C’est à n’y rien comprendre. Le bruit que fait le monde assourdit. Stupeur et prostration réduisent au silence. Une immense confusion brouille l’entendement commun. Le chaos, c’est quand le désordre n’a plus de sens.

La rumeur nous parvient d’une guerre à venir, qui n’en finit pas de commencer. Le cartel de l’information deale de l’inquiétude à tout va. Il fourbit des armes qui seront tournées contre nous.

Le choc et l’effroi. L’ennemi était ici, il est là. Partout à la fois. Changeant. Incompréhensible.

Impossible à suivre. Le cours des choses vous emporte. Tout semble se défaire sous vos yeux. Seule certitude : l’austérité qui avance tient la main à la guerre qui vient. Mais hormis cela, rien ne tient debout.

L’attaque frontale contre les classes populaires est menée par « la gauche ». Les faiseurs de guerre se précipitent soudain, le ventre à terre, pour arracher des cessez-le-feu. Les mêmes qui voulaient la peau d’un pays s’opposeraient maintenant à ceux qui le dépècent. La vérité est variable. Le discours élastique.

Le spectacle de cette confusion nous rend la réalité étrangère. Ce n’est qu’après décantation qu’apparaissent des éléments stables :

Pour maintenir leur suprématie, les Etats-Unis d’Amérique, suivis de leurs supplétifs, ont besoin de la guerre et du chaos, et plus le capitalisme en crise va nous enfonçant, plus la guerre est nécessaire. Et plus la propagande est grossière.

Mais en dépit de cette apparence de puissance, les défaites se multiplient, les projets impériaux échouent, la contestation grandit et il n’est pas impossible de le voir. Et d’en tirer quelques leçons.

(C’est dans ce contexte, et à propos de celui-ci, que nous vous proposons ce mercredi notre « ¼ d’heure en Palestine », durant lequel nous nous entretiendrons en direct avec Omar Barghouti, co-fondateur du mouvement BDS. Auparavant, nous entendrons Filoche démontant Macron.)

 

Par « l’heure de l’mettre »

« l’heure de l’mettre »
radio campus lille 106,6
en direct sur www.campuslille.com