#violencespolicières #bergson : Sursis et pas de casier pour le policier qui a frappé un lycéen, 9 mois fermes pour défendre son emploi #Goodyear #luttedesclasses

bergson-violences-policieres-loi-travailLe verdict est donc tombé dans le jugement en première instance du policier qui avait été pris en flagrant délit par des caméras, assenant avec l’aide de ses collègues un violent coup de poing à un lycéen. C’était le 24 mars 2016 devant le lycée Bergson à Paris, la victime Adam un jeune de 15 ans lycéen en seconde sans histoire participant à une manifestation pour le retrait de la loi

Des images qui avaient fait le tour de France, grâce aux réseaux sociaux, provoquant l’indignation de la jeunesse.

Le verdict est donc tombé. Le tribunal a suivi les ordres du gouvernement, c’est à dire les réquisitions scandaleuses du procureur de la république, représentant judiciaire du gouvernement. Si le policier a bien été condamné pour violence – comment aurait il pu ne être autrement avec les vidéos témoignant sans contestation possible de cette violence policière – il ne l’a été qu’à 8 mois avec sursis. Et encore, sans aucune inscription au casier judiciaire. Rappelons pourtant que la loi prévoit une peine de 5 ans de prison pour des actes de violences commis par un policier ou un gendarme dans l’exercice de ses fonctions, ce qui est une circonstance aggravante, ainsi que sur un mineur de 15 ans.

A ce jour, ce policier n’a reçu aucune sanction administrative. Aucune procédure de sanction disciplinaire n’est ouverte.

film-violences-policeres-bergson

Cela signifie que ce policier pourra continuer à exercer. C’est bien sûr un mauvais coup porté à l’ensemble des policiers honnêtes, cette décision dégradant l’image de la police, délégitimant l’action de chacun de ses collègues ! Surtout cette décision vaut blanc seing du gouvernement pour poursuivre la répression violente et illégale des manifestations, du mouvement social.

Deux poids deux mesures d’une justice de classe.

liberte-8-goodyearEn première instance les 8 syndicalistes de ont eux  été condamnés à 9 mois de prison ferme, 2 ans avec sursis et des dizaines de milliers d’euros d’amende. Avec inscription à leurs casiers judiciaires. Leurs crimes ? avoir défendu les emplois des 1100 travailleurs de leur usine. Aucun d’entre eux n’a levé la main sur personne. A aucun moment. Et surtout pas sur un gosse de 15 ans ! Un gamin qui avait ensuite été embastillé pendant de longues heures en cellule. Une privation de liberté bien réelle et sérieuse. Rien de comparable avec le fait pour deux dirigeants supprimant des milliers d’emplois et bradant une usine de devoir s’en expliquer de vive voix avec les salariés lors de négociations sociales. Rappelons que ces deux personnes n’ont d’ailleurs pas maintenu leur plainte et c’est le gouvernement qui a choisi de lancer des poursuites.

Les syndicalistes d’Air France ont vu le représentant du gouvernement Valls requérir des peines de prisons avec sursis. Leurs crimes avoir participé à une mobilisation pour stopper un énième plan de milliers de licenciements. Et comment peut on comparer la déchirure accidentelle d’une chemise avec un coup de poing assené en pleine face d’un lycéen de 15 ans, tenus par un autre policier ?

Et on en parle pas ici des condamnations qui tombent à la chaine sur les syndicalistes. Pour des faits aussi graves, violents et dangereux que des jets de confettis ! Plus d’un milliers de syndicalistes et de manifestants ont déjà été condamnés en raison de leurs participations aux manifestations pour le retrait de la Loi Travail
Dans une justice expéditive, une justice aux ordres une justice de classe.

Il suffit de comparer les peines infligées dans de vrais affaires de violences, ou des délits commis par des hommes politiques du système, lorsqu’ils sont jugés. Citons quelques  affaires de ces dernières années

concernant des faits de violences graves par de simple citoyens

Concernant des policiers

  • Aucune condamnation ni poursuite pour les les 2000 policiers qui ont manifesté illégalement et qui continue de bafouer les lois de la République. Aucune poursuite pour les policiers convaincu de faux témoignage
  • Aucune condamnation à ce jour pour  l’assassinat de Rémi Fraisse.
  • Un policier qui a causé un accident de la circulation dans un véhicule de service, blessant gravement une passante, a été condamné à 12 mois de prison avec sursis et l’interdiction d’exercer la fonction de policier pendant un an
  • Un officier de Police du commissariat de Pau a été condamné à 2 mois fermes pour avoir battu sa femme étrangement le tribunal a reconnu comme circonstance atténuante son alcoolisme !
  • Policier ayant tabassé un jeune le 11 mars 2012 : 6 mois ferme 8 mois de suspension (source  : Normandie actu)

et si l’on regarde du coté des politiciens du système capitaliste

  • Claude Guéant 2 ans sursis jugés coupable de « complicité de détournement de fonds publics et recel ».
  • Jean Tiberi 10 mois avec sursis, amende de 10 000 euros et 3 ans d’inéligibilité. Xavière Tiberi 9 mois avec sursis et 5 000 euros d’amende, 2 ans de privation des droits de vote
  • Alain Juppé,  abus de confiance, recel d’abus de biens sociaux, et prise illégale d’intérêt dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris : 14 mois de prison avec sursis