Pour les communistes britanniques aussi : “les peuples doivent lutter pour sortir de l’UE par la voie populaire” #brexit

cpb-brexit-ue

Des deux cotés de la Manche, les communistes appellent à sortir de l’Union Européenne, par la voie populaire, celle du progrès social, pour faire place au travailleurs.

A l’occasion de son 54e congrès, le Parti de Grande- Bretagne (Communist Party of Britain) lance un appel : “les travailleurs doivent lutter pour sortir de l’UE par la voie populaire”.

PCP sortie de l'euroFaisant écho aux communistes qui en France – avec le PRCF – appellent également à briser les chaînes de l’Union Européenne, à sortir de l’UE, de l’Euro, de l’OTAN et du Capitalisme.  Un appel qui est également celui des communistes italiens – en témoigne l’appel commun lancé par le PRCF et le Fronte Popolare. Un appel à sortir de l’UE qui est également celui lancé par le PCP au Portugal, le PCE et le PCPE en Espagne, le DKP en Allemagne, le DKP au Danemark, le parti communiste autrichien, ou encore le parti communiste des Pays Bas ! Sans oublier le KKE en Grèce. Ou nos camarades du Parti des travailleurs de Hongrie. En fait, en , il n’y a guère que le PCF-PGE a continuer à défendre l’indéfendable – la dictature de l’Union Européenne des Patrons.
Force est de constater qu’en 2004 à sa création, le PRCF était bien seul à appeler les travailleurs à lutter pour la sortie de l’UE. Une dizaine d’années plus tard, le Royaume Uni sort de l’UE et la quasi -totalité des partis communistes d’Europe appellent à sortir de l’UE.

Interrogée par la rédaction d’Initiative Communiste, la Commission Internationale du PRCF a indiqué qu’elle saluait cette nouvelle prise de position commune des communistes de part et d’autre de la Manche..

54e Congrès du Parti Communiste de Grande Bretagne : “les travailleurs doivent lutter pour sortir de l’UE par la voie populaire”

the-morning-star-jpegtraduction depuis l’anglais par www.initiative-communiste.fr

La classe ouvrière doit hausser le ton pour quitter le marché unique tout-puissant.

Par Ben Cowles de Ruskin House Morning Star

Les travailleurs doivent faire campagne pour assurer une “sortie par la voie populaire” de l’Union européenne, a déclaré le secrétaire général du Parti communiste, Rob Griffiths, lors du 54ème congrès du parti samedi.

Il a déclaré que les communistes devraient être fiers du rôle de leader du parti dans l’argumentaire de gauche pour quitter l’UE, mais qu’il reste encore beaucoup à faire.

“Les prochaines négociations de sortie de l’UE sont l’occasion de reconstruire l’unité de la gauche et du mouvement des travailleurs autour d’un ensemble clair de revendications”, a-t-il déclaré.

“Nous devrions nous bagarrer pour que la Grande-Bretagne ne reste pas partie intégrante du marché unique européen.”

Rester sur le marché unique signifie «nous restons impuissants à contrôler les mouvements de capitaux, à réglementer le commerce … ou à légiférer contre la surexploitation des travailleurs migrants», a-t-il déclaré.

“Le mouvement syndical doit formuler son propre agenda et ses demandes pour obtenir une” sortie populaire “de l’UE, qui reflète les intérêts de la classe ouvrière plutôt que de la classe capitaliste.

Quant à la décision de la Cour suprême sur l’article 50, M. Griffiths a déclaré: «Ce n’est pas une lutte pour l’indépendance du pouvoir judiciaire ou la souveraineté du Parlement – il s’agit de la souveraineté du peuple. Et si la Chambre des Lords tente de s’opposer à la souveraineté populaire, cela ne fera que démontrer avec une raison de plus qu’il faut qu’elle soit abolie».

Le secrétaire général du Parti communiste irlandais, Eugene McCartan, a déclaré que la décision de la Grande-Bretagne de quitter l’UE a provoqué la panique de la classe dirigeante.

“Leur soumission aux trois centres du pouvoir impérial – Londres, Bruxelles et Washington – les a mis dans un état de confusion extrême”, a-t-il dit. Il a également déclaré que la presse capitaliste ne comprenait pas le point de vue ouvrier sur l’Union Européenne.

“Les médias britanniques, irlandais et internationaux ont tenté de déformer les motivations de ceux qui ont voté pour la sortie de l’UE comme si c’était un rejet raciste de droite de l’Europe”, a déclaré McCartan.

“Le point de vue du monde selon lequel aucune personne de niveau et de pensée libérale ne pourrait éventuellement soutenir le départ de l’UE n’est pas remis en cause dans toute l’UE.

«La propagation de l’idéologie de droite dans toute l’Europe est le résultat direct qu’une partie de la gauche fuit l’anti-impérialisme, et laisse la voie ouverte au populisme de droite exprimé par les Trump, Le Pen ou Farage».

LA SOUVERAINETE POPULAIRE la vraie question, disent les communistes (PCB) – 6 novembre 2016

affiche-serpent-sortie-de-lue-prcf-fond-sombreLe principe démocratique en jeu dans la lutte contre l’Union européenne n’est pas la souveraineté parlementaire mais la souveraineté du peuple, a déclaré le secrétaire général du Parti communiste, Robert Griffiths, au comité exécutif du parti au cours du week-end.

Il réagissait à la décision la semaine dernière de la Haute Cour d’obliger gouvernement britannique à consulter les députés et les pairs avant de déclencher des négociations pour quitter l’UE.

“Les droits du Parlement de Westminster ont été affirmés contre la monarchie au 17ème siècle afin de faire respecter les intérêts de la classe capitaliste montante”, a-t-il indiqué. “Mais la souveraineté est depuis passée au peuple, à la suite des campagnes de masse de la classe ouvrière et des femmes pour obtenir le suffrage universel”.

“Et le peuple a décidé le 23 juin que la Grande-Bretagne devrait quitter l’Union européenne”, a souligné M. Griffiths, accusant une alliance des affairistes, de députés et de juges de l’establishment de chercher à saboter le processus de sortie en fixant des conditions et termes irréalisables.

Il a insisté sur le fait que le vote référendaire reflétait la volonté populaire, que ce soit aux gouvernements élus et aux parlementaires britanniques élus de décider des politiques commerciales, fiscales et sociales plutôt que des traités de l’UE non réformables et des institutions européennes non élues.

“L’adhésion au Marché unique européen ne satisferait pas à cette demande populaire”, a-t-il affirmé, “parce qu’elle empêcherait la Grande-Bretagne de prendre les mesures nécessaires pour soutenir les industries stratégiques, réformer radicalement ou abolir la TVA, nationaliser et moderniser les services publics ou prendre des mesures pour arrêter la surexploitation des travailleurs migrants”.

Le dirigeant du Parti Communiste a également moqué l’idée que la réaction contre la décision de la Haute Cour représentait une attaque contre le «pouvoir judiciaire indépendant».

«Les juges britanniques ne sont indépendants que de la classe ouvrière et non de la classe dirigeante et de son système universitaire», a souligné M. Griffiths. Il a cité une liste d’arrêts judiciaires et de demandes de renseignements au cours des années qui avaient entravé les syndicats et maintenu des Irlandais innocents en prison, tout en blanchissant les crimes de l’impérialisme britannique et de son industrie corrompue de l’armement de l’Irlande à l’Irak et l’Arabie saoudite.

Quelle est la position du Parti Communiste de Grande Bretagne sur l’Union Européenne ?

“Nous sommes un parti d’internationalistes et donc nous sommes engagés pour soutenir les travailleurs et les peuples de l’Europe dans leurs luttes. En fin de compte, nous considérons que les différences culturelles, historiques et autres entre les travailleurs de différents pays sont moins importantes que les différences entre les travailleurs britanniques et les membres de la classe capitaliste britannique. Cependant, l’UE est une institution qui s’oppose fondamentalement aux intérêts de la classe ouvrière. L’UE existe pour promouvoir l’intérêt des capitaux monopolistiques et des grandes entreprises, en particulier du capital allemand et du capital français. Ses politiques d’austérité totalement inutiles menacent les processus démocratiques nationaux – regardez ce qui se passe en Grèce – et empêchent les États membres de mettre en œuvre des politiques économiques indépendantes. Les règles de l’UE affaiblissent également la négociation collective, favorisent la privatisation des services publics restants, empêchent la renationalisation des compagnies d’énergie ou British Rail (la sncf britannique) ; Et interdisent le soutien aux industries stratégiques.

Nous voulons voir une Europe d’États démocratiques qui valorisent les services publics, qui garantissent les droits des travailleurs et qui placent les intérêts des gens ordinaires au-dessus de ceux des grandes entreprises. Cela est impossible tant que nous demeurons dans l’UE compte tenu de ses structures antidémocratiques. Nous devons faire campagne pour une «sortie de gauche» de l’UE, basée sur des politiques socialistes qui respectent les droits des autres pays européens.

La classe ouvrière doit hausser le ton pour quitter le marché unique tout-puissant”


Communist Party of Britain Congress : “Workers must fight for a people’s exit from EU”

by Ben Cowles at Ruskin House

WORKERS must campaign hard to ensure a “people’s exit” from the European Union, Communist Party general secretary Rob Griffiths told the party’s 54th congress on Saturday.

He said communists should be proud of the party’s role in leading the left-wing argument for leaving the EU, but there was still much work to do.

“The forthcoming EU exit negotiations are an opportunity to rebuild left and labour movement unity around a clear set of demands,” he said.

“We should be arguing against Britain remaining an integral part of the single European market.”

Staying in the single market would mean “we remain powerless to control the movement of capital, regulate trade … or to legislate against the super exploitation of migrant workers,” he said.

“The labour movement must formulate its own agenda and demands to secure a ‘People’s Exit’ from the EU, one which reflects the interests of the working class rather than the capitalist class.”

As for the Supreme Court’s ruling on Article 50, Mr Griffiths said: “This is not a fight about the independence of the judiciary or the sovereignty of Parliament — it’s about the sovereignty of the people.

“And if the House of Lords tries to frustrate popular sovereignty, that will merely demonstrate one more reason why it should be abolished.”

Communist Party of Ireland general secretary Eugene McCartan said that Britain’s decision to leave the EU has caused ruling-class panic.

“Their subservience to the three centres of imperial power — London, Brussels and Washington — has them in a state of extreme confusion,” he said. He said the capitalist press failed to understand the working-class perspective on the EU.

“The British, Irish and media have been attempting to distort the motivations behind those who voted to leave as a right-wing racist rejection of Europe,” McCartan said.

“The world view that no level-headed, liberal-thinking person could possibly support leaving the EU is not being questioned right across the EU.

“The spread of right-wing ideology throughout Europe is the direct result of some of the left running away from anti imperialism, leaving the way open for right-wing populism as expressed by Trump, Le Pen and Le Farage.”

source : https://www.morningstaronline.co.uk/a-3ad2-Communist-Party-of-Britain-Congress-Workers-must-fight-for-a-peoples-exit-from-EU#.WDNzb1wgHoE