Changement à la tête de FO : retour vers la défense des travailleurs, tous ensemble et en même temps ?

Du changement à la tête de . Exit , l’encarté PS qui ces dernier mois en total décalage d’avec la mobilisation suivie par les syndicat FO contre la loi travail au coté de la CGT n’a eu de cesse que de suivre Macron. Refusant de mobiliser face aux ordonnances détruisant le code du travail, et s’activant à diviser le front de l’intersyndicale. Ne dépensant son énergie que pour louer le banquier installé à l’Elysée tout en cognant sur les initiatives de la CGT et de JL Mélenchon pour organiser la résistance des travailleurs à l’offensive anti sociale lancée par le régime. achève en cette fin avril son mandat à la tête de la confédération réformiste. Sous les huées des 3000 délégués du congrès de FO qui se tient à Lille.
Le dauphin poussé par Mailly – à qui Macron aurait réservé une retraite dorée au conseil économique et sociale européen – ne prendra pas sa succession. S Lardy est directement passé n°3 du ministère du travail au coté de Murielle Pénicaud. Un triste symbole.
C’est l’actuel n°2 de FO, Pascal , un ingénieur de la fonction publique d’Etat, seul candidat qui sera le nouveau secrétaire confédéral de FO en fin de semaine., Secrétaire fédéral à la Fédération FO de l’Équipement, de l’Environnement, des Transports et des Services, une de celle qui avait menée la fronde contre le soutien de Mailly aux ordonnances Macron, il est secrétaire confédéral de FO depuis 2009. Il avait fait entendre ses derniers mois son désaccord avec la ligne Mailly de collaboration avec Macron.

Les premières déclaration de P Pavageau tranchent avec celle de Mailly qu’il égratigne lourdement. Il se plait ainsi à souligner que lui n’est pas membre du PS contrairement à Mailly… Sur France Info, le 22 mars à la veille de l’ouverture du congrès de FO, il a indiqué que l’unité syndicale, la mobilisation collective est la meilleure façon d’agir pour les syndicat citant en exemple les mobilisations intersyndicales de la SNCF et de la fonction publique. Un discours très offensif sur la question du statut et des conventions collectives, faisant les liens entre les mobilisations des fonctionnaires, des cheminots et des salariés. Apparemment la convergence des luttes n’est pas un tabou pour la nouvelle figure de FO qui n’a pas hésité à s’afficher dans les défilé de la CGT, égratignant Mailly en déclarant que le rôle d’un secrétaire confédéral est de soutenir les travailleurs en lutte là où Mailly disait il y a encore quelques jours que les cheminots FO ne représentent “rien”.

Les travailleurs ne peuvent qu’espérer que  les résultats de ce congrès FO se traduise par le desserrement du frein FO qui est l’une des causes principales de l’échec de la mobilisation de l’automne et du patinage dans certains secteurs actuellement. FO est en effet le premier syndicat de la fonction publique d’Etat. Une confédération qui pour le moment est restée l’arme au pied, diluant le calendrier des mobilisations, ferraillant contre les initiatives de la CGT alors que les consignes dans nombre de syndicat FO sont “de se tenir prêts à la mobilisation”.

La composition du bureau confédéral et les orientations prises par le congrès seront scrutés avec attention par les travailleurs, qui veulent très vite le tous ensemble et en même temps. La base FO pourrait bien faire le ménage et relancer la dynamique de mobilisation.

 

Commentaire de lecteur “Changement à la tête de FO : retour vers la défense des travailleurs, tous ensemble et en même temps ?