Venezuela : nouvelles de l’actualité [revue de presse]

Alors que l’actualité est toujours aussi agité au , la rédaction d’Initiative Communiste en partenariat avec la lettre hebdomadaire du MSRB vous propose une revue de presse francophone des dernières nouvelles du .

Par ailleurs, la rédaction vous propose la traduction en français de prise de position de blogueur relayé par Telesur. Une façon de faire le point sur le débat d’idée au Venezuela

Si les manifestations aussi violentes que minoritaires emmenées par la droite compradore et soutenues médiatiquement par ses alliés américains de l’Union Européenne continuent de troubler le pays, force est de constater que le peuple venezuelien ne cède pas. C’est au contraire par une réponse démocratique – celle de la consultation du peuple à travers une assemblée constituante – que le président et le gouvernement élu ouvrent une sortie de crise pour le pays. Un dialogue et un débat démocratique totalement rejeté par la droite, la MUD refusant même les appel aux dialogues du Pape, qui continuent de jouer la carte de la violence pour permettre de renforcer les ingérences étrangères de Washington et Bruxelles contre le pays.

Revue de presse : la lettre d’information hebdomadaire du Mouvement de Solidarité avec la Révolution Bolivarienne

  • RÉPUBLIQUE BOLIVARIENNE DU VENEZUELA MINISTÈRE DU POUVOIR POPULAIRE POUR LES RELATIONS EXTÉRIEURES – 11/05/2017- Vivavenezuela
  • LA BOLIVIE RÉAFFIRME SON PLEIN APPUI AU VENEZUELA – 10/05/2017- BolivarInfos/Rhc
  • VENEZUELA : LA MUD NE PARTICIPERA PAS À LA RÉUNION DE LA COMMISSION PRÉSIDENTIELLE POUR L’ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUANTE – 10/05/2017 – BolivarInfos/TelesurTv
  • VENEZUELA : LE GOUVERNEMENT ET UNE PARTIE DE L’OPPOSITION DISCUTENT DU PROCESSUS DE CONSTITUANTE – 10/05/2017 – BolivarInfos/TelesurTv
  • Venezuela: Lettre de Solidarité Bolivarienne au Médiateur de France Télévision et de Radio France, par Françoise Lopez – 09/05/2017 – BolivarInfos
  • Venezuela : Ce que cache le Commandement Sud des États-Unis, par Luis Delgado Arrias – 05/10/2017 – Investigaction

Débats  – Idées : en direct du Venezuela

Comprendre rapidement les méthodes de la violence fasciste au Venezuela en Mai 2017

L’histoire que les grandes multinationales de la communication veulent raconter au monde est que, lors de grandes manifestations, des manifestants pacifiques sont réprimées, blessés et détenus par les forces militaires  qui maintiennent au pouvoir un dictateur (Nicolás Maduro) rejeté par la plupart des citoyens.

Depuis le début de Avril le Venezuela fait face à une  violente offensive à caractère fasciste qui utilise comme une armée d’occupation une petite mais active minorité de la population. Les actions utilisées combinent différentes formes de lutte allant de marches et caravanes pacifiques au pillage des commerces et des équipements publics et des attaques armées contre les forces de l’ordre.

Les faits se concentrent dans cinq centres urbains dessinant un axe sur la cote nord et deux entités dans la région andine et ont fait quelque 40 morts, la plupart du temps lors de pillages et lors d’attaques contre d’autres manifestants civils ou contre des militaires et policiers.

L’histoire que les grandes multinationales de la communication veulent raconter au monde est que, lors de grandes manifestations, des manifestants pacifiques sont réprimées, blessés et détenus par les forces militaires  qui maintiennent au pouvoir un dictateur (Nicolás Maduro) rejeté par la plupart des citoyens.

Voici quelques clés pour comprendre ce qui se passe réellement aujourd’hui au Venezuela.
1. L’objectif déclaré de la violence est de rendre le pays ingouvernable. Pour cela des opérations chirurgicales de protestations sont pratiquées, avec différents niveaux de violence, pour provoquer des fermetures de routes à la fois dans les villes et les routes principales ainsi que les autoroutes.

2. Dans les événements symboliques-émotionnel cherchent à nier la légitimité de l’action de l’État, en particulier en ce qui concerne le monopole de l’exercice de la violence, c’est pourquoi ils insistent sur l’action présumée des « hommes en noir », « collectivos » ou de civils en uniformes de police militaire. L’idée est de présenter l’Etat comme un délinquant.

3. Cela explique, en partie, la criminalisation des actions des corps chargés de l’application de la loi en particulier les forces de l’ordre en uniforme comme le GNB et la PNB. Compte tenu de l’impossibilité de dénoncer des « fantômes » ils  choisissent d’attribuer, sans preuves et souvent sans la moindre cohérence narrative, des actions illégales ou criminelles.

4. L’hypothèse et le modèle de conflit proposé est la guerre résolument apocalyptique: dans le discours les manifestants sur le béton sont des combattants. La fin de la guerre est la destruction de l’autre. Pour cela il n’y aucune victime (même dans le langage le terme est rarement utilisé), mais « martyrs » ou « tombés » dans la lutte, quand il s’agit de leurs partisans, ou  des « sbires éliminés » quand  ce sont des gendarmes ou policiers.

5. Le caractère de combattants, que les militants de l’opposition se sont attribués est essentiel, en particulier pour « moraliser » et éviter la démobilisation et défections. Cela part du principe qu’à la guerre il s’agit de tuer ou d’être tué. Cela explique pourquoi le seul tweet de toute la série fatidique d’Avril fatidique qui n’a pas été effacé par le « sociologue matero » était: « Demain, nous tous. Eux aussi. Certains resteront sur la route ». « Et il y a quelques jours Lilian Tintori en disant que  » il n’y a a pas de morts en vain « .

6. En outre, les « combattants » eux-mêmes blessés ou emprisonnés sont considérés comme « faible » un résultat « naturel » de la guerre. Pour les accusés et les blessés, comme « Bolívar » le jeune autoquemado à Altamira, il s’agit de demander à leurs proches de « poursuivre la lutte pour les notres »

7. Dans le caractère symbolique les éléments de langage du conflit servent à contribuer à « normaliser » l’utilisation d’équipements et de vêtements pour les la guerre : casques, cagoules, masques à gaz, des chemises à manches longues, des gants et dans certains cas des tubes faits maison ou des armes conventionnelles . Personne n’est surpris de voir ces images ou ne semble avoir peur de les rencontrer. De plus, dans le récit, il s’agit de se justifier avec le caractère artisanal des armes par le « besoin » de se défendre d’une machine de répression professionnelle et technologique.

8. Dans cette propagande, idéalement, le script doit montrer donc un choc asymétrique entre les « manifestants » qui luttent pour leur droit de protester avec ingéniosité et volontarisme, contre une « dictature » qui possède l’organisation humaine et technique de porter atteinte à des droits fondamentaux. Ces aspects, totalement cinématographiques, avec toutes les caractéristiques d’une mise en scène, sont ceux qui mettent en scène le script générique de la violation des droits de l’homme en dépit de la violence évidente des actions des manifestants.

9. Toutefois, en réalité, les secteurs extrémistes de l’opposition vénézuélienne ont été préparés pour une guerre, avec son caractère apocalyptique, pendant de nombreuses années, peut-être depuis le coup d’Etat d’Avril 2002, avec l’utilisation réussie de ce que l’on pourrait appeler  la « masse de soldat » (la masse orienté vers des objectifs guerrier). Cela pourrait définir ce qui arrivent avec la multitude de marche de l’opposition depuis Chuao avec pour destination Miraflores le 11 avril,  dans lesquels ont peut identifier quasiment tous les attributs et caractéristiques de la masse, notamment celui d’avoir le sentiment d’être invincible

10 Dans le développement du « soldat de masse » peut être identifié des étapes importantes comme les premiers jours de manifestations de rue violentes ou « guarimbas » de Février-Mars 2004, les actions d’opposition au non-renouvellement de la concession de RCTV mai 2007, et enfin les étapes et autres événements tels que « la Arrechera » Avril 2013, « La Salida » en Février 2014 et les manifestations comme la Toma (prise) de Caracas en septembre 2016.

11. Ce processus, en plus des caractéristiques de comportement de masse, s’identifie comme une élite (une méritocratie, la classe moyenne, les étudiants, les professionnels, les « entrepreneurs » descendants d’Européens), intègre un attribut de territorialité, ancré dans l’urbanisme fragmenté, discontinu, et délimité des centres périphériques fermés. Cela se produit en premier ( dans les années 60) à proximité des zones de banlieues ou à proximité de la ville, tels que les zones urbaines de  « la Fundacion » (Fondation logements isolés VIPOSA / Mendoza en Maracay et Barquisimeto). Et s’est poursuivie dans les années 1970 dans les régions éloignées sous la forme des « villes dortoirs » ou les banlieues de la « classe moyenne » (professionnels et petits « entrepreneurs ») autour de grandes villes comme San Antonio de los Altos et Guatire (pour Caracas), Cabudare (pour Barquisimeto) et San Diego (à Valence).

12. En termes de confrontation physique la masse commence à défendre non seulement ses « droits » (privilèges menacés par l’inclusion sociale, la production, la santé et l’éducation promu par le chavisme), mais son territoire. Il est évident que le but est plus proche de la guerre classique avec l’occupation et le contrôle du territoire, et cela signifie que, d’elle-même, des opérations « militaires »: des points d’accès surveillés, des barrières autour du périmètre et des patrouilles internes, au moins, pour détecter les « intrus « ou des activités » hostiles ». (On évoque comment  ont maintenant changé ces opérations, initialement justifiées par l’insécurité dans leur communauté).

13. A ces dispositifs de sécurité physique ou technologique s’ajoutent des  préparations de « combat » et les procédures de contrôle social et communautaire  pour la « défense » de la communauté. Les histoires documentées abondent  de recensement  des résidents et des ressources disponibles pour la « défense » avant l’attaque prévue de « collectif » soutenu par GNB (le récit se concentre sur la composante militaire, mais peuvent inclure d’autres aspect de la sécurité). Créer des zones pour le stockage de l’essence, des pneus et des coktails molotovs ainsi que l’identification des points de tir même à l’intérieur des maisons pour la « défense ». (Rappelez-vous encore ou demander comment les choses sont à Montalban, San Antonio, Cabudare ou développements autour de Valence)

14. Le produit de ces événements et processus est maintenant une « armée d’occupation interne » dans des quartiers des grandes villes ou dans les quartiers voisins des villes dortoir pour partie. Et l’autre, une élite de « combattants » recrutés dans ces domaines et dans les universités, disponibles pour mobiliser les actions nationales et effectuer des actions chirurgicales à des points clés où il est impossible d’avoir une forme classique de contrôle territorial, comme les autoroutes et les routes principales et les principales intersections du réseaux routier urbain ou interurbain.

15. Ces « combattants d’élite » ont généralement entre 22 et 28 ans et ont été recrutés à partir de 2012, à partir de différentes organisations parrainées par des partis, mais ils ne sont pas déterminés par ces allégeances. Ce sont des groupes hétérogènes qui peuvent passer d’un parti à un autre, beaucoup ont participé au programme Lidera de la fondation Futuro Presente, et surtout les plus audacieux, viennent des villes de province. Ils ont participé à des activités telles que l’Opération Libertad, contre l’ambassade de Cuba en 2013, les camps de Las Mercedes et Los Palos Grandes en 2014 et de nos jours il y a un peu plus d’un mois. Parmi eux, José Víctor Salazar, 28 ans, qui a été brûlé à Altamira.

16 Ces« combattants » qui, sans quitter la catégorie « soldat-masse » ont une certaine formation à assumer des rôles différents et de combiner les formes de lutte. Ils peuvent agir en tant que militants politiques ou sociaux qui manifestent pacifiquement, comme animateurs de réseaux sociaux ou militants urbains qui participent à des degrés divers de la violence pour imposer le chaos et l’ingouvernabilité. Beaucoup d’entre eux ont des comportements antisociaux à l’image de José Pérez ou un passé de consommation de drogues comme en témoigne en 2014 après le démantèlement de leur campement.

17. Affronter  le « soldat de masse » qui ne devient pas ouvertement combattant, à la fois en adoptant des rôles qui le fait se présenter symboliquement comme un « garçon de résistance » est très compliqué en termes de communication et en termes opérationnels. C’est pourquoi seule une organisation avec la formation, l’expérience, l’équipement et la discipline comme GNB, a la capacité et la flexibilité de le faire.

18. Ces caractéristiques du conflit expliquent  pourquoi de façon systématique et ordonnées ont été attribué depuis le début et à chaque moment des affrontements automatiquement à la Guarde  la responsabilité de toutes les victimes. Même si dans la plupart des cas, aucune preuves ne permettant de dire et mettre e cause à travers des témoignages l’action présumée de la gendarmerie dans chaque cas. Il s’agit de liquider opérationnellement et moralement la Guardia et ainsi d’éliminer la principale barrière de défense de la nation avant d’achever une offensive de  la « guerre non conventionnelle ».

19. Les données indiquent que la performance du GNB a été impeccable et avec des conséquences fatales minimes. Alors que dans les « guarimbas » 2014 ont été tués six membres du contingent, durant ces mois d’avril et de mai il ne faut regretter la mort que d’un seul homme, le sergent Niumar Sanclemente à San Antonio de los Altos. Tandis qu’est possible également la mort d’un protestataire, Gruseny Canelón à Barquisimeto, a été attribué à la Garde. Bien que la police Carabobo, avec deux cas, a le plus grand nombre d’accusations de morts parmi les civils, le feu de tous les médias se concentre sur la composante militaire.

20. Détruire la barrière en béton que représente la GNB est une condition pour passer à la phase suivante du conflit, qui est la confrontation apocaliptique avec les composantes traditionnelles de la FANB, la défense orientée contre les ennemis extérieurs de la nation, comme l’armée , la Marine et la force aérienne. Le fantasme ultime des fascistes est de voir les forces amrées chavistes commettre un massacre.

21. Cette hypothèse a été testée dans au moins deux cas avec les attaques et l’occupation de casernes militaires par des manifestants. Les 20-21 Avril avec une attaque avec des coups de feu à un barrage de Fort Tiuna par deux officiers subalternes de la Marine (recrutés comme mercenaires) en même temps que le pillage de El Valle et la tentative d’occupation d’une maternité, et il y a quelques jours l’attaque, avec l’utilisation d’explosifs, de la base aérienne Miranda à la Carlota.

22. Les faits les plus récents font état d’une tentative d’organisation d’une aggravation de la pénurie avec l’obstruction du transport des légumes et des produits agricoles à Merida et Tachira, et peut-être d’autres États qui produisent des aliments non industriels comme Apure et Guarico. Cela pourrait être l’objectif de la fermeture des routes à Calabozo, mardi dernier, qui a blessé un jeune étudiant à l’UC, résidant à San Diego et militant de l’opposition qui se sont expressément mobilisés pour participer à l’action.

23. En outre des marches et caravanes ont essayé de faire agir ce samedi, la mobilisation des militants d’un État à l’autre, ils semblent avoir pour objectif à donner une projection nationale à des actions qui ne sont en fait actives que dans quelques villes ou zones urbaines.

24. En même temps ils maintient des perturbations dans l’axe Mercedes-Las Altamira pour couper la communication au sein de la capitale, Caracas, et entre l’Est et l’Ouest, affectant l’approvisionnement des produits et des biens importés. Depuis lundi 15 il commencent à installer des barrages commerciaux dans les axes urbains où ils maintiennent un certain contrôle territorial comme les haut de Mirandinos.

25. Ces notes sont mises à jour et examen en cours, et sont ouverts aux changements résultant des contributions et des critiques.

Traduction JBC pour www.initiative-communiste.Fr

Venezuela: la MUD et la Marea Socialista

traduction JBC pour www.initiative-communiste.fr

Miguel Angel Ferrer . Economiste et professeur d’économie politique. Fondateur et directeur du centre d’études économiques et politique; Editorialiste pour la revue mexicaine El Sol, les médias Siminforma, Rumbo de Mexico, entre autre. Analyste politique pour différentes radios.

Comme il est évident pour tout lecteur attentif de la presse nationale et internationale au Venezuela existent, depuis la montée de Chavez au pouvoir deux forces opposées claires. D’une part, le chavisme dirigé par le président Nicolás Maduro; et face à elle, la droite, organisée, financée et dirigée par les États-Unis et dont le centre de gravité est appelé MUD (Table unité démocratique).

Bien sûr, il est logique, même si ce n’est pas évident, qu’existe dans l’offre pour le pouvoir au Venezuela d’autres forces politiques de la pertinence incertaine. Certains sont de gauche et agissent en partenariat avec Maduro; et d’autres qui se disent à gauche, mais qui s’opposent activement à Maduro, sont objectivement à droite et sont enfin au service de la politique agressive de la Maison Blanche et le Pentagone.

Parmi ceux-ci, peut-être l’un des plus importants est une organisation du nom de Marea Socialista. Il s’agit d’un groupe politique qui prétend opposer à la fois au président Nicolás Maduro et à la MUD. Une réédition du vieux truc de droite de se présenter comme une force gauche véritablement démocratique, non-autoritaire et non-stalinienne!, Nope. Le vieux truc de « troisième voie ».

Les peuples et les révolutionnaires, cependant, ont de la mémoire. Et ils savent que tout mouvement politique qui se considére et surtout se déclare anti-stalinien est bien souvent finalement un mouvement de droite, pro-impérialiste et anti-socialiste. Est il vraiment besoin de se rappeler Nikita S. Kroutchev, Mikhaïl Gorbatchev, Boris Eltsin et Mstislav Rostropóvich, entre autres? Faut il se souvenir que, à strictement parler,  la perestroïka a commencé dans le XXe Congrès du Parti communiste de l’Union soviétique en 1956? Et faut il ici rappeler le temps de Trotsky et Boukharine?

Parmi les bons exemples des politiques de droite se faisant passer pour la gauche, les révolutions de couleurs démocratiques, anti-autoritaires et anti-staliniens en Europe de l’Est et les tristement célèbres « révolutions » du printemps arabe, si célèbre et pris en charge par l’UE et les gouvernements des les pays impérialistes d’Europe. Comme en ce moment au Venezuela avec le MUD et Marea Socialista, le loup veut se faire passer pour une brebis.

Il est très clair que la MUD et Marea Socialista partagent le même objectif : renverser la révolution chaviste pour installer un régime de droite et se mettre au service de la puissance néocoloniale des États-Unis. Et ils veulent faire avec Maduro ce qu’ils ont fait avec Kadhafi et ce qu’ils ont l’intention de le faire avec le président Bachar al-Assad. Et, en passant, amener le Venezuela dans l’enfer que le peuple vit aujourd’hui en Libye et en Syrie.

En ce moment au Venezuela la plus grande menace à la révolution bolivarienne n’est pas tant la MUD que Marea Socialista. Parce quela  MUD est une organisation sans vergogne de droite et au service de la politique coloniale de l’UE. Une droite colérique, viscérale, meurtrière et totalement discréditée. Avec autant de personnalités discrédités que Henrique Capriles, Henry Ramos, Leopoldo López, Lilian Tintori et María Corina Machado.

A l’inverse Marea Socialista se présente sous des habits démocratiques et socialistes. La Marea ne s’appelle t elle pas elle-même « socialiste »? La MUD ne trompe pas, et n’a pas l’intention de tromper qui que ce soit: il s’agit de la droite tenter de renverser Maduro d’établir un gouvernement à l’extrême droite. La Marée « Socialiste », elle, essayer de tromper tout le monde avec sa phraséologie démocratique, anti-autoritaire et anti-stalinien, camouflage verbale qui dissimule des intentions identiques à celles de la MUD.