L’anticommunisme de l’UE ne passera pas

eurofascisation europe anticommuniste UENous publions et approuvons cette déclaration du PC de Grèce. L’entreprise négationniste permanente de l’ visant à amalgamer le communisme au nazisme et l’URSS au Troisième Reich conduit à criminaliser le combat de la classe ouvrière tout en réhabilitant les fascistes, elle vise à préparer la guerre impérialiste contre la Russie, fût-elle « postsoviétique » et elle est le carburant permanent de la fascisation politique et idéologique de l’. Notre camarade Georges Gastaud a eu l’occasion de le dire le 25 aout sur Radio-Spoutnik.

L’ de l’UE ne passera pas

La délégation du au Parlement européen dénonce les événements anticommunistes organisés par l’Union européenne et la présidence slovaque de l’UE. Les événements se déroulent dans le cadre de la soi-disant « Journée européenne de commémoration des victimes de régimes totalitaires » que l’UE tente d’instaurer  le 23 août. Dans ces événements participent des représentants des ministères de la Justice des États membres de l’UE, plusieurs «instituts» et des ONG qui sont financées par des fonds communautaires ayant pour mission spécifique de calomnier le socialisme et réécrire l’Histoire.

Un objectif clair de ce rassemblement anticommuniste est la manipulation de la conscience des travailleurs, du peuple, en premier lieu de la jeunesse, en utilisant comme leurs armes la falsification de l’histoire et des calomnies contre les gains sans précédent des travailleurs dans le socialisme. À travers l’équation historiquement inexacte du communisme et du fascisme, ils cherchent en fait à exonérer le monstre fasciste et le «ventre» qui lui donne naissance et le reproduit: le système capitaliste.

Les événements de l’UE et de la présidence slovaque de cette année, avec l’ajout des discussions sur « la radicalisation en Europe », cherchent encore plus ouvertement à cibler la lutte du peuple pour la libération sociale, l’activité et l’idéologie communiste, comme cela se passe dans des différents États membres de l’UE, où les partis communistes et l’activité politique des communistes sont soumis à des poursuites pénales.

Le gouvernement SYRIZA-ANEL porte d’énormes responsabilités, car avec sa participation à ce rassemblement réactionnaire il légitime et contribue au renforcement de l’anticommunisme, qui est une idéologie officielle de l’UE, et à l’exonération du fascisme qui, historiquement, comme aujourd’hui, se sont révélés des conditions nécessaires à la mise en œuvre de la politique antipopulaire dans tous les États membres de l’UE.

Les peuples ont la mémoire, l’expérience du passé et l’expérience d’aujourd’hui de la barbarie antipopulaire des politiques des monopoles, de l’UE et des gouvernements bourgeois de ses États membres, afin de faire face à la fois à la campagne anticommuniste et la ligne politique antipopulaire, en ouvrant par leur propre alliance la voie vers le pouvoir ouvrier-populaire et leur prospérité.

Déclaration du KKE  (parti communiste grec) 25.08.2016