#Caen :18 avril, tous avec Thierry licencié pour activité syndicale ! Stop à la répression anti syndicale

MOBILISATION LE 18/04/2017 AU TRIBUNAL PLACE GAMBETTA A CAEN, DÈS 8H 30! POUR DÉFENDRE la LIBERTÉ SYNDICALE, ET POUR EXIGER SA  RÉINTÉGRATION

Qui est  ? l’une des entreprises dont les patrons sont à la tête de l’une des plus grosses fédérations du MEDEF de la Basse-Normandie. préside les UIMM de Basse-Normandie (basées dans les locaux du MEDEF à Caen)

Cette affaire démontre une fois de plus ce qu’est la conception du « dialogue social » pour le MEDEF : mettre à la porte les syndicalistes. Pour empêcher l’accès des travailleurs à des vraies et solides organisations syndicales telles que la .

Communiqué de la CGT NXP : NXP doit réintegrer Thierry

cgt nxp

Son tort… avoir voulu se présenter sur une liste lors des élections professionnelles.

De mars à Aout 2016,  il milite ouvertement dans l’entreprise, sans mandat protecteur car il n’est ni élu, ni mandaté

Le 18 aout, la Direction l’informe qu’une convocation pour un entretien préalable est parti par la Poste le 17/08, sans plus de détail… Mais Thierry devait être candidat en CE et DP, liste déposée le 24 aout.

Le 12 septembre, l’inspecteur du travail envoie un courrier à NXP alertant qu’il faut demander l’autorisation administrative pour licencier un salarié en imminence de candidature. NXP n’est pas inquiété par ce rappel à la loi et continue la procédure normale…

Rendez-vous Mardi 18 Avril

au tribunal place Gambetta à Caen, dés 8H30 !

Thierry doit être réintégré chez NXP.

Déclaration et appel du Camarade Thierry Mevel licencié pour activité syndicale

Je me bats pour réintégrer NXP. Pour cela il sera montré à l’audience du 18/04/2017 que la Direction NXP me licencie, en pleine élection professionnelle, dans le but de m’écarter de la campagne électorale, dont tout candidat anormalement droit !

NXP ne supportait pas l’idée de me voir élu !

Mon licenciement est un acte criant de DISCRIMINATION SYNDICALE !!

La répression anti syndicale contre Thierry le Mevel ? les faits.

  • 21/09/1998 : embauche
  • Mars 2016 – Aout 2016 : je milite ouvertement dans l’entreprise, sans mandat protecteur car je suis ni élu, ni mandaté.
  • 18/08/2016 : reprise du travail après mes vacances –> vers 17H30, la Direction m’informe qu’une convocation pour un entretien préalable est parti par la Poste le 17/08, sans plus de détail…
  • 24/08/2016 : remise des listes de candidats dans lesquelles j’apparais sans surprise (CE titulaire et DP suppléant). La Direction exige immédiatement le retrait des listes de mon nom !
  • 29/08/2016 : entretien préalable : J’y découvre une litanie de reproches créés de toutes pièces …
  • 02/09/2016 : annonce de la sanction retenue –> licenciement pour « insuffisance professionnelle »,avec dispense d’éxécution de mon préavis ! Cet entretien a été houleux, d’où un arrêt de travail.
  • 03/09/2016 : blocage définitif de mes accès par badge à l’entreprise, de ma messagerie électronique et intranet (pourtant mon préavis se termine le 03/12/2016)
  • 09/09/2016 au 16/09/2016 : premier tour du scrutin… Le matériel de vote me permet de découvrir que ma candidature a été maintenue, malgré la demande NXP du 24/08/2016 (voir plus haut).
  • 12/09/2016 : L’inspecteur du travail envoie un courrier à NXP alertant qu’il faut demander l’autorisation administrative pour licencier un salarié en imminence de candidature. NXP n’est pas inquiété par ce rappel à la loi et continue la procédure normale…

La Direction NXP jure avoir découvert ma candidature le 24/08 (lors du dépôt des listes de candidats) alors même que je militais depuis des mois dans l’entreprise, de façon notoire. Je possède de nombreuses preuves qui pourront rafraichir la mémoire de la Direction :

  • Adhésion syndicale connue de la Direction dès mars 2016
  • Autorisation de formation syndicale en juillet 2016 signée par le DRH lui-même.
  • Evocation de ma candidature à un Directeur NXP le 23/06/2016.
  • Listes des candidats transitant sur la messagerie de l’employeur dès le 05/08/2016
  • Etc…

Je n’ai jamais eu aucun souci avec NXP durant mes 18 ans de carrière dans le groupe. J’ai même obtenu une prime exceptionnelle en avril 2016, pour la qualité de mon travail et de mon investissement.

Ma seule « faute »  : avoir voulu défendre les droits des salariés, en proposant ma candidature !

Mon engagement syndical m’a valu un licenciement …

Au plaisir de vous voir le 18/04/2017 au tribunal place gambetta à Caen, dés 8H30 !

La commission luttes du PRCF appelle à la mobilisation pour soutenir Thierry Mevel, pour stopper la répression anti syndicale et défendre les droits des travailleurs

Bonjour Camarade,

Alerté par le camarade Jean-Luc Gourrier, la commission Luttes du PRCF t’apporte tout son soutien dans le combat que tu as engagé face à la direction de l’entreprise NXP pour discrimination syndicale et licenciement abusif. Fort de la répression syndicale qui s’est abattue sur 2031 syndicalistes et manifestants qui se sont battus en 2016 contre la loi travail, le patronat n’a aucune limite dans la répression des syndicalistes de classe qui défendent la classe ouvrière sans compromis avec les exploiteurs.

Nous allons mettre sur notre site Initiative Communiste ton appel à la solidarité.  Site qui est visité chaque jour par des centaines d’internautes.

Bien fraternellement

Jo Hernandez secrétaire du secteur luttes/syndicalisme du PRCF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *