Défense de la langue française : Georges Gastaud et le COURRIEL écrivent à Patrick Cohen #franceinter

courriel - affiche

Défense de la

Initiative-communiste.fr dénonce régulièrement les méfaits du tout anglais globalisé bras armé linguistique de la réaction et symptôme de l’auto-phobie nationale des élites françaises.

Nous diffusons donc la lettre de , professeur de philosophie, président de l’Association CO.U.R.R.I.E.L. (défense internationaliste et progressiste du français et de toutes les langues du monde contre le TOUT-anglais) à l’animateur vedette de la matinale de .


A M. Patrick Cohen

Copie aux responsables de , aux associations partenaires et au Médiateur de -France

Monsieur Cohen,

Dans la matinale de France-Inter que j’écoute régulièrement, Mme S. Aram s’est permis ce matin, 27 février 2017, sans qu’il y ait la moindre traduction à l’antenne, de prononcer son billet hebdomadaire entièrement en anglais.

Certes il s’agissait de s’adresser fictivement à Donald Trump. Mais dans les faits, c’est bien à des millions de Français que Mme Aram s’est adressée en anglais, leur signifiant ainsi indirectement que l’anglais doit absolument être compris par tous les auditeurs de la « France-Inter ». Or « la langue de la République est le français » (article II de la Constitution, qui devrait faire loi sur Radio-France : c’est un minimum pour un service public financé par le contribuable) et les Français ont encore le droit, que l’on sache, de ne pas comprendre la langue mondiale des maîtres. Ils ont aussi le droit de parler, outre le français, telle langue étrangère ou régionale de leur CHOIX qui ne soit pas l’anglais : allemand, italien, espagnol, russe, chinois, basque, breton, wolof, arabe, etc. Et il n’est pas interdit de rappeler aux anglophones qu’ils ont aussi le droit, s’ils veulent pleinement nous comprendre quand ils écoutent nos radios, d’apprendre encore un tout petit peu l’insignifiant patois local qui a donné au monde l’Édit de Nantes, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, la loi laïque de 1905, le Serment du Front populaire, les « Jours heureux » du CNR ou le Discours sur le colonialisme de Césaire. Cela s’appelle l’ÉGALITE entre les peuples, sans laquelle certains peuples sont « plus égaux que d’autres »…

Plus gravement encore, vous, M. Cohen, n’avez pas repris Mme Aram sur son impolitesse majeure. Vous avez certes renvoyé les bouseux non anglophones à la traduction sous-titrée de votre émission télévisée (il est évident que les auditeurs qui vont au travail et qui vous écoutent au volant n’ont que ça à faire !), mais plus gravement encore, votre seule réaction a été de solliciter sur-le-champ la réaction EN ANGLAIS de M. Benoît Hamon ; car bien entendu, ce que vous avez en tête, c’est que non seulement tous les Français doivent parler anglais (ainsi que tous les Allemands, tous les Espagnols et tous les Italiens ? mais si tel était le cas, combien de temps les langues nationales et la diversité linguistique mondiale, non moins importante pour la culture humaine que ne l’est la biodiversité pour l’évolution naturelle, « tiendraient »-elles ?) ? Votre message subliminal étant que bien entendu, on ne peut pas présider la République française sans parler la langue de Trump et d’Obama : alors que, soit dit en passant, pour plusieurs de nos candidats, la première des courtoisies exigibles est qu’ils parlent correctement leur langue maternelle, ce qui est loin d’être le cas.

Et tout cela prend place dans une configuration générale de RELÉGATION systématique du français au profit du tout-anglais. L’affaire du slogan olympique en anglais, que désapprouvent massivement nos compatriotes, la honteuse pétition en préparation sur TF1 pour que la chanson représentant la France à l’Eurovision soit partiellement traduite en anglais (rien d’étonnant de la part d’une chaîne qui s’affiche en tricolore mais dont l’émission-phare s’appelle « The Voice » et qui lance présentement à son de trompe une nouvelle émission intitulée « The Wall »), le récent basculement au tout-anglais de la documentation interne de PSA et de Renault (un « fait mineur » sur lequel n’informe pas France-Inter), l’abaissement des quotas radiophoniques réservés à la chanson francophone, le discours de Macron en anglais à BERLIN (« pour être compris de tous ») dans le cadre d’une élection française, rien de cela ne suscite en vous le moindre sursaut critique, la moindre tentation de débat, le moindre questionnement : tant vous êtes immergés dans une ambiance parisianiste où toute une série de faits choquants pour 90% des gens vous paraît aller de soi.

L’association que je préside, et dont le président d’honneur, Léon Landini, est la figure de proue des anciens FTP-MOI (Francs-Tireurs et Partisans de la Main-d’œuvre Immigrée, fondés et dirigés par le PCF clandestin, comme les FTPF), n’est suspecte ni de purisme vieillot, ni de nationalisme rance ; professeur de philosophie, militant communiste et internationaliste, j’ai moi-même passé ma vie dans le bassin minier de Lens à combattre le FN, y compris en prenant quelques risques personnels. Mais quand on humilie ainsi INCONSCIEMMENT, en toute IRREFLEXION, sans la moindre distance autocritique, ce socle commun de la nation, ce ciment de la Francophonie, ce premier service public de France, cette mémoire vive de notre histoire commune, qu’est la langue française, on ne fait pas œuvre d’ouverture : la langue unique mondiale vers laquelle nous voguons en toute suicidaire inconscience, est un terrible vecteur d’uniformisation culturelle, de pensée unique, d’économie unique, et elle porte en elle de terribles discriminations NOUVELLES entre l’ « élite mondialisée » qui maîtrise le code des codes (cet English Mother Tongue que les grosses boîtes exigent de leurs hauts cadres en toute préférence nationale A L’ENVERS !), la masse des dominés moyens qui baragouinent comiquement le « Business Globish » et l’énorme masse des dominés tout court, voués à la précarité et à l’ « inemployabilité » qui ne parleront plus bientôt que des langues nationales dégradées, mâtinés d’anglais « à la TF1 », ce qui les signalera d’emblée comme des sous-ordre taillables et corvéables à merci.

Finalement, de tels comportements méprisants à l’égard du « simple » francophone sont totalement contre-productifs à l’encontre de ce FN que vous combattez si mal et que vous valorisez en fait quand vous lui abandonnez si vite la langue, le produire en France (pardon, le « made in France ») et la nation française elles-mêmes. Rien de pire que l’auto-phobie nationale qui accable nos élites, fascinées tantôt par « nos voisins d’Outre-Rhin », tantôt par « nos amis anglo-saxons », pour nourrir la xénophobie du FN et d’une bonne partie des LR. Haine de soi, haine d’autrui, Sartre avait analysé cette situation qu’avait déjà décryptée Freud quand, par d’autres concepts que Sartre, il décrivait la « pulsion de mort ».

Bien entendu, il vous arrive, M. Cohen, de vous transporter dans les ors de l’Académie française ou d’accueillir un écrivain francophone étranger qui vit à tel point sur une autre planète qu’il n’a même pas remarqué l’existence d’un basculement rapide de certains pays africains au tout-anglais. Cela s’appelle la bonne conscience. Mais le débat politique, en pleine campagne électorale décisive, sur l’arrachage linguistique géant, qui accompagne culturellement, avec le total appui du MEDEF, l’arrachage de nos industries et de nos acquis sociaux au nom de la « l’économie de marché ouverte sur le monde où la concurrence est libre et non faussée » (Maastricht), défendue par l’OTAN et étendue par l’Union transatlantique, est interdit sur France-Inter. Il faut que notre langue recule et s’éteigne en silence, voire qu’elle « creuse elle-même sa tombe », comme le « pauvre Martin » de Brassens.

Eh bien nous, militants progressistes et internationalistes de la diversité linguistique mondiale, n’acceptons pas que notre langue, ni les autres langues d’Europe, meure(nt) en silence. Et nous nous sentons doublement provoqués, en tant que francophones et en tant que progressistes, quand nous voyons que la colonisation linguistique et culturelle la plus caractérisée prend les atours bien-pensants de l’internationalisme et de l’ « ouverture sur le monde ».

Je sais d’avance que cette lettre vous laissera de marbre, si toutefois vous l’avez lue jusqu’au bout.

J’en adresse donc copie aux membres de mon association, aux associations partenaires et au médiateur de Radio-France, voire au CSA.

Je vous adresse mes salutations distinguées sans me ranger parmi ces auditeurs dociles qui, à l’antenne, vous « remercient d’avoir sélectionné ma question » après avoir célébré « la qualité de vos émissions ». Ce n’est pas votre talent, d’ailleurs, que je récuse, c’est votre autocensure, probablement inconsciente, sur certaines questions.

Peut-être aurais-je dû vous interpeller en anglais pour obtenir, sinon une autocritique à l’antenne, sinon un débat réellement ouvert sur l’avenir du français EN France à l’occasion du 20 mars (journée mondiale de la Francophonie), tout au moins, l’aumône d’une réponse argumentée.

Georges Gastaud

J’ose espérer qu’au moins, Mme Aram n’aura pas l’inélégance de répondre à l’antenne à une lettre qui n’aurait pas préalablement été lue in extenso aux auditeurs.