Une journée de promotion ordinaire du fascisme à la télévision – par Samuel Gontier #loitravail #telerama

Répression des travailleurs, développement de la xénophobie, renforcement de la dictature Capitaliste avec le durcissement du totalitarisme européen, partout en Europe la progresse. Et les médias – détenus ou contrôlés pour l’essentiel par les monopoles capitalistes – participent à souffler le vent nauséabond de la . Quand ils n’appellent pas à la guerre – de l’Ukraine à la Syrie – ils vocifèrent contre les travailleurs ou impulsent la division de la classe des travailleurs activant les sirènes de la xénophobie et du communautarisme en alimentant des polémiques stériles.

À la télé, il y a urgence à débattre du rétablissement de la torture “à la française”, par Samuel Gontier

Source : Télérama, Samuel Gontier, 17-06-2016

« La menace terroriste est au plus haut, des policiers ont été assassinés, l’Euro a débuté », énumère Ruth Elkrief, dont l’interlocuteur, Fabrice Angei, secrétaire confédéral de la CGT, répond en direct du siège de la centrale, à Montreuil, mercredi dernier. « Et néanmoins, vous ne considérez pas que votre mouvement contre la loi travail qui a commencé il y a QUATRE mois [c’est la présentatrice qui insiste] peut s’arrêter, se modérer, se reporter, par solidarité, par responsabilité ? » Mais non, le syndicaliste refuse catégoriquement de faire preuve de responsabilité, de solidarité avec les policiers et l’Euro assassinés. Alors même que les images accompagnant son scandaleux discours montrent clairement l’association de la CGT aux violences des casseurs :

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347923

« Monsieur Angei, reprend la présentatrice de BFMTV, d’une patience infinie face au fanatisme de l’irresponsable syndicaliste, vous savez que quand des organisations syndicales prennent la responsabilité de manifestations, elles sont aussi responsables des dérapages. » « Dérapages », quel doux euphémisme pour désigner les attentats perpétrés par « les hordes de manifestants violents » repérés par Bernard Cazeneuve ! « Le préfet de police de Paris déclare qu’une petite partie des manifestants de la CGT ont eux-mêmes participé à des actes de violence, qu’il y a eu des formes de solidarité passive. » Si c’est le préfet qui le dit, rien ne sert de nier. D’ailleurs, un bandeau placé sous le syndicaliste avertit le téléspectateur de l’indécente ambigüité de ses propos :

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347942

Ruth Elkrief poursuit la formulation de sa question-édito deux fois plus longue que le temps imparti aux réponses du syndicaliste afin d’atténuer la terreur qu’elles pourraient inspirer aux « Français » : « Vous savez combien les Français sont CHOQUÉS par ce qui s’est passé à l’hôpital Necker. Vous pourriez trouver d’autres formes d’expression. » Par exemple, défiler de 6 heures à 8 heures du matin entre Saint-Germain-de-Calberte et Saint-Martin-de-Lansuscle les derniers vendredis des mois de novembre des années bissextiles. « Vous ne pensez pas qu’aujourd’hui les Français vont beaucoup vous en vouloir de ce qui s’est passé ? » Comment le pourrait-il ? Il ne soucie absolument pas de ces « Français » dont Ruth Elkrief possède une connaissance intime.

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347940

« Dernière question, vous savez bien que la CGT a fait des tracts contre la police, des tracts qui ont été DÉNONCÉS. » Par les Français (de Ruth Elkrief). « Il ne faut peut-être pas être étonné ensuite de voir qu’il y a au sein de vos cortèges des hommes effectivement identifiés qui s’en prennent aux policiers. » Parce qu’en plus ils sont « identifiés » ? Qu’attend-on pour les placer dans des centres de rétention ?« Policiers qui par ailleurs ont la responsabilité de nous protéger contre le . » Mais la CGT les en empêche en organisant des manifestations depuis QUATRE mois.

« A un moment donné, on a l’impression qu’on ne vit pas dans le même pays : il y a des gens qui sont dans la rue qui tapent sur des policiers et puis il y a des policiers qui nous protègent. » Ces « gens » sont schizos : ils tapent sur les policiers qui les protègent avec tendresse, dévouement et grenades de désencerclement. « On n’est pas ensemble, on n’est pas dans le même pays ? » Moi, j’ai choisi, je veux vivre dans le pays de Ruth Elkrief.

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347932

Terrifié par l’extrémisme radical du militant CGT, je me réfugie sur iTélé où se tient un opportun débat, « Faut-il interdire les manifestations ? », entre gens de raison – représentants de la droite modérée (Jean-Claude Dassier, de Valeurs Actuelles) et de la gauche de gouvernement (Françoise Degois). L’éditorialiste de Valeurs Actuelles soupçonne toutefois sa comparse d’avoir pactisé avec les ennemis de la République : « Ils ne viennent pas d’arriver sur le terrain parisien de la violence, vos amis les antifas ! »

« Arrêtez de dire “mes amis”, “les amis de la gauche”, se défend Françoise Degois. Vous ne pouvez pas prêter ce genre d’intention à un gouvernement quel qu’il soit ! »Tout de même, j’ai trouvé Manuel Valls bien indulgent avec les islamo-gauchistes ces derniers temps. Jean-Claude Dassier aussi : « Les antifas, les black blocks, tous ces gens-là, vous n’en avez pas arrêté un ! » « On a fait 43 interpellations », revendique Françoise Degois. « Oui, des interpellations. Mais ils sortent le soir même ! » Pour aussitôt incendier des voitures de police et saccager des hôpitaux pour enfants (de policiers tués).

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347930

Jean-Claude Dassier prend du recul : « On les a vus sur le barrage de Sivens, ils font mener une vie insensée aux Nantais avec l’aéroport. A Rennes, violence permanente. A Nantes, violence permanente. A Paris, violence comme on n’en a jamais vu. » C’est vrai, en 1871, les communards ne brisaient pas les vitres des hôpitaux pédiatriques. « D’où viennent-ils ? Qui sont-ils ? On dit qu’il y a beaucoup d’étrangers. » Ceux de la cinquième colonne. « Pourtant, aucune reconduite à la frontière ! Y en a-t-il en prison ? Non !!! » Confrontée à l’évidence du laxisme gouvernemental, Françoise Degois bredouille timidement : « Nous sommes dans un Etat de droit. » « Ah oui, et vous n’avez jamais interdit des manifestations du mariage pour tous, peut-être ?! », rétorque Jean-Claude Dassier, conscient que le zèle répressif de la gauche s’exerce uniquement contre les rassemblements de fervents républicains.

« La France donne une image d’elle-même qui est pitoyable », résume l’éditorialiste, répondant catégoriquement à la question mise en débat par Laurence Ferrari : « Il faut jusqu’à la fin de l’Euro suspendre toute manifestation publique. »Et même jusqu’à la fin du Tour de France. Des JO. De la saison 2016-2017 du championnat de Ligue 1, de la Coupe du monde de foot au Qatar et de toute compétition sportive se déroulant avant la fin du XXIe siècle. « Je vous rappelle qu’on est en état de guerre, en état d’urgence ! On veut faire la fête de l’Euro et quand on est en état de guerre, on ne tolère pas n’importe quoi ! » On ne tolère que l’Euro, ça va de soi.

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347944

Pour finir, Jean-Claude Dassier fait part de sa frayeur face au droit-de-l’hommisme revendiqué par notre Premier ministre mardi dernier à l’Assemblée. « Je reviens aux déclarations de Manuel Valls qui me traumatisent un peu. Nous n’échapperons pas à un débat sur l’ouverture de centres de rétention. Centres de rétention qui peuvent parfaitement fonctionner avec les centres de déradicalisation. » L’un ne va pas sans l’utre, il faut jouer la complémentarité. « On peut avancer là-dessus, convient Françoise Degois, le débat fait son chemin. »

Il me suffit de zapper sur France 5 pour constater que le débat fait du chemin et que je n’y échapperai pas. La première discussion de C à vous interroge en effet : « Faut-il un Guantánamo à la française ? » Le lendemain, iTélé renchérit au pluriel : « Des Guantánamo à la française ? » Pour ma part, je préférerais un Belzec à la française, c’est plus efficace et ça ne laisse pas de traces. A moins que nous ne nous reposions sur notre savoir-faire national : après tout, la gégène a déjà fait ses preuves sur les islamo-gauchistes du FLN.

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347934

Ce jeudi, Olivier Galzi reçoit aussi Christophe Caresche, député PS de Paris. « Une députée britannique a été assassinée en pleine rue. Votre réaction ? » « Ce qui me frappe, c’est la violence du débat public en France comme en Grande-Bretagne. » De ce côté-ci de la Manche, on ne compte plus les tentatives d’assassinat de députés favorables à la loi El Khomri. « La violence, on en a beaucoup parlé en France aussi, rebondit judicieusement Olivier Galzi. On l’a vue en marge des manifestations contre la loi travail. François Hollande a même menacé d’interdire les manifestations. » Il a dû regarder Ruth Elkrief (ou Laurence Ferrari).

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347926

« La question effectivement se pose, admet Christophe Caresche. Les événements de mardi ont été inacceptables. On voit de plus en plus de casseurs, huit cents selon le préfet de police. » Et si c’est le préfet qui le dit… « Organisés, déterminés, armés, avec la volonté de tuer. C’est aussi ce qu’a dit le préfet de police. » Cet homme est providentiel. Si la chaîne de télé interne à la Préfecture de police occupait toutes les fréquences hertiziennes, l’information gagnerait en objectivité et Ruth Elkrief pourrait y livrer ses éditos en tenue anti-émeute.

« Certains militants de la CGT ont participé aux gestes avec les casseurs, c’est ce que dit Manuel Valls, dit aussi Olivier Galzi. Il y a des photos, d’ailleurs, qui vont dans ce sens. On y voit des membres de la CGT qui jettent des pavés sur les CRS. »Ce n’est pas surprenant pour Christophe Caresche, selon qui « la CGT a depuis longtemps une attitude ambigüe au sujet de la violence ». Depuis longtemps et dès avant sa création : en 1891, à Fourmies, les CRS de l’époque avaient déjà été contraints d’utiliser les flash-balls de l’époque (des Lebel) pour tirer sur la foule de ses futurs militants et casseurs qui réclamait impudemment la journée de huit heures.

Christophe Caresche ne remonte pas si loin : « Ça a commencé avec Air France et la tentative de lynchage de deux responsables d’Air France. » « Lynchage », le mot paraît faible. Ne faudrait-il pas plutôt parler de tentative d’assassinat ? J’en suis à ces réflexions sémantiques quand un nouveau militant masqué de la CGT apparaît dans le dos d’Olivier Galzi :

la-tele-prone-le-retablissement-de-la-torture-a-la-francaise,M347936

Horreur ! C’est le même casseur que celui qui lance son projectile en boucle sur BFMTV ! Preuve que les islamo-gauchistes sont partout infiltrés. Pour me rassurer, je me rappelle la réaction de Jean-Claude Dassier au salut de Laurence Ferrari qui, ravie, congédiait ses invités : « Merci à tous les deux pour ce débat enflammé. » « La situation l’exige, le commande ! » Oui, la situation commande que la télé fasse la promotion du .

Source : Télérama, Samuel Gontier, 17-06-2016