repression marocLa faculté CAADI AYAD de Marrakech a connu ces dernières semaines des révoltes populaires d’étudiants contre les politiques réactionnaires de l’État marocain menées dans le domaine de l’enseignement. Ces dernières sont des attaques répétées dirigées contre les acquis matériels et moraux des étudiants.

Dans ce contexte catastrophique, les masses estudiantines ont décidé de résister et de mener des luttes pour imposer leurs revendications justes et légitimes. En réponse, ils se sont vus réprimés violemment et assiégés une fois de plus – comme à l’habitude des réactions de ce régime barbare.

Suite à cette répression d’une violence sans précédent, les étudiants ont décidé, après maints débats et réflexions, de riposter. Des milliers d’étudiants ont ainsi défilé dans les rues adjacentes de la cité universitaire dans un esprit responsable et déterminé, en scandant des mots d’ordre qui reflètent leurs revendications légitimes – comme par exemple : « Nos bourses sont détournées par les politiciens corrompus ! » et « Avoir une bourse et pouvoir poursuivre des études en 3e cycle, c’est un droit et non pas un privilège ! »

Les manifestants ont emprunté les ruelles des quartiers avoisinants à la cité universitaire pour ensuite se diriger vers la présidence de la faculté et se retrouver sur le boulevard d’Allal ELFASSI. C’est alors que les étudiants ont été encerclés par les forces de répression et qu’ils ont dû subir une pluie de coups de matraque et de gaz lacrymogènes. Cette répression s’est déroulée sous les yeux mêmes des masses populaires qui ont dénoncé ces pratiques barbares opposées à de simples étudiants non armés et pacifistes. Suite à cette attaque des forces de répression, nombreux ont été dénombrés les blessés au sein des étudiants.

Au retour des étudiants à la cité universitaire, les premiers secours aux blessés ont commencé à s’organiser au sein des étudiants eux-mêmes puisque les ambulances et les médecins ne se sont pas déplacés pour apporter les premiers soins aux étudiants.

Or c’est à ce même moment qu’un nombre très important des forces de la répression de toute sorte a pénétré et encerclé la cité universitaire. Cette opération, par sa violence, a rappelé à tous les présents les boucheries qui avaient été perpétrées par le régime fasciste en 2008 quand avaient été défenestrés deux étudiants du 4e étage et violées deux étudiantes sous les yeux mêmes de leurs camarades (sans mentionner aussi les coups qui s’abattaient sur les têtes des étudiants, la chasse ouverte orchestrée par les chiens policiers contre ces derniers et toute l’armada des actions de répression).

Face à ces attaques d’une rare brutalité et lâcheté de la part de ce régime pourri, les étudiants ont tout de même voulu riposter et ont tenté de chasser de l’enceinte de la cité universitaire les assaillants policiers, en scandant les mots d’ordre suivants : « la fac est un lieu pour étudier et non pas une caserne militaire ! À bas la militarisation et la criminalisation des luttes du bastion de Marrakech ! »

Les étudiants ont finalement réussi, au bout de trois tentatives, à repousser et chasser définitivement les forces de répression hors de l’enceinte de la cité universitaire. Néanmoins, ces dernières se sont ensuite repositionnées pour fermer tous les accès à la cité universitaire et ont obtenu un renfort sans précédent – celui de tous les différents corps de police et militaires. A ensuite été mené un nouvel assaut qui a conduit à la défenestration de deux étudiants et au vandalisme des chambres des étudiants mises à sac et où ont été volés tous les biens des étudiants.

Ce qui s’est passé à l’intérieur de la cité universitaire a connu heureusement un vif, large et immédiat écho dans toutes les autres universités de Marrakech. L’ensemble des étudiants ont alors déserté les salles d’étude, les amphis et ont boycotté les examens. Tous ont aussi pris la décision de se diriger vers la cité universitaire saccagée et s’est alors mis en mouvement le vaste cortège d’une manifestation de protestation et de dénonciation de ce qui était arrivé et pour que soit levé immédiatement l’encerclement imposé à leurs camarades.

Or, cette fois encore, les forces de répression se sont abattues sur les étudiants manifestant et les ont réprimés sous le regard des professeurs pour une bonne partie solidaires avec les étudiants.

Aujourd’hui encore, les forces de répression continuent à encercler la cité universitaire de la faculté de CAADI AYAD et on dénombre jusqu’à ce jour plusieurs blessés parmi les étudiants et plus de 40 arrestations.

Nous adressons nos salutations aux étudiants qui ont mené cette bataille héroïque et qui ont donné une leçon sévère à ce régime réactionnaire – une leçon de résistance, de combat et d’abnégation. Nous levons haut et fort nos poings en signe de victoire, en direction des masses estudiantines de toutes les universités du Maroc et vers tous les militants qui ont exprimé leur solidarité avec les étudiants du bastion de Marrakech.

Vive la lutte des masses estudiantines ! Que vive la mémoire d’Abdelrazak ELGADIRI qui illumine le sentier de la liberté et de l’émancipation !

lire également

mustapha-meziani-300x209

Abdelrazak ELGADIRImartyr marocain de la cause palestinienne

Kadiri