1 million de Boliviens accueillent Evo Morales.

Embed from Getty Images

C’est une marée humaine d’un million de personnes – énorme pour un pays de 12 millions d’habitants qui a célébré le retour au pays de son président réélu pour la 4e fois en octobre 2019 Evo Morales, qui avait dû quitter le pays, réfugié en Argentine, en raison du putsch militaro-fasciste hourdi par l’Axe USA-UE. Un retour qui signe le retour de la démocratie et qui sonne comme un appel à la mobilisation anti-impérialiste et pour le socialisme pour toute l’Amérique latine.

L’ancien président bolivien Evo Morales est arrivé mercredi 11 novembre 2020 dans la ville de Chimore dans le département de Cochabamba, où il y a tout juste un an, il a été contraint à l’exil par les forces de coup d’État de la droite bolivienne.

S’adressant à une foule joyeuse, Evo a remercié les gouvernements du Mexique et de l’Argentine pour leur aide et, en particulier, les centres ouvriers des tropiques qui ont empêché les forces de droite d’attaquer sa vie en novembre dernier.

Evo a également souligné qu’en 14 ans d’administration publique par le Mouvement vers le socialisme (MAS), la Bolivie a connu six années consécutives de croissance économique, se positionnant comme l’un des premiers pays d’Amérique du Sud en termes d’indicateurs sociaux.

“Les transnationales ne nous pardonnent pas d’avoir nationalisé nos ressources naturelles”, a déclaré Evo pour souligner la promotion du modèle économique bolivien basé sur la nationalisation des ressources nationales.

Evo a rejeté l’ingérence du gouvernement américain dans les affaires intérieures de la Bolivie tout en notant le soutien reçu par le gouvernement de facto du secrétaire d’État américain Mike Pompeo et du président Donald Trump.

Il a appelé les jeunes générations à assumer leurs responsabilités parce que les forces progressistes font face à «une lutte idéologique, culturelle et programmatique» promue par des groupes qui n’acceptent pas l’héritage autochtone et anti-impérialiste qui a émergé du processus de lutte pour l’indépendance.

“Faites savoir à la droite bolivienne et à la droite internationale: les ‘sauvages’ sont de nouveau au gouvernement. Nous sommes au pouvoir.”

Evo Morales était accompagné sur le podium par le candidat présidentiel équatorien Andres Arauz. Lors de son discours, Morales a souligné l’importance géopolitique des élections de ce pays voisin, qui auront lieu en février 2021.

“Si nous récupérons l’Équateur, nous récupérons l’UNASUR”, a déclaré le chef du MAS, faisant allusion à l’Union des nations sud-américaines, un outil clé pour l’intégration dans la région.

“Il y a un an, je l’ai promis, et aujourd’hui je le tiens: nous sommes devenus des millions”, a conclu Morales.

“Grâce à Evo, nous avons de la dignité. Ce changement est le résultat de notre chef, de notre classe ouvrière et de nos mouvements sociaux. C’est le peuple bolivien. Nous n’abandonnerons jamais”, a assuré le président de Central Obrera Boliviana Juan Carlos Huarachi.

Le président bolivien Luis Arce et le vice-président David Choquehuanca devraient recevoir Evo Morales lors de l’événement organisé par les Six Fédérations du Tropique de Cochabamba.

Selon les médias locaux, cet événement massif accueille des invités spéciaux tels que des ambassadeurs, des législateurs et des maires.

Morales arrive à Chimore un an après avoir été contraint de quitter le pays depuis ce territoire après le coup d’État. Dans cette ville du département de Cochabamba, il conclut son périple de trois jours qui a débuté le lundi à la frontière avec l’Argentine.

Depuis l’Argentine, Morales a mené la campagne électorale qui a rendu le pouvoir au MAS lors des élections générales du mois dernier en Bolivie. Arce a remporté une large majorité de 55,1% des voix.

L’ancien président est revenu après que la justice bolivienne a eu retiré un mandat d’arrêt imposé pendant le régime né du coup d’État dirigé par Jeanine Añez.

Depuis l’aéroport de Chimore, Morales et l’ancien vice-président Alvaro Garcia sont montés à bord d’un avion envoyé par le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador (AMLO) le 11 novembre 2019. La vie des dirigeants était en grave danger.

Un an plus tard, les gens lui réservent un accueil chaleureux et émouvant trois jours après son retour d’Argentine dans sa patrie.


Arce promet de reconstruire la Bolivie lors de sa prestation de serment.

“Honneur et gloire aux héros du peuple qui ont retrouvé la démocratie”, a déclaré le président bolivien Luis Arce au début de son discours inaugural.

Dans son premier discours en tant que président, Arce a critiqué la gestion du gouvernement de facto, qui a détruit l’économie bolivienne.

Le nouveau président de la Bolivie a également promis de reconstruire le pays sud-américain, après que le gouvernement de facto pendant un an d’administration a détruit l’économie et sa démocratie.

«En un an, toutes les conquêtes du peuple bolivien ont été renversées», a diagnostiqué le président Arce, en revenant sur les chiffres avec lesquels le gouvernement de facto a laissé à l’État bolivien.

“Le gouvernement de facto a laissé une économie avec des chiffres qui n’ont même pas été vus dans l’une des pires crises que la Bolivie a subies sous le gouvernement UDP (Unité démocratique et populaire) au cours de la décennie des années 80 du siècle dernier. Chômage, pauvreté et inégalités ont tous augmenté », a-t-il prévenu.

Dans son premier message en tant que Président de la Bolivie, Arce a déclaré:

“Aujourd’hui, nous sommes ici pour envoyer un message d’espoir à toutes les nations qui composent la Bolivie, à ces courageuses femmes et hommes qui se battent chaque jour pour surmonter cette difficile situation.”

“Nous devons mettre fin à la peur en Bolivie. Je crois en la justice, et non au fait de favoriser une atmosphère de ressentiment et de vengeance qui ne respecte pas la diversité des pensées, là où le fait d’être d’un autre parti ou de couleur politique fait de vous un objet de haine. Cela va s’arrêter », dit Arce.

“En tant que ministre, j’ai sacrifié beaucoup de choses pour servir le pays. Aujourd’hui, je vous demande encore cinq ans de patience et de tolérance. La mort, la peur et la discrimination ont été semées, le racisme s’est intensifié et la pandémie a été utilisée pour étendre un gouvernement illégitime”, a-t-il déclaré.

“Nous gouvernerons avec responsabilité et inclusion … avec l’objectif de ramener la Bolivie sur la voie de la stabilité, dans l’espoir d’être comme le gouvernement bolivien du peuple qui s’est levé pour retrouver la démocratie”, a-t-il promis.

“Nous voulons entamer une nouvelle étape de notre histoire. Notre gouvernement cherchera à reconstruire notre patrie dans l’unité pour vivre en paix”, a déclaré le président.

“Nous vaincrons la pandémie et la crise économique, comme nous l’avons fait auparavant”, a promis l’économiste, qui dans son message a exposé une batterie d’indicateurs pour illustrer l’état critique de l’économie bolivienne.

“La pandémie a été utilisée pour étendre un gouvernement illégal et illégitime », a-t-il dénoncé, faisant à nouveau allusion au régime de la présidente autoproclamée Jeanine Áñez qui, selon ses propres termes, a« mutilé »les droits et libertés démocratiques fondamentaux dans le pays.

“Ce n’est pas la haine qui anime nos actions, mais une passion pour la justice”, s’est-il exclamé, paraphrasant les propos du leader socialiste Marcelo Quiroga Santa Cruz.

“Nous nous engageons à rectifier ce qui n’allait pas et à approfondir ce qui était juste”, a-t-il déclaré.

Au début de son message, Arce a remercié sa famille pour sa patience pendant son mandat de ministre de l’Économie et a demandé «cinq ans de plus», maintenant en tant que président de la Bolivie.
Il s’est également souvenu des victimes des massacres de Senkata, Sacaba et El Pedregal, survenus un mois après le coup d’État contre le président de l’époque Evo Morales, et a souligné qu’ils sont des symboles de dignité et de résistance.

“Par votre mandat, j’assume la présidence avec beaucoup d’humilité et de responsabilité alors que je regarde le passé et que je trouve tout ce que nous avons vécu et surmonté. Je lève les yeux et je vois de l’espoir”, a-t-il admis avant de conclure par un appel: “Marchons en paix, côte à côte pour y parvenir. Avançons », at-il dit.

À l’issue de la cérémonie, le vice-président Choquehuanca a appelé la commission spéciale pour accompagner le président Arce à la Casa Grande del Pueblo, où il a reçu les délégations internationales qui se sont rendues à la cérémonie d’inauguration.

Le discours d’investiture du vice président David Choquehuanca le 8 novembre 2020

JBC pour www.initiative-communiste.fr

d’après informations d’agences