.

Dans ce contexte nous demandons le retrait de la candidature de Fabien Roussel pour les élections présidentielles. Nous pensons qu’il est urgent de reconstruire le PCF sur des bases claires de luttes contre le capital et de sortir de toutes les stratégies électoralistes et politiciennes. Nous invitons également l’ensemble des communistes à se saisir de ces quelques éléments de réflexion pour les mettre en débat dans chaque section et exprimer à la direction de notre parti notre refus d’être associés aux prises de position médiatiques de Fabien Roussel.