Un article “honnête” du Figaro à propos des cheminots en lutte

Une fois n’est pas coutume. Nous publions (:http://www.lefigaro.fr/societes/2014/06/18/20005-20140618ARTFIG00291-sncf-les-cliches-sur-les-cheminots-ont-la-vie-dure.php) cet article du Figaro que la situation des cheminots.
Tentative louable d’honnêteté journalistique qui doit être notée. A l ‘heure où les grands médias, télévisés en particulier, se vautrent dans une propagande “versaillaise”, anti-ouvrière, l’auteur de cet article prouve qu’un minimum de travail sur la réalité des choses brise les clichés mensongers propagés par les propagandistes du capital contre des travailleurs qui luttent pour leurs justes revendications et POUR L’INTÉRÊT GÉNÉRAL de tous les usagers du service public SNCF.
sncf_33

Commentaire de lecteur “Un article “honnête” du Figaro à propos des cheminots en lutte

  1. 21 juin 2014 at 06:54

    Personnellement , je ne pense pas que ce soit de la part du Figaro une tentative louable d’honnêteté journalistique , mais bien plutôt , en affichant les salaires des cheminots , une tentative sciemment calculée de discréditer les grévistes !
    Je ne veux pas rentrer ici dans une polémique concernant les salaires des cheminots car j’ai pris faits et causes pour leur grève pour d’autres raisons plus cruciales que l’échelle effectivement discutable des salaires ; mais le Figaro savait pertinemment avant cette enquête , que la MAJORITE des travailleurs français ont des salaires frisant le plus souvent le salaire minimum , quand il n’est pas en dessous par des contorsions acrobatiques du code du travail de certains employeurs . De plus , le Figaro n’est pas sans savoir que la majorité des retraites (surtout celles des femmes) avoisinent le plus souvent et comme la mienne les 600€ .
    Alors , à votre avis : quelles seront les réactions légitimes de cette majorité de français qui “rament” au quotidien et qui prendront connaissance des salaires des cheminots(tes) .
    Probablement en toute première réaction et sans pouvoir approfondir le débat avec les cheminots(tes) : UN GRAND SENTIMENT D’INJUSTICE !