#présidentielle Résistance ou collaboration linguistique ? 2012-2017 : le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts, fossoyeurs de la langue française

Présidée par Léon Landini et Georges Gastaud, l’association progressiste COURRIEL

« défend la français et toutes les langues de France et du monde contre le tout- transatlantique ».

Elle combat aussi avec constance la Charte européenne des langues régionales que Hollande et les députés PS, destructeurs jusqu’au bout de la et de la République une et indivisible, viennent de faire passer en catimini à l’Assemblée nationale : car cette Charte inspirée par l’ allemand vise moins à défendre les langues régionales – ce patrimoine précieux de toute la nation française – qu’à désétablir le français « langue de la République », qu’à le prendre en étau entre les séparatismes régionalistes et le tout-anglais euro-atlantique, qu’à ouvrir une voie royale aux séparatismes régionalistes, et qu’à substituer à la citoyenneté française unique la notion explosive de « minorités linguistiques » détentrices de droits particuliers.

En pointe sur tous ces sujets vient d’adresser une lettre circulaire à tous les candidats à la présidence, il est en pointe dans l’actuelle campagne unitaire des défenseurs du français contre la nouvelle vague d’anglicisation du pays. Celle-ci résulte du comportement anti-francophone de Macron (discours de Berlin prononcé en anglais dans le cadre de la présidentielle française ! lire ici), du comité pour les J.O. de Paris, du basculement à l’anglais de toute la documentation de Renault et de PSA, et de l’anglo-formatage de l’Eurovision de la chanson, COURRIEL doit être soutenu par tous ceux qui n’opposent pas l’internationalisme progressiste à la défense de l’héritage culturel commun de la Francophonie internationale.

Non au totalitarisme mondial de la langue unique qui aggravera toutes les discriminations qui frappent déjà le monde du travail !

2012-2017 : le Parti Socialiste et Europe Ecologie Les Verts, fossoyeurs de la langue française

courriel - affiche

courriel – affiche

La mandature entamée en 2012 s’achève. Il est apparu nécessaire à notre association, le COURRIEL, de faire un bilan en matière de langue française.

Au cours des cinq dernières années, la langue française a été particulièrement maltraitée par les gouvernements socialistes, celui de Jean-Marc Ayrault comme celui de Manuel Valls

Ainsi, le gouvernement a notamment pris les décisions suivantes  :

  • modifié le code de l’éducation afin de multiplier les cours en anglais dans l’enseignement supérieur (loi dite Fioraso)
  • multiplié les cours d’anglais désormais enseigné dès le cours préparatoire et les cours en anglais au lycée
  • facilité le tournage des films français en anglais en étendant le bénéfice du crédit d’impôt cinéma à ces productions
  • diminué les quotas de chanson francophone à la radio
  • a refusé d’examiner la proposition de loi n°32 visant à renforcer la loi relative à la langue française (dite loi Toubon)

Dans le même temps, le Parti Socialiste a fait adopter la proposition de loi n°4096 le 31 janvier 2017, qui supprime notamment tout horaire minimum de français pour créer des classes de langues régionales « immersives » dans l’enseignement public, ainsi que diverses mesures tendant à effacer la langue française.
La diversité culturelle avancée pour défendre ce projet ne peut être considérée que comme une vaste hypocrisie compte-tenu du mépris dans lequel a été tenu la langue commune de tous les Français depuis cinq ans.

Association de gauche, progressiste et républicaine, le COURRIEL appelle tous ses adhérents et sympathisants, sans bien sûr rallier les candidats réactionnaires et sans donner un blanc-seing à qui que ce soit, à se rappeler cette trahison et à sanctionner le PS et EELV à l’occasion des prochaines consultations électorales. Bien entendu, aucune voix pour E. Macron, l’ex-ministre de Hollande qui, depuis Berlin, vient de se livrer à une provocation contre les langues française et allemande en déclarant choisir l’anglais « pour être compris de tous ».

Le bureau du COURRIEL
Paris, le 31 janvier 2017.