Le prisme des médias ou le monde à l’envers – Floréal

L’affrontement de classes fait rage à Caracas entre la réaction soutenue par Trump et le camp populaire défendant le processus bolivarien: aussitôt,  toute la presse “pluraliste” de France sonne l’hallali contre le “tyran” Maduro, coupable de prétendre présider le pays qui l’a régulièrement élu…

Encore trois Palestiniens tués à Jérusalem ce 21 juillet par les troupes de Netanyahu: mais ce type de crime de guerre quasi quotidien en Palestine occupée ne donne lieu à aucune condamnation de la part de nos aimables journalistes si attachés aux droits de l’homme dans leur version euro-atlantique… au contraire le boucher de Tel Aviv est érigé par le super conformiste élyséen en représentant universel des juifs, y compris de ceux qui sont morts en combattant le fascisme et l’impérialisme durant la deuxième guerre mondiale.

Massacrez des résistants défendant leur patrie contre un colonisateur arrogant et vous serez aussitôt classé par nos gentils médias parmi les terroristes menaçant la paix mondiale.

Attaquez  à  main armée un processus progressiste, fût-il timide, et vous  serez sur le champ considéré comme un héros de la liberté par les médias du capital, Libération, Telerama et France Inter en tête.

C’est désormais un enjeu de santé mentale publique que de faire la clarté sur cette vérité vitale pour tous ceux qui veulent garder un minimum de dignité intellectuelle : les médias actuels ne sont pas un “contre-pouvoir”; ils sont au contraire le pilier majeur de la dictature euro-capitaliste, l’élément central du retour de notre peuple à la servitude volontaire.