Russie – Les escrocs ne tueront pas le désir de justice et de socialisme des travailleurs ! Déclaration du Présidium du Comité central du KPRF

UNE IMPORTANTE DÉCLARATION POST-ÉLECTORALE DU PARTI COMMUNISTE DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE (PCFR)

Malgré la fraude, la censure et la répression dont les candidats du PCFR ont été l’objet de la parti du pouvoir contre-révolutionnaire, les récentes élections russes témoignent à la fois de l’effondrement de « Russie unie », le parti des partisans de Poutine, du bond en avant du PCFR, principale force d’opposition en Russie ((n’en déplaise aux menteurs des médias occidentaux protecteurs de leur marionnette Nawalny) et du recul massif de l’anticommunisme en Russie.

Le PRCF a publiquement félicité le PCFR et apporté son soutien aux dirigeant(e)s communistes arrêté(e)s à Moscou et ailleurs. Une nouvelle page du monde peut s’ouvrir.

S’il est exact que l’impérialisme étatsunien conduit par Biden est de plus en plus agressif à l’encontre de la Chine et de la Russie – ce qui appelle les vrais progressistes à redoubler d’efforts pour que la France sorte à temps de l’OTAN – il n’en est pas moins que les communistes et leurs idées reprennent mondialement des couleurs, du Chili à l’Inde (où les communistes dirigent des grèves de masse sans précédent), et de la Russie à la Chine, où Xi Jinping ne cesse de rappeler son soutien à Cuba tout en rappelant l’importance des idées de Marx. Certes, bien des étapes seront encore nécessaires pour que renaisse un Mouvement communiste international débarrassé de l’opportunisme, de l’européisme et du social-démocratisme, mais d’ores et déjà, l’heure est au dépassement de la situation de retrait idéologique et de reniements ( cf la « mutation » des PC italien et français qui a dénaturé ces partis). 

En attendant, le PRCF, qui reste en pointe en France sur la solidarité avec les communistes polonais, qui a manifesté fin septembre devant l’ambassade allemande pour la liberté de nos camarades, qui a relayé le message du président biélorusse aux Français le et qui a construit une manifestation à Toulouse contre l’OTAN à la fin août, invite les forces communistes d’Europe à engager une contre-offensive générale contre l’anticommunisme et l’euro-maccarthysme, ces vecteurs de guerre et de fascisation sur le continent eurasiatique. 

G. Gastaud, directeur politique d’Initiative Communiste


Une nouvelle élection s’est achevée en Russie. Des millions de personnes se sont rendues aux urnes pour voter en faveur d’un avenir décent pour leur pays. Nous remercions sincèrement tous ceux qui ont fait preuve de caractère, de volonté et de responsabilité et qui ont soutenu le KPRF et notre de changement constructif.

Service de presse du Comité central du CPRF. 2021-09-29

Les élections ont eu lieu dans le contexte d’une guerre hybride à plusieurs niveaux contre la Russie. L’OTAN a imposé une série de sanctions sévères. Le pays a besoin d’un changement qui sera la base de la cohésion sociale et permettra de surmonter les menaces aiguës. Mais, malheureusement, même dans ces conditions, les autorités ont grossièrement violé la volonté des citoyens et violé leurs droits. A toutes les étapes du processus électoral, les élections ont été accompagnées de falsifications massives. La légitimité de la Douma d’État élue et de l’ensemble du système politique de la Russie a été remise en question.

Cette année marque le 30e anniversaire de la destruction criminelle de l’URSS. Le régime qui a pris le pouvoir en Russie a entrepris de démanteler les réalisations soviétiques et de piller les biens. Les usines, les fabriques, des secteurs entiers de l’économie ont été saisis par les nouveaux oligarques. Des dizaines de millions de travailleurs – ouvriers et paysans, enseignants et médecins, scientifiques et artistes – ont été privés de leurs droits sociaux et contraints de survivre avec des rations de famine. Un pays doté d’une grande histoire et d’une grande culture est devenu un appendice humilié du capital mondial.

Le nouveau gouvernement a eu recours à une rhétorique pseudo-démocratique et à des élections truquées pour couvrir ses intentions. Mais les travailleurs ont immédiatement démasqué cette tromperie. Ils se sont levés pour défendre leurs droits et les acquis du socialisme. Le régime Eltsine a répondu par la terreur. La fusillade du Soviet suprême a montré le vrai visage de ceux qui étaient prêts à tout pour leur domination et leur enrichissement. Le pouvoir oligarchique a commencé à s’appuyer sur une verticale d’administrateurs surpuissants, un appareil policier ramifié, une horde d’escrocs politiques et des médias méga-officiels.

Le pouvoir en Russie repose sur deux piliers. Le premier est un système sophistiqué de mensonges et de manipulation. La machine à supprimer la volonté et la conscience convainc les citoyens que le pays avance avec succès dans la bonne direction et qu’il n’y a pas d’alternative aux dirigeants en place.

Le deuxième pilier du système est la violence directe. Bafouant sa propre Constitution, le pouvoir a commencé une attaque contre les droits inaliénables des citoyens. Tout est utilisé, depuis le vol de votes lors des élections jusqu’aux répressions contre tous ceux qui soulignent les vices et les ulcères du système existant. Pavel Grudinin, Ivan Kazankov, Andrei Levchenko, Nikolai Platoshkin, Sergei Udaltsov, Vladimir Bessonov et d’autres camarades sont tous passés par la répression.

L’élection de 2021 a été l’une des plus sales de l’histoire récente. Les cercles dirigeants ont poussé la manipulation et la violence à leur paroxysme. La raison en était la peur du peuple et le refus d’être tenu responsable de ses échecs. Ces dernières années, la classe dirigeante s’est finalement opposée au peuple. L’extinction massive et la réforme cannibale des retraites sont devenues le symbole du cynisme du gouvernement. À cela s’ajoutent la hausse des prix, l’augmentation des impôts et l’accroissement de la servitude de crédit. Pour la huitième année consécutive, les revenus réels des citoyens sont en baisse. La Russie ne cesse de s’appauvrir sur fond d’enrichissement fabuleux des oligarques et de leur entourage.

La pandémie a prouvé l’inutilité des réformes adoptées sous le couvert de l’optimisation. Face à l’épidémie de coronavirus, l’enrichissement des plus riches n’a fait que s’accélérer. Le monstrueux fossé social s’est creusé. Mais même dans ces conditions, le gouvernement ne s’est pas engagé sur la voie d’un dialogue politique responsable. La réforme précipitée de la Constitution ressemblait plus à une farce qu’à une volonté d’améliorer la Loi fondamentale.
Une telle politique a inévitablement sapé ce qui restait de l’autorité des autorités. Les instruments traditionnels de domination des cercles dirigeants ont commencé à faire défaut. La note de Russie Unie a chuté en dessous de 30 %. Les sociologues ont mesuré la popularité du CPRF, qui offrait au peuple une issue claire et parfaitement réaliste à la crise. Le électoral du CPRF était fondé sur une stratégie tournée vers l’avenir pour le développement du pays, les meilleures pratiques internationales et une riche expérience législative. Les forces patriotiques de gauche ont apporté leurs propositions aux masses de millions d’électeurs russes.

Pour éviter un échec imminent, les cercles dirigeants ont pris des mesures préventives. Depuis le début de la campagne électorale, le parti au pouvoir a enrichi sa longue expérience de la « démocratie » de nouveaux exemples de falsification. Sous le prétexte d’une pandémie, elle a légitimé le vote sur trois jours avec des possibilités de fraude sans précédent. Contrairement au bon sens, le « stump voting » a été déclaré la norme. Le vote en ligne, non contrôlé par les partis et les candidats, a été introduit.

P. N. Grudinin, le talentueux dirigeant de la meilleure ferme du pays, la ferme d’État Lénine, et candidat à la présidence russe en 2018, s’est retiré de la course. Sous des prétextes absurdes, la CEC a refusé d’enregistrer sa candidature. Par cette décision, la CEC, dirigée par Ella Pamfilova et Nikolay Bulayev, a une fois de plus prouvé son manque de principes et sa dépendance totale. L’organe qui était censé garantir l’équité du vote s’est transformé en un instrument punitif qui fonctionne selon le principe du « glisser-déposer ».

Les autorités ont peint toute la campagne électorale sous le signe de la fraude. Les droits de l’homme, l’équité et la transparence du processus électoral ont été noyés dans cette sinistrose. Les autorités ont entravé la diffusion du CPRF. En raison du pandémonium, les responsables n’ont pas autorisé les rencontres avec les électeurs. En contrepartie, des débats en bonne et due forme n’ont pas été organisés. La position de monopole dans la sphère médiatique appartenait à Russie Unie. Il a dominé plus de 60 % de la couverture médiatique pré-électorale. Les chaînes de télévision ont vanté ses mérites dans tous les domaines.
Les ressources administratives ont été utilisées à plein régime pour Russie Unie et ses candidats, maquillant le visage défraîchi du parti au pouvoir. La fraternité bureaucratique, gonflée d’impunité, s’est vue attribuer l’image d’un athlète vigoureux capable de surmonter toutes les barrières. Les hauts dirigeants du pays ont montré l’exemple. La liste de Russie Unie a été renforcée par les « locomotives » que sont les ministres populaires et de nombreux gouverneurs qui n’avaient pas l’intention de se présenter à la Douma d’État. Des sommes forfaitaires ont été versées à des retraités, des militaires et des représentants des forces de l’ordre ont été ouvertement soudoyés.
La campagne électorale s’est transformée en course, où les « juges » ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher la victoire du candidat le plus prometteur, le CPRF. Les autorités locales ont perturbé le travail de nos agitateurs, arraché et confisqué les produits de la campagne, et n’ont pas dédaigné les méthodes criminelles des « années 90 sauvages ». Nos militants ont été détenus et arrêtés.

La pratique dégoûtante du « double jeu » a été relancée. Des personnes portant le même nom de famille ou un nom similaire ont été proposées pour lutter contre nos camarades du Mari El, de la Bouriatie et d’autres régions. Cette sale pratique était surtout répandue à Moscou. La principale source des « doubles » était les mercenaires de M. Suraikin. Cette équipe s’est une fois de plus révélée être une marionnette entre les mains des technologues politiques les moins scrupuleux.

Le nombre de partis fauteurs de troubles a atteint un niveau sans précédent. Ils poussaient tous à gauche et exploitaient la rhétorique de la justice sociale. L’objectif est toujours le même : diluer l’électorat du CPRF, répartir le vote en faveur de Russie Unie. Parmi ceux qui ont accepté de jouer les trouble-fête, citons Russie juste – Patriotes – Pour la vérité, le Parti des retraités, Rodina et le Parti russe de la liberté et de la justice. La Russie unie a également revêtu le masque de la défense du bien-être de la population. Étant hostile au socialisme, elle devait tenir compte du virage à gauche dans l’esprit de ses citoyens.

La technologie noire a culminé avec trois jours de vote. Les autorités ont créé un monstre de Frankenstein en matière de truquage électoral, faisant appel à des méthodes anciennes et nouvelles. Une fois de plus, nous avons assisté aux habituels « manèges » avec le transport de personnes, la mobilisation forcée d’employés de l’État, le bourrage des urnes et les « corrections » des protocoles de résultats. Dans de nombreuses régions, le travail des observateurs a été entravé. Dans les régions de Rostov et de Krasnodar, des attaques directes ont été menées contre nos camarades.
Souvent, les autorités locales et les forces de l’ordre ont ouvertement couvert les contrevenants à la loi. Moscou, les oblasts de Rostov et de Saratov, les oblasts de Krasnodar et du Kamchatka, la Tchouvachie, la Crimée et un certain nombre d’autres régions ont battu des records. Le chaos bureaucratique de M. Korzh s’est poursuivi à Ussuriysk, Primorsky Krai.

Les autorités ont tiré le maximum des circonscriptions à mandat unique, combinant zones rurales et urbaines, où règnent souvent de véritables « seigneurs féodaux ». Par exemple, Renat Suleimanov, Andrei Zhirnov, Roman Yakovlev et Vitaly Novoselov, candidats du parti communiste dans l’oblast de Novosibirsk, étaient en tête dans le centre de l’oblast. Cependant, les ressources administratives dans les zones rurales ont tout décidé.

Pendant ces trois jours, 8,6 millions de personnes ont « voté » en dehors des bureaux de vote ! Cela représente 14,4 % des électeurs qui ont participé aux élections – un record historique pour la Russie. Les « champions » ont cédé une « montagne » de 63 secondes chacun à une autre victime de l’arbitraire électoral. Derrière l’augmentation du nombre d’électeurs « à domicile » se cachent des possibilités de fraude illimitées.

En plus des « anciennes » irrégularités, un système de manipulations les plus récentes a été mis au point. La Russie, à la traîne des grands pays du monde en termes d’innovation, fait preuve d’un « succès étonnant » en matière de technologie électorale. Une innovation majeure a été le système de vote électronique à distance (DEV). L’absurdité de la situation est que même les membres de la CEC admettent ne pas comprendre les principes de ce système. Son caractère vicieux a été directement souligné par des experts indépendants en programmation. Mais les autorités poussent le vote en ligne avec une jalousie croissante.

Même le système pathétique d’élections bourgeoises qui existe encore en Russie est en train d’être détruit. Les résultats officiels du vote à Moscou en sont la preuve évidente. D’après les résultats du dépouillement des bulletins de vote papier, les candidats du CPRF, Sergei Obukhov, Valery Rashkin, Denis Parfenov, Mikhail Lobanov, Anastasia Udaltsova et Andrei Grebennik, étaient assurés de gagner dans leurs districts. Cependant, l’introduction des données de vote électronique a « changé » la situation en faveur des représentants de Russie Unie.
L’accès des observateurs pour surveiller le vote électronique a été refusé. Ses résultats n’ont été publiés que le 20 septembre à 10 heures. Cela a fait de l’AGE une escroquerie majeure ces derniers temps. Le CPRF ne peut pas accepter les résultats d’un tel « vote » à Moscou. Nous continuons à défendre le droit à des élections équitables par tous les moyens, y compris par des actions en justice.

Lorsque les résultats du vote ont été comptabilisés, la « géographie divertissante » des réalités électorales russes est à nouveau apparue. En Extrême-Orient et en Sibérie, notre parti a obtenu avec confiance plus de 30 % et a gagné dans de nombreux bureaux de vote. Cependant, au fur et à mesure que le CPRF se déplaçait vers l’ouest, ses résultats n’ont cessé de décliner, tandis que Russie Unie a artificiellement « monté en puissance ».

Plusieurs zones de fraude totale sont apparues dans les bureaux de vote. Cette fois, il s’agissait de l’Ingouchie, de l’Ossétie du Nord, de la Tyva, des oblasts de Briansk, de Kemerovo, de Rostov et de Tumen, ainsi que de la Crimée.
Le CPRF a abordé les élections emballé et mobilisé. Des millions de citoyens se sont familiarisés avec le du parti « Dix étapes vers le pouvoir du peuple ». Une augmentation constante des mesures de contrôle a permis aux forces de gauche et aux partisans d’élections équitables d’observer une majorité absolue de bureaux de vote.

Tous les vrais patriotes de Russie ont voté pour le CPRF. Même selon les chiffres officiels, les communistes étaient soutenus par 10,67 millions de personnes. La Yakoutie, le Mari El, le territoire de Khabarovsk et la zone autonome de Nenets ont enregistré des résultats victorieux. Nos camarades ont obtenu plus de 30% des voix dans les oblasts d’Olyanovsk et d’Omsk, dans le Kraï et la République d’Altaï, et près de 30% en Khakassie. Au total, les communistes ont reçu entre 20 et 30 % dans 37 régions.

La faction du CPRF à la Douma d’État a augmenté d’un tiers. Grâce à Sergei Obukhov, Sergei Levchenko, Vyacheslav Markhaev, Nina Ostanina, Boris Komotsky, Evgeny Bessonov, Maria Prusakova, Oleg Mikhailov, Peter Ammosov et nos autres camarades, la voix des communistes au parlement sera encore plus forte. Tous ont prouvé leur fidélité aux idéaux des travailleurs, de la justice sociale et de la vraie démocratie.

Le parti a considérablement renforcé ses positions dans les parlements régionaux. Le nombre de députés du CPRF dans 38 d’entre eux est passé de 158 à 254. Le nombre de communistes élus dans les circonscriptions à mandat unique a presque décuplé, passant de 8 à 77.

Après avoir analysé le processus électoral, le travail entrepris par le Parti et les résultats obtenus, le Présidium du Comité Central du CPRF est arrivé aux conclusions suivantes.

D’abord. Lors des élections de 2021, le Parti communiste de la Fédération de Russie a établi son statut de principale force d’opposition. Le programme constructif du CPRF « Dix étapes vers le pouvoir du peuple » a obtenu un soutien massif, croissant et significatif. Elle a offert une alternative convaincante au cours de la dégradation capitaliste.

Deuxièmement. Le résultat du CPRF est considérablement plus élevé que les chiffres annoncés par la Commission électorale centrale sous la dictée du « pouvoir vertical ». Les communistes ont prouvé leur capacité à concurrencer avec succès la Russie unie. Ils ont été vaincus là où les violations de la loi n’ont pas conduit à une anarchie totale, et où ils ont réussi à assurer le contrôle de la transparence et de l’intégrité du processus électoral.

Troisièmement. La « victoire » de Russie Unie a été assurée au prix de l’iniquité du système électoral bourgeois et de fraudes massives. Il s’agit notamment de l’inégalité d’accès aux médias, aux ressources administratives, à la falsification par le biais du vote en trois jours, du porte-à-porte et du vote électronique. Sans cela, le déclin moral du parti au pouvoir a conduit à son effondrement politique.

Quatrièmement. L’élection a montré que la classe dirigeante en Russie maintient sa domination par le mensonge et la violence. Les intérêts de la bourgeoisie et de la majorité des citoyens ne sont pas seulement en désaccord. Ils sont en conflit aigu et croissant. La poursuite du développement sur la voie libérale-capitaliste menace le pays et la société d’une catastrophe.

Cinquièmement. La force capable de sauver le pays, ce sont les masses laborieuses, dirigées par le parti communiste et ses alliés. La croissance du soutien de masse exige que le Comité central et toutes les branches du CPRF augmentent leurs activités dans l’intérêt des travailleurs. Nous développerons l’agitation pour le pouvoir populaire et le socialisme, renforcerons la lutte de protestation, utiliserons activement la tribune parlementaire et renforcerons les liens avec le mouvement ouvrier, les syndicats et les jeunes.

Sixièmement. La faction du CPRF à la Douma d’État de la huitième convocation mettra en œuvre sans délai le programme pré-électoral des forces patriotiques de gauche. Des initiatives législatives seront présentées dès que possible :

  • réguler les prix ;
  • abolir la réforme des retraites ;
  • Adopter un programme « Éducation pour tous » ;
  • Augmenter le revenu d’intégration et le salaire minimum à 25 000 roubles par mois ;
  • Limiter les frais de logement et de services publics à 10 % du revenu familial ;
  • rendre les ressources naturelles et les secteurs stratégiques de l’économie à la propriété du peuple.

Nous rejetons catégoriquement la politique des « trois jours » ou de la « distance » comme facteur de corruption totale, de décomposition du système politique et de destruction du pays. Nous insisterons sur les garanties législatives et pratiques d’élections équitables, sur l’abolition du vote en trois jours et du vote électronique.

Septièmement. La nature de la campagne électorale terminée témoigne de l’effondrement idéologique de l’anticommunisme dans la Russie d’aujourd’hui. La société prend de plus en plus conscience que le pays a besoin d’un virage à gauche pour échapper au maelström de la crise et de la dégradation. Seul le CPRF et nos alliés peuvent résoudre les problèmes du développement socialiste.

Les élections de 2021 sont devenues le moment d’une épiphanie pour les masses. En faisant un choix idéologique de principe, des millions de citoyens ont assuré la victoire morale et politique des idées de gauche et des idées authentiquement patriotiques en Russie. Ces événements ont le potentiel d’être l’étape la plus importante vers le renouveau socialiste de notre pays. Exprimant les intérêts de la majorité des travailleurs, le CPRF l’a confirmé : le parti des travailleurs est prêt à prendre la responsabilité de sortir le pays de la crise, pour l’avenir de notre chère patrie.

Président du Comité central du CPRF
G.A. Zyuganov. 

traduction depuis le russe – https://kprf.ru/party-live/cknews/205745.html