ON NE SAUVERA PAS LES STATUTS SANS COMBATTRE L’U.E. ET SES DIRECTIVES DE MORT !

Il est illusoire de prétendre sauver le des dans le cadre de l’euro-directive ferroviaire qui substitue à la logique de service public issue de 36 et du CNR la logique capitaliste de « l’économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » (traité de Maastricht).

Cheminots, fonctionnaires, électriciens, souvenez-vous que certains ont prétendu sauver le statut de France-Télécom dans le cadre de l’euro-privatisation Jospin-Gayssot… On sait ce qui est advenu ensuite des agents de FT resté sous statut : ils ont parfois été plus harcelé encore par leur direction que les personnels officiellement précaires…Avec pour conséquences les drames que l’on connait !

Pas plus qu’il n’est sérieux de prétendre sauver le bac national, le statut national des fonctionnaires, l’Éducation nationale et les diplômes nationaux, comme le prétendent presque tous les syndicats enseignants, en ménageant la vache sacrée de la « construction européenne » et en ne levant pas un doigt pour défendre la nation indépendante, le produire en France, la langue française et tout ce que l’euro-atlantisme dominant envoie à la déchetterie sur l’autel de la « mondialisation » (des profits !).

Cessons de ménager le chef d’orchestre patronal européen dont Macron-MEDEF et Pépy ne sont que les petits proconsuls arrogants. Pour nationaliser les luttes, les étendre à l’Europe, brisons les chaînes de l’Union européenne !