#NuitDebout Violences policières : les CRS frappent des manifestants menottés et attaquent des journalistes #vidéo

CGT CRS matraqueLes images sont implacables : tournées dans la nuit du 28 avril place de la République à Paris. On y voit des frapper – de sang froid – des manifestants arrêtes alors qu’ils sont menottés. Image glaçante de cette violence policière commandée et ordonnée par le gouvernement. Valls UE MEDEF pour faire passer de force en application des directives européennes la casse du code du travail, le renforcement de l’exploitation capitaliste. Violence et répression totalitaire destinées à briser le mouvement social, les manifestations contre la loi travail et son monde, stopper les .

Pas plus que ce lycéen passés à tabac par des policiers devant les caméras, elles ne peuvent être ignorées de personnes, niées. Il faut les regarder, et les faire regarder. Car elle sont le reflet de la nature profonde du système capitaliste.

Chacun peut constater, à gauche, que ce qui fait réagir le gouvernement  PS c’est la dénonciation des violences policières, à l’unisson de la droite extrême et de l’extrême droite.

Depuis le début du mouvement social, le ministre de l’intérieur,  Bernard , se vante d’avoir fait arrêter plus de 1000 manifestants. Tombant chaque jour un peu plus le masque effrayant de la fascisation, pour revendiquer avec ses préfets à la veille du 1er mai la répression anti ouvrière, la violence contre le peuple.

La vidéo a été filmée par Matthieu Bareyre, réalisateur en repérage pour un film sur la place de la république ce soir là. Qui témoigne que la situation a dérappé lorsque la police a envoyé des grenades lacrymogènes sur la foule vers 1h10. Les images ci après ont été tournées vers 1h37. Matthieu Bareyre témoigne que quelques minutes plus tard, »les CRS vont charger et il se va se passer des choses très graves », affirmant avoir été pris à partie verbalement et physiquement par les policiers, de même que son ingénieur du son. Liberté de la presse et démocratie vous avez dit ?